Historiographie de la cartographie des diocèses

Davide Gherdevich, boursier post doctorant sur le projet ANR COLéMON (LaMOP Université Paris-1 Panthéon Sorbonne)

Dans ce bilan historiographique (bien loin d’être exhaustif), nous avons essayé de mentionner les travaux les plus importants et les plus marquants pour les études des limites des diocèses.

Les plus anciennes cartes sur lesquelles sont dessinées les limites des territoires des diocèses datent du XVIe siècle ; la première carte est celle de diocèse du Mans réalisée par Macé Ogier, prêtre et maître de l’hôpital des Ardents, en 1539 et imprimée en 1586. Puis celle du diocèse de Bourges est conçue en 1545.

Un des premiers travaux regroupant plusieurs cartes avec les limites des diocèses est celui de Du Chesne, Bibliothèque des auteurs qui ont écrit l’histoire et topographie de la France, daté de 16181. Dans ce livre on trouve les représentations des limites de quatre diocèses : celui de Limoges, de Reims, du Mans et enfin celui de Cahors. La plus ancienne carte générale des diocèses est la Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane réalisée en 1624 par Des Bleyns2 (Fig.1) mais les limites sont très aléatoires, avec une projection et une restitution bien loin de la réalité du territoire.

Figure 1 : Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane

En 16503 Nicolas Sanson réalise une des premières cartes de l’ensemble des diocèses de France même s’ils sont tracés à une très petite échelle (1 :2920000)4. (Fig. 2 et Fig. 3)

Figure 2 : N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, Paris vers 1650
Figure 3 : N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, détail (Source Gallica/BNF)

Nous pouvons aussi citer la carte dessinée en 1656 pour la première édition de la Gallia Christiana5 où sont visibles (mais avec un trait plutôt difficile à lire) les limites des archevêchés et des évêchés de France. (Fig. 4 et Fig. 5).

Figure 4 : L. et S. de Sainte-Marthe, Gallia Christiana, Paris, 1656
Figure 5 :L. et S. de Sainte-Marthe, Gallia Christiana, Paris, 1656, détail (Source Gallica /BNF)

Au XVIIIe siècle, paraît une bibliographie partielle des cartes des diocèses de France, rédigée en 1719 par Le Long dans sa Bibliothèque historique de la France6. Le Long a subdivisé les cartes en deux listes : une des cartes générales des diocèses de France et une autre des cartes particulières des diocèses de France. En 1768 sont publiées, dans la Carte particulière du duché de Bourgogne, réalisée par Seguin, les cartes de trois évêchés : Dijon, Chalon et Mâcon avec les confins des diocèses limitrophes ; aux Archives de la Côte d’Or sont conservés les trois registres qui contiennent les réponses précises et complètes des curés à l’enquête préliminaire7 pour la réalisation de ces limites.

Pour trouver les premiers travaux de grande ampleur et d’une précision plus proche des cartes modernes, il faut remonter au XIXe siècle. C’est en particulier au milieu du XIXe siècle que Desnoyers commence une Topographie ecclésiastique de la France8, un travail qui ne comprend que le territoire de Lyon, les diocèses limitrophes et les territoires de la Belgique. Les cartes sont publiées dans l’annuaire de la Société de l’Histoire de France, sur plusieurs années, de 1854 à 18629, puis regroupées en trois volumes. Enfin, vers la fin du XIXe siècle et plus précisément en 1889, Auguste Longnon réalise l’Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours10, dans lequel nous avons une carte avec les divisions ecclésiastiques de la France de 1297 à 1317 (Fig. 6).

Figure 6 : Longnon A., l’Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, Paris 1889 (source Gallica/BNF)

Au XXe siècle, l’une des plus importantes études est sûrement « Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle », de François de Dainville parue la première fois comme article dans la Revue d’histoire de l’Église de France11 en 1954. Deux ans après, en 1956, il est étoffé et publié sous forme de monographie12. Il s’agit d’un recollement des cartes anciennes gravées ou manuscrites classées par diocèses — à l’exclusion des plans de paroisses manuscrits. Aux cartes des diocèses sont jointes celles des maisons religieuses et des cartes relatives au protestantisme. Pour chacune sont mentionnées les informations sur l’échelle utilisée, l’année et le lieu de conservation.

De la même période date l’atlas des anciens diocèses de France réalisé sous l’égide de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes entre 1954 et 1977. Initié par Jacques de Font-Réaulx avec le support technique de Sœur Christiane Mathioly du Carmel d’Amiens, il compte 65 cartes représentant les diocèses au 1/200 000eme. Pour le réaliser, Font Reaulx a utilisé surtout les pouillés comme il l’explique dans un article de 196013 . Malheureusement ce travail n’a pas été terminé et par conséquent nous n’avons qu’une couverture partielle du territoire, puisque manquent les limites de plusieurs diocèses du Centre et du Nord de la France.

C’est le travail de Font-Réaulx que Jacques Dubois utilise comme base de départ pour réaliser sa carte des diocèses de France avant la Révolution14, publiée en 1965. Dubois écrit que « c’est étonnant de constater qu’il n’existe aucune carte d’ensemble des diocèses de France avant 1790, ni même une liste exacte et complète des diocèses dont le territoire s’étendait au moins en partie en France, même si la ville épiscopale était à l’étranger ». Jusqu’aux années 1960, il n’existe pas de carte des diocèses de France, et Dubois il est le premier à en réaliser une à l’échelle de la France15. Cette carte a été utilisée pour représenter les diocèses dans les volumes des Fasti Ecclesiae Gallicanae16. Ce travail sur les limites réalisé par Dubois existe aussi en version numérique grâce au travail fait par Thomas Areal en 201017.

Pour les années 1980 -2000 nous pouvons citer le livre de Michel Aubrun La paroisse en France des origines au XVe siècle18, qui est une étude de l’évolution des paroisses comme structure de pouvoir de l’Église sur le territoire, mais qui ne contient pas de carte diocésaine.

En 1994 apparaissent dans l’Atlas de la France de l’an Mil19 des cartes avec les limites des diocèses. Dans l’introduction, Michel Parisse (qui dirige cet ouvrage) explique que les cartes ont été dressées en utilisant comme base de départ les limites tracées par Dubois dans les années 1960.

En 1991, MM. Chevalier et Sauzet cartographient le diocèse de Tours ainsi que la région Centre, intégrés à l’Atlas de la Région Centre 20

Au cours des années 2000, une nouvelle approche à l’étude des diocèses, liée en partie à l’application de nouvelles technologies (comme les systèmes d’information géographiques), mais aussi à des nouveaux points de vue historiographiques. À ce propos, Florent Hautefeuille écrit deux articles sur la délimitation territoriale et sur la difficulté de cartographier les paroisses de la Garonne21. En outre, les systèmes d’information géographiques sont utilisés par une équipe de chercheurs (Pascal Chareille, Xavier Rodier et Élisabeth Zadora-Rio22) afin d’effectuer des analyses des transformations du maillage paroissial en Touraine.

En 2005 l’ouvrage Les territoires du médiéviste sous la direction de Benoît Cursente et Mireille Mousnier, il analyse les rapports entre les hommes et leurs espaces de vie au Moyen Âge, interessant

C’est au cours de ces dernières années qu’on assiste à la parution de deux importants ouvrages : en 2008, L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve – XIIe siècle) 23 et, en 2016, L’Evêque et le Territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle)24. Le premier, sous la direction de Florian Maziel, a réussi à réunir plusieurs études sur les espaces de pouvoir et les institutions des diocèses, de la fin de l’Empire romain jusqu’au XIIe siècle ; L’étude essaye de a essayé de montrer que les diocèses ne sont pas une simple évolution des anciennes administrations territoriales d’époque romaine, mais représentent plutôt une nouvelle forme de contrôle du territoire. L’autre ouvrage, toujours écrit par Florian Maziel, reprend l’étude de 2008, mais s’enrichit de nouveaux documents et d’exemples concernant l’évolution de l’espace diocésain, en prenant en considération non seulement le territoire français, mais aussi celui de l’Italie.

Fin 2016 il est paru le livre Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge: Limites et frontières25 , qui regroupe treize d’étude, concernant tout l’espace européenne, où sont analyse la fonction des limites dans l’espace médiévales.

Pour terminer cette brève historiographie de la cartographie des diocèses, nous pouvons citer un certain nombre de projets réalisés ces dernières années, avec des parties dédiées à l’étude de l’espace diocésain :

  • Le projet ANR CORELPA26, réalisé en 2006, avec la participation de plusieurs laboratoires dont le LAMOP, l’IRHT et l’université d’Avignon, grâce auxquels ont été numérisées les cartes de l’atlas des anciens diocèses de France réalisées par Jacques de Font-Réaulx.
  • L’atlas historique du Limousin27 dans lequel nous pouvons visionner l’Atlas de Bautier, avec une carte de l’espace diocésain et que dans les prochaines années il sera aussi doté d’une cartographie dynamique
  • L’Atlas archéologique de Touraine, réalisé dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche (PCR) du Ministère de la culture, coordonné par Elisabeth Zadora-Rio, il est composé de deux volets : une publication électronique en accès libre et une plate-forme de webmapping28.

 

Notes

1 A. Du Chesne, Bibliothèque des autheurs qui ont escrit l’histoire et la topographie de la France, Sébastien Cramoisy, Paris, 1618

2 A. F. De Bleyns, Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane, 1624

3 F. de Dainville, Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle. Paris, 1956, p. 139

4 N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, Paris vers 1650, Limites des provinces ecclésiastiques et des diocèses, cités archiépiscopales et épiscopales

5 L. et S. de Sainte-Marthe , Gallia Christiana, 4 vol. , Paris, 1656

6 M. J. Le Long, Bibliothèque historique de la France, Paris, 1719

7 Visible dans Peigne-Delacourt, Tableau des abbayes et des monastères d’hommes en France à l’époque de l’édit de 1768, Arras, 1875

8 J. Desnoyers, Topographie ecclésiastique de la France, Paris, Lahure, 1854-1862, 3 vol.

9 Dans l’ouvrage de Dainville, Cartes anciennes de l’église de France¸ l’auteur écrit que cet ouvrage est paru dans l’annuaire de la Société de l’Histoire de France, dans les années 1853, 1859,1861, 1862 et 1863 (mais cette année sans carte).

10 A. Longnon, Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, 1882-1889.

11 F. De Dainville, « Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle », in Revue d’histoire de l’Église de France, tome 40, n°134, 1954, Paris

12 F. De Dainville, Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle, Bibliothèque de la société d’histoire ecclésiastique de la France, Paris, 1956

13 J. de Font-Réaulx, L’atlas des diocèses de France, Bibliothèque de l’École des chartes, t. 118, 1960.

14 J. Dubois, « Carte des diocèses de France avant la Révolution », en Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 20ᵉ année, N. 4, 1965

15 Nous pouvons voir une reproduction de cette carte dans son article des Annales, page 687 et s.

16 Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500

17 Les limites des diocèses de France entre le XIVe et le XVIIIe siècle, réalisées par Thomas Areal (Université de Clermont) sont téléchargeables du site Georezo (https://georezo.net/forum/viewtopic.php?pid=212910).

18 M. Aubrun, La Paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris 1986

19 M. Parisse (sous la dir. de), Atlas de la France de l’an Mil, Paris, Picard, 1994

20 B. Chevalier,M. Sauzet, Aux origines du département d’Indre-et Loire: l’ancien diocèse de Tours au XIVe siècle, Atlas de la Région Centre, 1991

21 F. Hautefeuille, « La délimitation des territoires paroissiaux dans les pays de moyenne Garonne (Xe-XVe siècles) », Médiévales, 49, 2005,

F. Hautefeuille, « La cartographie de la paroisse et ses difficultés de réalisation », en Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, IVe-IXe siècles. Actes du Colloque de Toulouse, 21-23 mars 2003, C. Delaplace éd., Toulouse, 2005.

22 P. Chareille, X. Rodier, É. Zadora-Rio, « Analyse des transformations du maillage paroissial et communal en Touraine à l’aide d’un SIG », Histoire & mesure XIX – ¾, 2006.

23 F. Maziel (sous la direction), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve – XIIe siècle), Rennes, PUR, 2008.

24 F. Maziel, L’Évêque et le Territoire L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle), 2016

25 N. Baron-Yelles,S. Boisselier,C. François,F. Sabaté  (sous la direction), Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge: Limites et frontières, Presses universitaires du Septentrion. Vol 1, 2016

28 http://a2t.univ-tours.fr/

Potentialités de l’analyse-réseau en histoire médiévale

« Réseau » est sans doute le concept le plus communément employé dans les travaux des médiévistes des deux dernières décennies. Innombrables sont les études qui évoquent réseaux de pouvoir, réseaux d’influence ou d’amitié, réseaux de clientèle, réseaux marchands, réseaux monastiques, réseaux intellectuels, réseaux urbains, etc., de telle sorte qu’on peut parler d’un relational turn comme il y eut un linguistic turn ou un performative turn. Pourtant, depuis Thomas Hobbes, c’est une tautologie d’affirmer qu’« avoir des amis, c’est avoir du pouvoir ». Dépouillé de sa gangue métaphorique, le concept se révèle d’un grand intérêt pour l’analyse de sociétés fondées sur les relations de parenté, d’amitié, d’alliance et de fidélité (Personenverbandsstaat), à condition d’en exploiter toutes les potentialités.

La médiévistique a longtemps accusé, dans le domaine de l’analyse-réseau, un retard par rapport aux périodes moderne et contemporaine, en raison des spécificités des sources médiévales : l’absence de sources homogènes et sérielles, la difficulté d’identification des individus cités avant l’adoption progressive des noms doubles à partir du xiie siècle, le nombre de documents non ou mal datés, la fréquence des actes faux et suspects ont longtemps été vus comme des obstacles rédhibitoires à la reconstitution des réseaux sociaux médiévaux. On peut également souligner que d’importants travaux ont été menés sur les relations personnelles tissées au sein d’institutions comme la cour royale ou princière (Lemarignier, Depreux, Guillot, Dumolyn), la chapelle royale (Fleckenstein), les collèges universitaires (Kouamé, Gorochov) sans qu’aient été exploitées les grilles d’analyse sociologique des réseaux sociaux, les chercheurs ayant privilégié la méthode prosopographique. Car s’il est utile de connaître les contacts tissés par un individu au cours de sa carrière, il est possible par l’analyse-réseau d’aller plus loin et évaluer la position que cet individu occupe dans le réseau à travers les calculs de centralité de degré (le nombre de contacts d’un individu), de centralité d’’intermédiarité (dont le fort degré désigne celui qui représente un point de passage obligé pour relier les membres d’un réseau), de centralité de proximité (le plus court chemin pour relier deux individus, qui fait de celui qui a le fort degré celui qui met en contact les membres du réseau). Ces indices sont nécessaires pour apprécier la capacité d’un individu à mobiliser des soutiens, asseoir son action politique, évaluer son capital social. Ces méthodes ont été mobilisées avec succès pour reconstituer les réseaux d’individus ou égo-réseaux, de groupes sociaux ou familiaux. L’étude de John Padgett et Christopher Ansell sur l’ascension sociale des Médicis (parue initialement dans une revue américaine de sociologie) est de ce point de vue édifiante quant aux potentialités offertes par la collaboration entre historiens et sociologues. Ils ont reconsidéré l’interprétation classique présentant l’ascension des Médicis comme l’opposition d’une classe marchande montante face à l’ancienne noblesse en adoptant la méthode du SBM (Stochastic Block Model) qui agrège les données à l’intérieur d’une population donnée pour en dégager des « blocs » de familles ayant les mêmes comportements (relations de partenariat commercial, activités marchandes, stratégies matrimoniales, pratiques politiques…). Des graphes qui en résultent se dégagent nettement deux partis, mais l’originalité de l’étude réside dans la démonstration que la force des Médicis n’est pas d’avoir été à la tête d’une faction, mais d’avoir disposé d’une centralité d’intermédiarité forte qui faisait d’eux non pas les têtes d’un réseau mais un pont entre deux blocs.

 

Les réseaux monastiques ont également fait l’objet d’un profond renouvellement historiographique et méthodologique. C’est le cas de Cluny, dont les travaux de Dietrich Poeck et Dominique Iogna-Prat ont montré que son réseau n’était pas qu’un ensemble structuré de dépendances autour de l’abbaye-mère. Le « premier Cluny » (jusqu’à l’abbatiat de Maïeul, 948-994) est un réseau d’établissements, une « nébuleuse » (Dominique Iogna-Prat) dépendante des réseaux familiaux, politiques et d’amitié entretenus par les abbés successifs, ainsi qu’en témoigne le travail d’Isabelle Rosé sur Odon de Cluny (926-942). À partir de l’abbatiat d’Odilon, ces relations se doublent de liens juridiques construits autour de la défense des privilèges pontificaux, du partage d’une liturgie funéraire commune et d’un système ecclésial ; on parle alors d’ecclesia cluniacensis pour qualifier ce « second » Cluny qui se pense comme une Église, est organisé comme un organisme biologique, la tête (Cluny) dirigeant les membres, eux-mêmes divisés en abbayes et prieurés, l’ensemble étant placé sous la direction d’un abbé charismatique, l’abbé de Cluny.

D’autres travaux récents se sont attachés à démontrer la complexité des réseaux abbatiaux, en particulier ceux d’Isabelle Cartron sur le réseau de Saint-Philibert, qui s’étend de Noirmoutier à Tournus, et de Noëlle Deflou-Leca sur le réseau de Saint-Germain d’Auxerre. Elles ont dépassé la vision monographique (l’analyse prieuré par prieuré) ou juridique (refusant la notion d’ordre ou de congrégation monastique) pour proposer une approche plus sociologique du réseau monastique. Toutes deux insistent sur le rôle des hommes dans la mise en place et l’expansion du réseau : abbés, réformateurs, fondateurs, bienfaiteurs… Elles font également du réseau monastique un acteur politique et social, qui s’insère dans la hiérarchie des pouvoirs locaux, laïques et ecclésiastiques puisqu’il est alimenté par des hommes issus de l’aristocratie locale, un seigneur foncier, un acteur social chargé d’assurer la médiation entre Dieu et les hommes et de protéger la communauté des fidèles. Isabelle Cartron a aussi cherché à comprendre la structuration géographique du réseau : le réseau de Saint-Philibert ne s’est pas construit au gré des pérégrinations des moines de Noirmoutier fuyant les Normands comme le laissait suggérer le célèbre texte d’Ermentaire relatant la fuite des moines et de leurs reliques. Le basculement géostratégique du littoral atlantique à Tournus résulte moins des aléas de la dispersion monastique que de la structuration des donations successives de Pépin le Bref (en Aquitaine), puis de Charles le Chauve (en Auvergne) et de Boson de Provence (dans les régions méridionales), enfin le resserrement autour de l’aristocratie bourguignonne et des comtes de Mâcon autour des années 980. De cela, il ressort une volatilité des réseaux monastiques, qui sont aussi sensibles à la conjoncture politique que les réseaux d’amitié ou les réseaux de pouvoir.

 

L’analyse des réseaux médiévaux s’enrichit tout autant de la collaboration avec les mathématiciens, dont les applications permettent par exemple d’isoler des classes d’individus fortement connectés (appelées « communautés »). Florent Hautefeuille s’est associé en 2007 à des mathématiciens de l’université Toulouse 3 pour mener une reconstitution des réseaux de sociabilité paysans des XIVe-XVe siècles par une approche mathématique. Ils se sont appuyés, dans une zone géographique restreinte (une dizaine de communes) sur une documentation massive de 6 000 actes (contrats agraires, testaments, hommages féodaux) qui ont abouti à des résultats de trois ordres. Ils ont d’abord analysé la structuration de la société paysanne (alliances, assise foncière familiale), la mobilité sociale, la configuration du marché de la terre. Ils sont ensuite parvenus à reconstituer les communautés, en isolant des classes d’individus fortement connectés. Enfin, en replaçant les réseaux identifiés dans une temporalité longue, ils ont observé les changements structurels engendrés par la Guerre de Cent Ans comme la disparition de familles entières, la désertion de villages, la diminution de la taille des communautés.

La collaboration se fait aussi avec les sociologues et les économistes. Dans leur travail sur La fortune de Karol, petit notable des Abbruzes, qui vécut entre 840 et 870, Laurent Feller, Agnès Gramain et Florence Weber ont mobilisé l’ensemble des sources diplomatiques du cartulaire de San Clemente a Casauria composé d’actes de ventes, d’actes d’échanges, de notices judiciaires pour reconstituer la communauté au sein de laquelle évoluait Karol, et les moyens qu’il déploya pour intégrer l’élite locale. L’intérêt des documents diplomatiques est ici double. Les sources diplomatiques offrent l’opportunité de mettre en lumière les connexions de Karol avec les autres membres de la communauté locale, mais aussi de connaître les transactions de toutes sortes qui sont à l’origine de ces connexions.

Un autre chantier issu de la collaboration interdisciplinaire porte sur la visualisation des réseaux, qui emprunte à la théorie des graphes, aux usages de la géolocalisation et à la représentation graphique des réseaux, via des logiciels comme Gephi, qui se révèle aussi utile pour les historiens médiévistes désireux de mettre en forme et cartographier que pour les employés utilisateurs de LinkedIn désireux de visualiser l’étendue et la configuration de leur réseau professionnel.

Ces avancées ont permis de faire sauter le verrou que constituaient les réserves suscitées par la documentation médiévale. Les travaux entrepris ont non seulement démontré qu’il était possible de faire une analyse-réseau à partir de corpus discontinus, mais ils ont aussi et surtout donné l’occasion de reconsidérer cette documentation, d’en réévaluer les spécificités, de mieux en cerner les effets de source. On voit alors les réelles potentialités offertes par les listes de souscripteurs apposées en bas des actes diplomatiques, par les milliers de lettres que renferment les archives du marchand toscan Francesco Datini ou par les listes de noms enregistrés dans les libri memoriales des abbayes carolingiennes. Mieux, une fois les textes et les hommes replacés dans leur contexte réticulaire, l’analyse-réseau peut devenir un outil heuristique utile pour mieux dater certains documents, identifier certains individus ou isoler les faux.

Laurent Jégou

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/LaMOP (UMR 8589)

Monasteries in Digital Humanities

Ce colloque international sur les Monasteries in the Digital Humanities s’est tenu à l’initiative de Marek Derwich cinq jours durant à Czestochowa (Pologne). Il a réuni une bonne cinquantaine d’orateurs issus des sciences humaines (historiens, sociologues, anthropologues, archivistes, musicologues, architectes, archéologues, acteurs du patrimoine) et des technologies numériques. Les projets présentés, dont une partie sont d’ores et déjà accessibles en ligne, couvrent une large Europe, dont seules les marges très septentrionales (Scandinavie) et balkaniques n’étaient pas représentées. Du point de vue chronologique, les contributions ont offert un très large prisme, du haut Moyen Âge aux temps très contemporains. La dimension interdisciplinaire et diachronique de la rencontre constitue l’un de ses points forts.
La collection Hereditas Monasteriorum (université de Wroclaw) devrait accueillir la publication de cette rencontre en 2018.

Projets accessibles en ligne :

Colloque international Col&Mon (Grenoble, 10 -12 mai 2017)

Évêques et communautés religieuses dans le royaume de France et ses marges (816-1563)
Stratégies politiques, enjeux, confrontations

Dans le cadre du programme ANR COL&MON qui a pour principal objet l’analyse spatiale de l’implantation des communautés religieuses entre 816 et 1563 dans la confrontation ou le rapprochement entre réguliers et séculiers, les évêques sont le point de jonction entre ces communautés par leur rôle de chef de l’autorité diocésaine, de tutelle ordinaire. On s’attachera donc ici dans une perspective résolument comparatiste à envisager de manière conjointe monde canonial et monde monastique dans un large royaume de France incluant les diocèses périphériques (Flandre, Lorraine, Bourgogne comtale, Provence, Dauphiné) et à examiner la différenciation des attitudes des évêques envers les communautés monastiques d’un côté et canoniales de l’autre. La question est d’autant plus pertinente que si l’historiographie s’est récemment penchée sur la question de l’évêque et de son territoire ou celle de la spatialisation des pouvoirs épiscopaux, monastiques et canoniaux, elle s’est peu interrogée sur le positionnement de l’ordinaire vis-à-vis de la vie communautaire de son clergé diocésain et l’existence ou non de stratégies propres en lien avec des politiques ecclésiastiques plus globales. Par ailleurs, les communautés canoniales séculières relèvent systématiquement de l’autorité épiscopale (sauf de très rares exemples d’exemption) et n’ont donc que le diocèse pour cadre alors que les communautés régulières peuvent aussi relever d’une autorité extra diocésaine quand elles sont intégrées à une congrégation ou à un ordre, ou qu’elles sont exemptes. La dépendance plus ou moins grande des communautés régulières envers l’évêque les distinguent-elles alors les unes par rapport aux autres ? De même, les rapports avec l’évêque sont-ils différents entre des communautés dirigées hors diocèse comme les Clunisiens ou les couvents mendiants ? La spécificité des communautés féminines retiendra également l’attention et permettra de s’interroger sur l’existence ou non d’une politique épiscopale genrée.

Depuis l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, les évêques et les communautés religieuses, cléricales ou monastiques, font partie intégrante des élites sociales et politiques et se conçoivent difficilement les uns sans les autres. Les premiers, par leur ministère, sont les consécrateurs des églises et ceux qui les réconcilient, ils ordonnent les clercs et ont, au Moyen Âge, clairement fondé leur puissance sur leur emprise territoriale. Les seconds utilisent ou contestent la tutelle épiscopale pour asseoir et développer leur puissance. Sur une chronologie qui court de la réforme carolingienne au concile de Trente, en privilégiant donc l’intégration comparatiste de différents types de communautés religieuses, régulières et séculières, le propos de ce colloque sera d’envisager différents aspects des relations entre ces deux pôles et d’examiner l’action épiscopale déployée dans les diocèses à destination particulière des établissements collectifs. Ces communautés religieuses sont définies surtout comme communautés canoniales et monastiques, y compris les ordres militaires, ce qui n’exclut pas pour autant les Mendiants et intègre aussi tout le pan des relations entre évêques et chapitres cathédraux.

Programme

Programme en version téléchargeable

10 mai 10h15 Accueil (MSH Alpes)
10h45 Introduction par Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble Alpes, UMR 8584 LEM-CERCOR) et Anne Massoni (Université de Limoges, EA 4270 CRIHAM)

Stratégies de coexistence

Ordres et familles monastiques

Présidence Véronique Gazeau

11h15 Sylvain Excoffon (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 8584 LEM-CERCOR)
« Les évêques et les chartreuses dans les provinces de Lyon, Vienne, Besançon et Aix, XIIe-XIIIe siècle. »
11h45 Yohan Mattalia (Université Toulouse-Midi Pyrénées, UMR 5608 TRACES-Terrae)
« Évêques, Templiers et Hospitaliers dans les diocèses du sud-ouest de la France, XIIe siècle. »
14h00 Thierry Pécout (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 8584 LEM-CERCOR)
« Évêques et fondations religieuses féminines en Provence, XIIIe-XIVe siècle. »
14h30 Bertrand Marceau (École française de Rome)
« De l’exemption de l’ordinaire à la commende ? Les évêques face aux cisterciens (France, 1438-1563). »
15h00 Daniel-Odon Hurel (CNRS, UMR 8584 LEM)
« Réforme bénédictine et réalités politiques. La congrégation de Chezal-Benoit avant le concile de Trente. »

Espaces et territoires

Présidence Brigitte Meijns

15h50 Anna Trumbore Jones (Lake forest College, Illinois)
« Évêques, moines, et chanoines en Aquitaine, Xe-XIe siècles : liens familiaux, politiques, pieux et diocésains. »
16h20 Grégory Combalbert (Université Caen Normandie, UMR 6273 CRAHAM)
« Les évêques normands face aux moines et aux chanoines dans la “politique paroissiale” (deuxième tiers du XIIe-premier tiers du XIIIe siècle). »
17h30 Visite du groupe épiscopal Notre-Dame/Saint-Hugues (Alain Badin de Montjoye, archéologue, conservateur du Patrimoine honoraire).
11 mai 9h00 Clémence Lescuyer (Institut national du Patrimoine)
« Évêques de Clermont et moines bénédictins : jeux de pouvoirs autour de l’abbaye de Saint-Alyre, fin XIIe-début XVIe siècle. »
9h30 Monique Maillard-Luypaert (Université Saint-Louis Bruxelles, CRHIDI)
« L’action des évêques de Cambrai vis-à-vis des communautés séculières et régulières du Hainaut (Xe-XVe siècles). Un état de la question. »
10h00 Vincent Tabbagh (Université Bourgogne Franche-Comté, UMR 6298 ARTÉHIS)
« Les initiatives épiscopales de fondations d’établissements de prières en France (fin XIIe-début XIVe siècle). »

Réformes et figures de réformateurs

Mondes carolingiens

Présidence Laurent Morelle

10h45 Michèle Gaillard (Université de Lille 3, UMR 8529 IRHIS)
« Entre contrôle des monastères et activité réformatrice. Étude comparée de l’action des évêques de Metz, Toul, Verdun et Reims (vers 820-vers 940). »
11h15 Ortwin Huysmans (Université catholique de Louvain)
« La surveillance épiscopale, les droits de propriété et les réformes monastiques : normes et réalités à l’époque carolingienne (Francie occidentale et Lotharingie, vers 816-987). »
14h00 Steven Vanderputten (Université de Gand)
« À la recherche d’une “unité de comportement” : Adalbéron de Reims et le “proto-chapitre général” d’abbés bénédictins de 972/974. »
14h30 Jean Berger (Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 5648 CIHAM)
« Entre siècle et règle, entre pape et roi, les communautés religieuses comme instrument de gouvernement sous l’évêque d’Auvergne Étienne II (942-984). »
15h00 Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble Alpes, UMR 8584 LEM-CERCOR)
« Les évêques bourguignons et la réforme des communautés régulières (IXe-XIIe siècles). »

Temps féodaux

Présidence Alain Dubreucq

16h00 Véronique Gazeau (Université Caen Normandie, UMR 6273 CRAHAM)
« L’évêque Odon de Bayeux et le monastère Saint-Vigor (1063-1096). Réformateur et/ou stratège politique ? »
16h30 Brigitte Meijns (Université catholique de Louvain)
« Jean de Warneton, évêque de Thérouanne (1099-1130) ou le dynamisme de la réforme canoniale dans le nord de la France. »
17h30 Visite de Saint-Laurent de Grenoble (Renée Colardelle, conservateur du Patrimoine honoraire).

Derniers temps médiévaux

Présidence Alain Dubreucq

12 mai 9h00 Anne Wagner (Université de Franche-Comté, EA 2273 LSH)
« Étienne de Bar, évêque de Metz de 1120 à 1163. »
9h30 Christine Barralis (Université de Lorraine, EA 3945 CRULH)
« Les évêques et la réforme des bénédictins dans les provinces de Trèves, Reims et Sens à la fin du Moyen Âge. »
10h00 Anne Massoni (Université de Limoges, EA 4270 CRIHAM)
« Les évêques et la réforme canoniale dans les provinces de Sens et Reims à la fin du Moyen Âge. »

Prismes documentaires

Présidence Michèle Gaillard

11h00 Hélène Caillaud (Université de Limoges, EA 4270 CRIHAM)
« La figure de l’évêque au prisme de la production hagiographique en particulier dans le diocèse d’Orléans (ixe-xe siècles). »
11h30 Laurent Morelle (EPHE)
« Les actes des évêques d’Amiens (XIe-XIIe siècles). Une action épiscopale à l’égard des différentes communautés religieuses intra- et extra- diocésaines. »
12h00 Sébastien Fray (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 8584 LEM-CERCOR)
« Un cas de mémoire épiscopale (et canoniale) portée par des moines. La Chronique de Saint-Pierre du Puy (début du XIIe siècle). »
12h30 Jacques Péricard (Université de Limoges, EA 3177 OMIJ) et Laura Viaut (Université de Limoges, EA 3177 OMIJ)
« Le témoignage d’un manuscrit inédit (BnF, N.a.l. 1274) sur les relations entre l’archevêque de Bourges et le chapitre cathédral aux XIIe et XIIIe siècles. »
13h00 Conclusions par Cécile Caby (Université Lumière Lyon 2, UMR 5648 CIHAM).

Conseil scientifique

  • Christine Barralis (Université de Lorraine, EA 3945 CRULH)
  •  Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble Alpes, UMR 8584 LEM-CERCOR)
  • Anne Massoni (Université de Limoges, EA 4270 CRIHAM)
  • Brigitte Meijns (Université catholique de Louvain)
  • Charles Mériaux (Université de Lille 3, UMR 8529 IRHIS)
  •  Thierry Pécout (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 8584 LEM-CERCOR)
  • Vincent Tabbagh (Université Bourgogne Franche-Comté, UMR 6298 ARTÉHIS)

Lieu

Amphithéâtre MSH-Alpes
1221 avenue Centrale – Domaine universitaire
F-38400 Gières
Tél. : 04 76 82 73 00

Contacts

  • Noëlle Deflou-Leca noelle.deflou-leca@univ-grenoble-alpes.fr
  • Anne Massoni anne.massoni@unilim.fr

Les solutions de cartographie web

Les Solutions de cartographie web – ou webmapping – sont des outils qui permettent de publier sur internet des cartes issues de ses propres données, de ses traitements et de ses choix de symbologie, de manière dynamique et potentiellement interactive. Les outils de cartographie peuvent également permettre de procéder à des traitements géomatiques en ligne. Il existe trois types d’outils pour faire de la cartographie sur internet : des solutions « clefs en main », des SIG en ligne et des combinaisons serveur/client cartographiques.

Des services de cartographie web « clefs en main »

Des programmes en ligne « clefs en main » permettent de produire et de publier facilement et rapidement des contenus cartographiques dynamiques. On peut citer par exemple Google Mymap, programme propriétaire de Google, ou U-Map, programme libre développé par la communauté OpenStreetMap.

Avantages

  • facilité de prise en main
  • rapidités de mise en œuvre

Ils offrent des interfaces qui facilitent la mise en commun et la collaboration sur des projets cartographiques.

Inconvénients

Néanmoins, ces solutions ont les inconvénients de leurs avantages : elles sont très basiques. Ce sont souvent uniquement des outils d’affichage de données vectorielles simples, contraignants dans leurs paramètres de traitements, de symbologie ou dans les possibilités de mise en page qu’ils proposent. Enfin, souvent gratuits, ces services ne sont cependant pas tous libres et ils impliquent des droits de licences qui ne sont pas toujours à l’avantage des utilisateurs ou de la liberté des données (notamment dans le cas de Google Mymap).

Des SIG en ligne

Les SIG en ligne offrent des fonctionnalités comparables aux SIG de bureau (bien que souvent réduites par rapport à celles-ci) et permettent à plusieurs usagers d’intervenir et de collaborer sur un même projet géomatique.

Parmi ces SIG en ligne, on trouve surtout des services payants et propriétaires, par exemple :

  • Carto.com propose une utilisation gratuite mais vite limitée, notamment en termes de rapidité d’affichage et du nombre de données affichables ;
  • ArcGIS Online propose des fonctionnalités SIG simplifiées mais puissantes en ligne ;
  • Géo, anciennement Dynmap, fonctionne également de cette manière.

Avantages

  • fonctionnement multi-utilisateurs ;
  • performance ;
  • une ergonomie et un fonctionnement similaire aux versions desktop, pratique pour ceux qui connaissent déjà les outils.

Ces outils peuvent être très utiles dans le cadre de la phase exploratoire et du géotraitement commun de données géographiques.

Inconvénients

Ce sont la plupart du temps des technologies payantes et propriétaires. Ceci implique que leur utilisation peut être limitée ou soumise à l’achat de licences et de mises à jour. On ne peut donc garantir la pérennité des cartes web qui sont ainsi développées sur le long terme.

Il existe une solution intermédiaire entre les SIG en ligne cités et les solutions serveur/client nécessitant un fort investissement en termes de développement, que nous allons présenter plus loin. Il s’agit de QGIS server, une solution OpenSource qui a pour principe de transposer le SIG libre QuantumGIS desktop sur le web. En théorie, cette solution  vise à transférer les projets de QGIS desktop à QGIS server, et donc d’y retrouver les mêmes données, la même structure, les mêmes choix de symbologie et certains outils similaires. En pratique, cette solution est néanmoins très compliquée à mettre en oeuvre et demande un effort de programmation important.

Serveurs et clients cartographiques

La dernière grande famille de solutions web permet d’avoir davantage la main sur les différentes étapes du processus. Alors que les deux premiers types de solutions sont des services qui proposent en même temps les fonctions d’hébergement, de serveur (charger et stocker les données géographiques) et de client (paramétrer et afficher les données), le troisième type de solutions sépare le serveur du client. Le serveur cartographique est un logiciel qui stocke les informations comme étant des informations géographiques avec des coordonnées, une table attributaire dans le cas de données vecteur, une symbologie, etc. (ce qui permet de pouvoir faire des requêtes attributaire ou de localisation sur les données), et de l’autre côté, le client (un autre logiciel souvent situé sur un autre ordinateur) affiche les données comme étant des images cartographiques, c’est-à-dire avec une légende, une échelle, la possibilité de changer d’échelle, de zoomer sur la carte et potentiellement d’interagir avec elle.

Avantages

Des tâches bien différenciées

Le premier avantage de ce type de solutions est que toutes les étapes du processus sont bien séparées. En amont, il y a une étape de traitement, de mise en forme des données géographiques (sur des outils de SIG de bureau classique). Ensuite, il y a une étape de mise en forme des données pour internet et de chargement sur des serveurs cartographiques qui garantissent la nature géographique des données, par exemple en utilisant MapServer (le pionnier) ou GeoServer (plus facile d’accès).

Ensuite, il peut y avoir une étape de catalogage des données qui utilise aussi des programmes indépendants, comme Geosource (à l’origine du Geocatalogue par exemple), pour formaliser les données selon des normes, comme la norme Inspire. Cette étape est utile dans le cas où les données ont vocation à être téléchargées et réutilisée.

Enfin, il y a l’étape du client, c’est-à-dire de l’affichage et de la programmation des possibilités d’interaction et de visualisation sur la page web de la carte, grâce aux librairies javascript Openlayers (très puissant mais nécessitant plus de développement) ou Leaflet (qui a une syntaxe plus légère).

La segmentation de ces étapes implique qu’elles peuvent être réalisées par différentes personnes. Egalement, lorsque la donnée change, lorsqu’on en rajoute ou qu’elle évolue, il suffit de la modifier en amont et de l’intégrer au reste plus ponctuellement.

Des technologies libres, standardisées, interopérables et bien soutenues

Un autre avantage réside dans le fait que ces technologies sont libres et gratuites, et qu’elle possède une communauté très importante d’utilisateurs, ce qui implique une large documentation et une garantie de leur pérennité (une grande communauté d’utilisateur garantit le fait que la technologie va durer et qu’elle va être entretenue, qu’elle va évoluer, être optimisée).

Les différentes composantes de ces solutions de webmapping reposent sur des standards et offrent donc une grande compatibilité entre elles et avec d’autres fonctionnalités web. Par exemple le client cartographique Leaflet fonctionne directement et très facilement avec la librairie de datavisualisation généraliste, D3.js. A partir de QGIS desktop, il est également possible de produire automatiquement des scripts en OpenLayers.js ou Leaflet.js grâce au plugin qgis2web. On peut aussi signaler Vmap, qui permet d’afficher, côté client, les flux WMS mis à disposition par les serveurs cartographiques, grâce à une interface ergonomique et simplifiée. Cette application remplace le développement complexe de pages html, php et javascript. Cette interopérabilité provient précisément du fait que ce sont des technologies libres : le domaine de la géomatique libre s’est rapidement doté de conventions notamment à travers les normes de l’Open Geospatial Consortium (OGC) qui régulent et garantissent l’interopérabilité entre toutes les initiatives dans le domaine.

Enfin un dernier avantage réside dans la grande liberté de développement que ces solutions offrent. Il est possible de maîtriser toutes les étapes du processus, et, lorsque l’on maîtrise bien les différentes étapes, il est finalement possible de tout faire. La méthode s’avère très puissante et les possibilités – en tout cas en termes de visualisation – sont très vastes. Au sein de l’architecture serveur/client cartographique, il est possible de moduler et d’alléger certaines étapes, notamment celle du paramétrage du serveur pour tout paramétrer côté client. L’architecture de ces solutions est en ce sens flexible. Il est possible de mettre directement en relation une base de données géographiques (Postgis) avec les clients cartographiques en javascript, ce qui facilite l’affichage cartographique par requête directement dans la base de données.

Inconvénients

Evidemment, ces avantages ont leurs inconvénients : ces solutions sont très lourdes à mettre en place en termes de développement. Elles nécessitent un gros effort de programmation. En ce sens, ces solutions ne conviennent pas forcément dans le cas où la carte web est alimentée par des gens différents de ceux qui l’ont mise en place et qui n’auraient pas les mêmes compétences informatiques. Il faut donc que son utilisation vaille le coût de son développement (ce qui n’est pas toujours le cas).
Il faut ajouter que ces solutions de cartographie web n’offrent pas d’hébergement pour l’application de webmapping. Autrement dit, il faut que le développer de l’application trouve à l’héberger, ce qui est la plupart du temps payant et/ou demande un suivi, voire un entretien, sur le long terme. Certains serveurs cartographiques comme Geoserver sont en outre relativement compliqué à installer sur un serveur web distant au moment de la mise en ligne de l’application. La documentation  est effet abondante concernant son installation en local mais beaucoup plus rare concernant son installation sur serveur distant.
Enfin, les solutions serveur/client cartographiques proposent des outils encore faibles en terme de géotraitements de données par l’utilisateur.

S’adapter à l’objectif

Le choix de la technologie de webmapping doit être adaptée à l’objectif : il ne sert à rien de développer quelque chose de très lourd pour une carte simple, et, à l’inverse, une lourde phase de programmation en amont peut alléger bien des opérations en aval. Dans le cadre du projet Col&Mon, les différentes étapes – notamment l’étape d’exploration des données et celle de l’élaboration du livrable final – n’impliquent pas les mêmes fonctionnalités ni les mêmes objectifs. Elles ne nécessitent donc pas forcément les mêmes outils de cartographie web. Ce projet devra donc recourir à tous les types d’outils recensés ici.

Les limites des diocèses au Moyen Âge : sources historiques et outils d’interprétation SIG 

Ce travail postdoctoral, d‘une durée d’un an, s’est donné pour but de travailler sur les limites des diocèses en France, avant 1317, c’est-à-dire pour une période durant laquelle l’espace des diocèses est mal connu. L’objectif est de proposer une restitution de l’emprise de ces espaces diocésains entre IXe et XIVe siècle. Étant donné le temps imparti assez limité et donc l’impossibilité de réaliser ce travail sur tout le territoire national, il a été décidé de traiter en priorité les espaces qui étaient privilégiés dans Col&Mon parce qu’ils étaient déjà bien documentés dans les bases de données sur les collégiales et sur les monastères, véritables points de départ de ce projet ANR. Les diocèses priorisés appartiennent à la région Bourgogne, au Limousin.

Dans cet article, on essaiera de faire le point sur la méthodologie utilisée pour la mise en place du SIG et la reconstitution des limites des diocèses. La première partie du projet s’est concentrée sur l’étude des travaux publiés sur ces espaces et la collecte des données existantes en format compatible avec le SIG. Pour la réalisation de l’outil d’analyse, on a utilisé le logiciel SIG ArcGIS 10.4.1 de l’entreprise ESRI et le logiciel libre QGIS version 2.16. Les données vectorielles SIG (Fig. 1) que nous avons pu recueillir sont les suivantes :

  • les données mises à disposition sur le site Menestrel par Thomas Lienhard, maître de conférences au LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris) de l’université Paris 1, en particulier les fichiers en format shapefile des évêchés et archevêchés d’Europe, des provinces romaines des Gaules et des royaumes francs, des vici et des villes d’époque romaine ;
  • Le shapefile polygonal des pagus de France que Thomas Lienhard a créé à partir des données visibles sur le site Regnum Francorum Online ;
  • les limites des diocèses de France entre le XIVe et le XVIIIe siècle, réalisées par Thomas Areal (Université de Clermont – Blaise Pascal) et téléchargeables du site Georezo;
  • la collecte des données des projets Collégiales et Monastères, sous forme de points géoréférencés ;
  • les données, d’époque romaine et médiévale, du projet Digital Atlas of Roman and Medieval Civilization, mises à disposition à travers le protocole d’échange WMS.
Figure 1: Données SIG vectorielles
Figure 1: Données SIG vectorielles

À ces données vectorielles, ont été ajoutées les données raster suivantes (Fig. 2) :

  • les cartes des diocèses de France réalisées par Jacques de Font-Réaulx, dans les années 1970, avec la collaboration de plusieurs chercheurs de l’IRHT. Malheureusement, les cartes produites ne couvrent pas tous les diocèses de France ; l’auteur a écrit en 1960 un article intitulé « Atlas des diocèses de France » (Font-Réaulx J. L’atlas des diocèses de France, Bibliothèque de l’école des chartes. 1960, tome 118. pp. 191-198) où il explique la méthodologie utilisée pour les. Les cartes ont été déjà numérisées par le LaMOP et le CERCOR (Université Jean Monnet de Saint-Étienne), à différentes périodes ;
  • grâce à la convention réalisée entre le LaMOP et l’IGN, on a eu la possibilité de télécharger – en les utilisant comme base cartographique – les cartes IGN aux échelles 1/25.000e et 1/50.000e, ainsi que le shapefile linéaire en format vectoriel de l’hydrographie et le shapefile polygonal des communes, des départements et de régions de France ;
  • grâce au protocole d’échange WMS du Geoportail de l’IGN, on a aussi pu utiliser la carte réalisée par les Cassini au XVIIIe siècle.
Figure 2 : Exemple des données raster pour le territoire parmi les diocèses de Langres, Autun et Auxerre (Carte IGN 1/25 000e, carte de Cassini, carte de Font Réaulx)
Figure 2 : Exemple des données raster pour le territoire parmi les diocèses de Langres, Autun et Auxerre (Carte IGN 1/25 000e, carte de Cassini, carte de Font Réaulx)

Une fois récupérées toutes ces données, il était alors temps de se concentrer sur la géoréférenciation des cartes de Font-Réaulx, en utilisant comme base de référence les cartes IGN au 25 000e et le système de projection Lambert 93. Pour la Bourgogne, nous avons géoréférencé les cartes des diocèses de Langres, de Sens, et de Chalon-sur-Sâone mais aussi celui limitrophe de Bourges. Les lieux de culte et les limites se réfèrent au XIVe siècle, sauf cas particuliers qui ont été indiqués sur la carte. Nous avons ensuite vectorisé les limites tracées, en essayant de les repositionner sur la carte IGN au 25000 e et de géolocaliser de façon plus précise les lieux mentionnés sur les cartes (Fig. 3).

web_fig3
Figure 3 : Cartes de Font-Réaulx géoréférencées

Afin d’essayer de restituer les limites des diocèses pour la période qui va du haut Moyen Âge au XIVe siècle, même si l’on a utilisé la même méthodologie que celle utilisée par Font-Réaulx, il a été possible de bénéficier des potentialités offertes par des logiciels SIG. Le premier diocèse étudié a été celui d’Auxerre, pour lequel on avait déjà rassemblé quantité de données. Au-delà des pouillés, nous avons pu utiliser les gesta des évêques (Les Gestes des évêques d’Auxerre, éd. sous la direction de Michel Sot, Paris, 2002), afin de positionner les lieux de culte qui y étaient présentés comment étant sous contrôle épiscopal entre le IIIe et le XVIIIe siècle. En réalité, il faut souligner que la première rédaction des gesta a été réalisée entre 872 et 875.

Pour géolocaliser les lieux (pris en compte d’abord dans les pouillés, ensuite dans les gesta), on a procédé de façon régressive ; ont d’abord été positionnées les localités mentionnées dans les pouillés du XVe siècle (Longnon M. A., Pouillés de la province de Sens, t. IV, Paris, 1904), pour passer successivement aux époques plus anciennes (Fig. 4).

Figure 4 : Lieux de culte du diocèse d'Auxerre entre le Ve et XVe siècle
Figure 4 : Lieux de culte du diocèse d’Auxerre entre le Ve et XVe siècle

Les lieux ont été placés sur la carte IGN au 25 000e à l’aide du shapefile des communes de France et de la carte de Cassini. Pour retrouver sur la carte des toponymes qui ont aujourd’hui disparu, on a utilisé le dictionnaire topographique de la France. Une fois créées les couches des lieux de culte pour chaque période, grâce au SIG, l’évolution de la cartographie des lieux de culte a pu être retracée à l’intérieur du diocèse au cours des siècles, mettant en évidence des phases d’expansion et de contraction des possessions. Nous avons suivi la même méthodologie pour les autres diocèses de Bourgogne comme Autun, Nevers, pour les diocèses de Langres et Chalon-sur-Saône les cartes avaient déjà été faites par Font Réaulx et donc sont été simplement vectorisées. Malheureusement, pour ces autres diocèses, nous n’avons pas une documentation aussi complète que celle constituée par les gesta pour le diocèse d’Auxerre.

Après le XVe siècle, les limites des diocèses ne sont pas très différentes des limites des communes. C’est encore plus vrai en ce qui concerne les communes créées après 1789. J. Font-Réaulx a d’ailleurs souvent utilisé les limites communales pour la réalisation de ces cartes mais à l’échelle de la France, cette option ne pose pas de gros problèmes cartographiques. En revanche, pour les périodes plus anciennes, tracer avec précision les limites des diocèses est méthodologiquement délicat. Au-delà des limites naturelles comme les crêtes des montagnes et les fleuves (dans notre cas la Loire fixait, déjà en 876, la limite entre les diocèses d’Auxerre et de Bourges), il n’existait pas de bornage qui ait survécu jusqu’à nos jours. C’est pour cette raison qu’essayer de dessiner les limites en traçant une ligne qui passe par des points donnés au milieu d’une forêt ou d’une campagne ne correspond pas à la réalité historique, notamment pour les périodes les plus anciennes pour lesquelles rien ne dit que la notion de limite linéaire était opérante. Nous avons donc choisi, pour résoudre ce problème de validité dans la restitution des limites, de créer des zones tampons à l’intérieur desquelles se situent avec la plus grande probabilité les limites des diocèses.

Pour positionner ces zones tampons, nous avons dessiné un fichier polygonal entre les diocèses, ayant pour sommets les lieux de culte les plus externes de chaque diocèse. Pour automatiser la création de la zone tampon, nous avons utilisé la fonction de l’enveloppe concave. Une enveloppe concave est la surface minimale contenant tous les points qui sont positionné sur le territoire (Fig. 5). Nous avons appliqué cette fonction à chaque diocèse afin d’identifier la portion de territoire qui se trouve entre les deux surfaces et qui correspond à notre zone tampon.

Figure 5 : enveloppes concaves réalisées autour des points des lieux de culte des diocèses d'Auxerre et d'Autun.
Figure 5 : enveloppes concaves réalisées autour des points des lieux de culte des diocèses d’Auxerre et d’Autun.

Dans l’exemple donné, il est ainsi impossible de savoir précisément où passe la limite entre les diocèses de Autun et d’Auxerre. Plutôt que de trancher arbitrairement, la zone tampon permet de tracer un zonage de contact (Fig. 6).

Figure 6 : Zone tampon entre XIIIe et XIVe siècle entre le diocèse d'Auxerre et le diocèse d’Autun
Figure 6 : Zone tampon entre XIIIe et XIVe siècle entre le diocèse d’Auxerre et le diocèse d’Autun

C’est donc à l’intérieur de cette zone que, selon toute probabilité, ont fluctué les limites des diocèses. La largeur de la zone tampon est liée à la typologie du territoire, ainsi qu’à la concentration des lieux de culte ; le long de la Loire, par exemple, les zones tampons sont plus étroites que celles que l’on retrouve dans les régions boisées. En recréant ces zones tampons pour toutes les périodes, nous avons pu les comparer afin de mettre en évidence les variations des limites de diocèses pendant le laps de temps étudié (Fig. 7).

Figure 7 : Superposition des zones tampons entre le diocèse d'Auxerre et le diocèse de Autun (XIIIe et XIVe siècles)
Figure 7 : Superposition des zones tampons entre le diocèse d’Auxerre et le diocèse de Autun (XIIIe et XIVe siècles)

Ensuite, on comparera ces zones avec les limites obtenues en utilisant la méthode du polygone de Thiessen et les limites des communes actuelles.

La méthodologie des polygones de Thiessen a été déjà utilisée pour reconstituer le tissu du maillage paroissial en Touraine (Pascal Chareille, Xavier Rodier, Elisabeth Zadora-Rio. L’analyse des transformations du maillage paroissial et communal en Touraine à l’aide d’un SIG. Histoire & Mesure, EHESS, 2004, XIX (3/4), pp.317-343)

Toutes ces données seront mises à disposition en libre format sur la plateforme SIG du projet Col&Mon.

COL&MON

COL&MON est un projet de recherche en histoire et analyse spatiale du phénomène religieux financé par l’ANR (ANR-15-CE27-0005-01). Il a pour objectif de constituer et d’analyser le corpus numérique des monastères et des collégiales, c’est-à-dire les établissements ayant abrité un clergé collectif, dans l’espace français entre 816 et 1563 afin de comprendre les ressorts de leur implantation et de l’évolution de ce réseau dans une démarche spécifique et comparatiste. Le corpus numérique sera partagé en Open Data et sera exploité par un outil de représentation et d’analyse de données spatiales et temporelles en cours de développement. Cet outil sera accessible à tous et distribué sous licence libre. Les thématiques abordées dans le carnet seront donc: l’histoire religieuse médiévale, la géomatique, l’analyse et la représentation de données.

Analyse spatiale et temporelle du phénomène religieux