Tous les articles par Davide Gherdevich

Historiographie de la cartographie des diocèses

Davide Gherdevich, boursier post doctorant sur le projet ANR COLéMON (LaMOP Université Paris-1 Panthéon Sorbonne)

Dans ce bilan historiographique (bien loin d’être exhaustive), nous avons essayé de mentionner les travaux les plus importants et les plus marquants pour les études des limites des diocèses.

Les plus anciennes cartes sur lesquelles sont dessinées les limites des territoires des diocèses datent du XVIe siècle ; la première carte est celle de diocèse du Mans réalisée par Macé Ogier, prêtre et maître de l’hôpital des Ardents, en 1539 et imprimée en 1586. Puis celle du diocèse de Bourges est conçue en 1545.

Un des premiers travaux regroupant plusieurs cartes avec les limites des diocèses est celui de Du Chesne, Bibliothèque des auteurs qui ont écrit l’histoire et topographie de la France, daté de 16181. Dans ce livre on trouve les représentations des limites de quatre diocèses : celui de Limoges, le diocèse de Reims, le diocèse du Mans et enfin le diocèse de Cahors. La plus ancienne carte générale des diocèses est la Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane réalisée en 1624 par Des Bleyns2 (Fig.1) mais les limites sont très aléatoires, avec une projection et une restitution bien loin de la réalité du territoire.

Figure 1 : Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane réalisée en 1624 par Des Bleyns

En 16503 Nicolas Sanson réalise une des premières cartes de l’ensemble des diocèses de France même s’ils sont tracés à une échelle très petite (1 :2920000)4. (Fig. 2 et Fig. 3)

Figure 2 : N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, Paris vers 1650
Figure 3 : N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, détail (Source Gallica/BNF)

Nous pouvons aussi citer la carte dessinée en 1656 pour la première édition de la Gallia Christiana5 où sont visibles (mais avec un trait plutôt difficile à lire) les limites des archevêchés et des évêchés de France. (Fig. 4 et Fig. 5).

Figure 4 : De Sainte-Marthe L. et S., Gallia Christiana, Paris, 1656
Figure 5 : De Sainte-Marthe L. et S., Gallia Christiana, Paris, 1656, détail (Source Gallica /BNF)

Au XVIIIe siècle, paraît une bibliographie partielle des cartes des diocèses de France, rédigée en 1719 par Le Long dans sa Bibliothèque historique de la France6. Le Long a subdivisé les cartes en deux listes : une des cartes générales des diocèses de France et une autre des cartes particuliers des diocèses de France. En 1768 sont publiées, dans la Carte particulière du duché de Bourgogne, réalisée par Seguin, les cartes de trois évêchés : Dijon, Chalon et Mâcon avec les confins des diocèses limitrophes ; aux Archives de la Côte d’Or sont conservés les trois registres qui contiennent les réponses précises et complètes des curés à l’enquête préliminaire7 pour la réalisation de ces limites.

Pour trouver les premiers travaux de grande ampleur et d’une précision plus proche des cartes modernes, il faut remonter au XIXe siècle. C’est en particulier au milieu du XIXe siècle que Desnoyers commence une Topographie ecclésiastique de la France8, un travail qui ne comprend que le territoire de Lyon, les diocèses limitrophes et les territoires de la Belgique. Les cartes sont publiées dans l’annuaire de la Société de l’Histoire de France, sur plusieurs années, de 1854 à 18629, puis regroupées en 3 volumes. Enfin, vers la fin du XIX siècle et plus précisément en 1889, Auguste Longnon réalise l’Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours10, dans lequel nous avons une carte avec les divisions ecclésiastiques de la France de 1297 à 1317 (Fig. 6).

Figure 6 : Longnon A., l’Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, Paris 1889 (source Gallica/BNF)

Au XX siècle un des plus importantes études est sûrement « Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle », de François de Dainville parue la première fois comme article dans la Revue d’histoire de l’Église de France11 en 1954. Deux ans après, en 1956, il est étoffé et publié sous forme de monographie12. Il s’agit d’un recollement des cartes anciennes gravées ou manuscrites classées par diocèses — à l’exclusion des plans de paroisses manuscrits. Aux cartes des diocèses sont jointes celles des maisons religieuses et des cartes relatives au protestantisme. Pour chacune sont mentionnées les informations sur l’échelle utilisée, l’année et le lieu de conservation.

De la même période date l’atlas des anciens diocèses de France réalisé sous l’égide de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes entre 1954 et 1977. Initié par Jacques de Font-Réaulx avec le support technique de Sœur Christiane Mathioly du Carmel d’Amiens, il compte 65 cartes représentant les diocèses au 1/200 000eme. Pour le réaliser, Font Reaulx a utilisé surtout les pouillés comme il l’explique dans un article de 196013 . Malheureusement ce travail n’a pas été terminé et par conséquent nous n’avons qu’une couverture partielle du territoire, puisque manquent les limites de plusieurs diocèses du Centre et du Nord de la France.

C’est le travail de Font Reaulx que Jacques Dubois utilise comme base de départ pour réaliser sa carte des diocèses de France avant la Révolution14, réalisée en 1965. Dubois écrit que « c’est étonnant de constater qu’il n’existe aucune carte d’ensemble des diocèses de France avant 1790, ni même une liste exacte et complète des diocèses dont le territoire s’étendait au moins en partie en France, même si la ville épiscopale était à l’étranger ». Jusqu’aux années 1960 il n’existe pas de carte des diocèses de France, et Dubois il est le premier à en réaliser une à l’échelle de la France15. Cette carte a été utilisée pour représenter les diocèses dans les volumes des Fasti Ecclesiae Gallicanae16. Ce travail sur les limites réalisé par Dubois existe aussi en version numérique grâce au travail fait par Thomas Areal en 201017.

Pour les années 1980 et 2000 nous pouvons citer le livre de Michael Aubrun La paroisse en France des origines au XVe siècle18, qui est une étude de l’évolution des paroisses comme structure de pouvoir de l’Eglise sur le territoire, mais qui ne contient pas de carte diocésaine.

En 1994 apparaissent dans Atlas de la France de l’an Mil19 des cartes avec les limites des diocèses. Dans l’introduction, Michael Parisse (qui dirige cet ouvrage) explique que les cartes ont été dressées en utilisant comme base de départ les limites tracées par Dubois dans les années 1960.

En 1991, Chevalier et Sauzet cartographient le diocèse de Tours ainsi que la région Centre, intégrés à l’Atlas de la Région Centre 20

Au cours des années 2000, nous avons une nouvelle approche à l’étude des diocèses, liés en partie à l’application de nouvelles technologies (comme les systèmes d’information géographiques), mais aussi à des nouveaux points de vue historiographiques. A ce propos, Florent Hautefeuille écrit deux articles sur la délimitation territoriale et sur la difficulté de cartographier les paroisses de la Garonne21. En outre, les systèmes d’information géographiques sont utilisés par une équipe de chercheurs (Pascal Chareille, Xavier Rodier et Elisabeth Zadora-Rio22) afin d’effectuer des analyses des transformations du maillage paroissial dans la Touraine.

En 2005 l’ouvrage Les territoires du medieviste sous la direction de Benoît Cursente et Mireille Mousnier, il analyse les rapports entre les hommes et leurs espaces de vie au Moyen Âge, interessant

C’est au cours de ces dernières années qu’on assiste à la parution de deux importants ouvrages : en 2008, L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve – XIIe siècle) 23 et, en 2016, L’Evêque et le Territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle)24. Le premier, sous la direction de Florian Maziel, a réussi à réunir plusieurs études sur les espaces de pouvoir et les institutions des diocèses, de la fin de l’Empire romain jusqu’au XIIe siècle ; L’étude essaye de a essayé de montrer que les diocèses ne sont pas une simple évolution des anciennes administrations territoriales d’époque romaine, mais représentent plutôt une nouvelle forme de contrôle du territoire. L’autre ouvrage, toujours écrit par Florian Maziel, reprend l’étude de 2008, mais s’enrichit de nouveaux documents et d’exemples concernant l’évolution de l’espace diocésain, en prenant en considération non seulement le territoire français, mais aussi celui de l’Italie.

Fin 2016 il est paru le livre Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge: Limites et frontières25 , qui regroupe treize d’étude, concernant tout l’espace européenne, où sont analyse la fonction des limites dans l’espace médiévales.

Pour terminer cette brève historiographie de la cartographie des diocèses, nous pouvons citer un certain nombre de projets réalisés ces dernières années, avec des parties dédiées à l’étude de l’espace diocésain :

  • Le projet ANR CORELPA26, réalisé en 2006, avec la participation de plusieurs laboratoires dont le LAMOP, l’IRHT et l’université d’Avignon, grâce auxquels ont été numérisées les cartes de l’atlas des anciens diocèses de France réalisées par Jacques de Font-Réaulx.
  • L’atlas historique du Limousin27 dans lequel nous pouvons visionner l’Atlas de Bautier, avec une carte de l’espace diocésain et que dans les prochaines années il sera aussi doté d’une cartographie dynamique
  • L’Atlas archéologique de Touraine, réalisé dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche (PCR) du Ministère de la culture, coordonné par Elisabeth Zadora-Rio, il est composé de deux volets : une publication électronique en accès libre et une plate-forme de webmapping28.
Bibliographie

Aubrun M., Le Paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris 1986.

Baron-Yelles N., Boisselier S., François C., Sabaté F. (sous la direction) Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge: Limites et frontières. Presses universitaires du Septentrion. Vol 1, 2016

Bertoncello F., Coduo Y., « Variations sur un thème : le territoire de la cité antique et du diocèse médiéval de Fréjus (Var) », dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne, Hommage à Guy Barruol, Revue Archéologique de Narbonnaise, supplément 35, 2003, p. 167-180

Chareille P., Rodier X., Zadora-Rio E., « Analyse des transformations du maillage paroissial et communal en Touraine à l’aide d’un SIG », Histoire & mesure XIX – 3/4, 2006.

Chevalier B., Sauzet M. Aux origines du département d’Indre-et Loire: l’ancien diocèse de Tours au XIVe siècle, Atlas de la Région Centre, 1991.

De Bleyns A. F., Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane, 1624.

De Dainville F., Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle, Bibliothèque de la société d’histoire ecclésiastique de la France, Paris, 1956.

De Sainte-Marthe L. et S., Gallia Christiana, 4 vol. , Paris, 1656.

Desnoyers J., Topographie ecclésiastique de la France, Paris, Lahure, 1854-1862, 3 vol.

Du Chesne A., Bibliothèque des autheurs qui ont escrit l’histoire et la topographie de la France, Sébastien Cramoisy, Paris, 1618.

Dubois J., « carte des diocèses de France avant la Révolution », en Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 20ᵉ année, N. 4, 1965.

Font-Réaulx J. L’atlas des diocèses de France, Bibliothèque de l’école des chartes. 1960, tome 118.

Hautefeuille F., « La cartographie de la paroisse et ses difficultés de réalisation », en Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, IVe-IXe siècles. Actes du Colloque de Toulouse, 21-23 mars 2003, C.Delaplace éd., Toulouse, 2005.

Hautefeuille F., « La délimitation des territoires paroissiaux dans les pays de moyenne Garonne (Xe-XVe siècles) », Médiévales, 49, 2005.

Le Long M. J., Bibliothèque historique de la France, Paris, 1719.

Longnon A. Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, 1882-1889.

Maziel F. (sous la direction), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve – XIIe siècle), Rennes, PUR, 2008.

Maziel F. L’Evêque et le Territoire L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle), Paris, SEUL, 2016.

N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, Paris vers 1650.

Parisse M. (sous la direction), Atlas de la France de l’an Mil, Paris, éditions Picard, 1994.

Peigne-Delacourt A., Tableau des abbayes et des monastères d’hommes en France à l’époque de l’édit de 1768, Arras, 1875.

Schneider L., « Le territoire de l’archéologue et l’archéologie des territoires médiévaux ». Cursente, Benoît, et Mireille Mousnier. Les territoires du médiéviste. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005. (pp. 309-327) [en ligne]: <http://books.openedition.org/pur/8201>. (consulté le 19/10/2017)

Zadora-Rio E., (sous la direction) Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, Supplément à la RACFn°34, FÉRACF, 2008.

Site internet et cartographie en ligne

Histoire de bulles, mesurer l’efficacité de la grâce au temps de la papauté d’Avignon, site du projet CORELPA [en ligne]. http://lamop-intranet.univ-paris1.fr/JeanXXII/index.php?p=Corpus (consulté 19/10/2017).

Atlas historique du Limousin [en ligne] https://www.unilim.fr/atlas-historique-limousin/ (consulté le 19/10/2017).

Atlas archéologique de Touraine [en ligne] http://a2t.univ-tours.fr/ (consulté le 19/10/2017).

Notes

1 Du Chesne A., Bibliothèque des autheurs qui ont escrit l’histoire et la topographie de la France, Sébastien Cramoisy, Paris, 1618

2 De Bleyns A. F., Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane, 1624

3 F. de Dainville, Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle. Paris, 1956, p. 139

4 N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, Paris vers 1650, Limites des provinces ecclésiastiques et des diocèses, cités archiépiscopales et épiscopales

5 De Sainte-Marthe L. et S., Gallia Christiana, 4 vol. , Paris, 1656

6 Le Long M. J., Bibliothèque historique de la France, Paris, 1719

7 Visible dans Peigne-Delacourt, Tableau des abbayes et des monastères d’hommes en France à l’époque de l’édit de 1768, Arras, 1875

8 Desnoyers J., Topographie ecclésiastique de la France, Paris, Lahure, 1854-1862, 3 vol

9 Dans l’ouvrage de Dainville, Cartes anciennes de l’église de France¸ l’auteur écrit que cet ouvrage est paru dans l’annuaire de la Société de l’Histoire de France, dans les années 1853, 1859,1861, 1862 et 1863 (mais cette année sans carte).

10 Longnon A. Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, 1882-1889.

11 De Dainville F., « Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle », en Revue d’histoire de l’Église de France, tome 40, n°134, 1954, Paris

12 De Dainville F., Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle, Bibliothèque de la société d’histoire ecclésiastique de la France, Paris, 1956

13 Font-Réaulx J. L’atlas des diocèses de France, Bibliothèque de l’école des chartes. 1960, tome 118.

14 Dubois J., « carte des diocèses de France avant la Révolution », en Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 20ᵉ année, N. 4, 1965

15 Nous pouvons voir une reproduction de cette carte dans son article des Annales, page 687 et suivantes.

16 Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500

17 Les limites des diocèses de France entre le XIVe et le XVIIIe siècle, réalisées par Thomas Areal (Université de Clermont) sont téléchargeables du site Georezo (https://georezo.net/forum/viewtopic.php?pid=212910).

18 Aubrun M., Le Paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris 1986

19 Parisse M. (sous la direction), Atlas de la France de l’an Mil, Paris, éditions Picard, 1994

20 Chevalier B., Sauzet M. Aux origines du département d’Indre-et Loire: l’ancien diocèse de Tours au XIVe siècle, Atlas de la Région Centre, 1991

21 Hautefeuille F., « La délimitation des territoires paroissiaux dans les pays de moyenne Garonne (Xe-XVe siècles) », Médiévales, 49, 2005,

Hautefeuille F., « La cartographie de la paroisse et ses difficultés de réalisation », en Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, IVe-IXe siècles. Actes du Colloque de Toulouse, 21-23 mars 2003, C.Delaplace éd., Toulouse, 2005.

22Chareille P., Rodier X. Zadora-Rio E., « Analyse des transformations du maillage paroissial et communal en Touraine à l’aide d’un SIG », Histoire & mesure XIX – ¾, 2006.

23 Maziel F. (sous la direction), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve – XIIe siècle), Rennes, PUR, 2008.

24 Maziel F. L’Evêque et le Territoire L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle), 2016

25 Baron-Yelles N., Boisselier S., François C., Sabaté F. (sous la direction) Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge: Limites et frontières. Presses universitaires du Septentrion. Vol 1, 2016

28 http://a2t.univ-tours.fr/

Les limites des diocèses au Moyen Âge : sources historiques et outils d’interprétation SIG 

Ce travail postdoctoral, d‘une durée d’un an, s’est donné pour but de travailler sur les limites des diocèses en France, avant 1317, c’est-à-dire pour une période durant laquelle l’espace des diocèses est mal connu. L’objectif est de proposer une restitution de l’emprise de ces espaces diocésains entre IXe et XIVe siècle. Étant donné le temps imparti assez limité et donc l’impossibilité de réaliser ce travail sur tout le territoire national, il a été décidé de traiter en priorité les espaces qui étaient privilégiés dans Col&Mon parce qu’ils étaient déjà bien documentés dans les bases de données sur les collégiales et sur les monastères, véritables points de départ de ce projet ANR. Les diocèses priorisés appartiennent à la région Bourgogne, au Limousin.

Dans cet article, on essaiera de faire le point sur la méthodologie utilisée pour la mise en place du SIG et la reconstitution des limites des diocèses. La première partie du projet s’est concentrée sur l’étude des travaux publiés sur ces espaces et la collecte des données existantes en format compatible avec le SIG. Pour la réalisation de l’outil d’analyse, on a utilisé le logiciel SIG ArcGIS 10.4.1 de l’entreprise ESRI et le logiciel libre QGIS version 2.16. Les données vectorielles SIG (Fig. 1) que nous avons pu recueillir sont les suivantes :

  • les données mises à disposition sur le site Menestrel par Thomas Lienhard, maître de conférences au LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris) de l’université Paris 1, en particulier les fichiers en format shapefile des évêchés et archevêchés d’Europe, des provinces romaines des Gaules et des royaumes francs, des vici et des villes d’époque romaine ;
  • Le shapefile polygonal des pagus de France que Thomas Lienhard a créé à partir des données visibles sur le site Regnum Francorum Online ;
  • les limites des diocèses de France entre le XIVe et le XVIIIe siècle, réalisées par Thomas Areal (Université de Clermont – Blaise Pascal) et téléchargeables du site Georezo;
  • la collecte des données des projets Collégiales et Monastères, sous forme de points géoréférencés ;
  • les données, d’époque romaine et médiévale, du projet Digital Atlas of Roman and Medieval Civilization, mises à disposition à travers le protocole d’échange WMS.
Figure 1: Données SIG vectorielles
Figure 1: Données SIG vectorielles

À ces données vectorielles, ont été ajoutées les données raster suivantes (Fig. 2) :

  • les cartes des diocèses de France réalisées par Jacques de Font-Réaulx, dans les années 1970, avec la collaboration de plusieurs chercheurs de l’IRHT. Malheureusement, les cartes produites ne couvrent pas tous les diocèses de France ; l’auteur a écrit en 1960 un article intitulé « Atlas des diocèses de France » (Font-Réaulx J. L’atlas des diocèses de France, Bibliothèque de l’école des chartes. 1960, tome 118. pp. 191-198) où il explique la méthodologie utilisée pour les. Les cartes ont été déjà numérisées par le LaMOP et le CERCOR (Université Jean Monnet de Saint-Étienne), à différentes périodes ;
  • grâce à la convention réalisée entre le LaMOP et l’IGN, on a eu la possibilité de télécharger – en les utilisant comme base cartographique – les cartes IGN aux échelles 1/25.000e et 1/50.000e, ainsi que le shapefile linéaire en format vectoriel de l’hydrographie et le shapefile polygonal des communes, des départements et de régions de France ;
  • grâce au protocole d’échange WMS du Geoportail de l’IGN, on a aussi pu utiliser la carte réalisée par les Cassini au XVIIIe siècle.
Figure 2 : Exemple des données raster pour le territoire parmi les diocèses de Langres, Autun et Auxerre (Carte IGN 1/25 000e, carte de Cassini, carte de Font Réaulx)
Figure 2 : Exemple des données raster pour le territoire parmi les diocèses de Langres, Autun et Auxerre (Carte IGN 1/25 000e, carte de Cassini, carte de Font Réaulx)

Une fois récupérées toutes ces données, il était alors temps de se concentrer sur la géoréférenciation des cartes de Font-Réaulx, en utilisant comme base de référence les cartes IGN au 25 000e et le système de projection Lambert 93. Pour la Bourgogne, nous avons géoréférencé les cartes des diocèses de Langres, de Sens, et de Chalon-sur-Sâone mais aussi celui limitrophe de Bourges. Les lieux de culte et les limites se réfèrent au XIVe siècle, sauf cas particuliers qui ont été indiqués sur la carte. Nous avons ensuite vectorisé les limites tracées, en essayant de les repositionner sur la carte IGN au 25000 e et de géolocaliser de façon plus précise les lieux mentionnés sur les cartes (Fig. 3).

web_fig3
Figure 3 : Cartes de Font-Réaulx géoréférencées

Afin d’essayer de restituer les limites des diocèses pour la période qui va du haut Moyen Âge au XIVe siècle, même si l’on a utilisé la même méthodologie que celle utilisée par Font-Réaulx, il a été possible de bénéficier des potentialités offertes par des logiciels SIG. Le premier diocèse étudié a été celui d’Auxerre, pour lequel on avait déjà rassemblé quantité de données. Au-delà des pouillés, nous avons pu utiliser les gesta des évêques (Les Gestes des évêques d’Auxerre, éd. sous la direction de Michel Sot, Paris, 2002), afin de positionner les lieux de culte qui y étaient présentés comment étant sous contrôle épiscopal entre le IIIe et le XVIIIe siècle. En réalité, il faut souligner que la première rédaction des gesta a été réalisée entre 872 et 875.

Pour géolocaliser les lieux (pris en compte d’abord dans les pouillés, ensuite dans les gesta), on a procédé de façon régressive ; ont d’abord été positionnées les localités mentionnées dans les pouillés du XVe siècle (Longnon M. A., Pouillés de la province de Sens, t. IV, Paris, 1904), pour passer successivement aux époques plus anciennes (Fig. 4).

Figure 4 : Lieux de culte du diocèse d'Auxerre entre le Ve et XVe siècle
Figure 4 : Lieux de culte du diocèse d’Auxerre entre le Ve et XVe siècle

Les lieux ont été placés sur la carte IGN au 25 000e à l’aide du shapefile des communes de France et de la carte de Cassini. Pour retrouver sur la carte des toponymes qui ont aujourd’hui disparu, on a utilisé le dictionnaire topographique de la France. Une fois créées les couches des lieux de culte pour chaque période, grâce au SIG, l’évolution de la cartographie des lieux de culte a pu être retracée à l’intérieur du diocèse au cours des siècles, mettant en évidence des phases d’expansion et de contraction des possessions. Nous avons suivi la même méthodologie pour les autres diocèses de Bourgogne comme Autun, Nevers, pour les diocèses de Langres et Chalon-sur-Saône les cartes avaient déjà été faites par Font Réaulx et donc sont été simplement vectorisées. Malheureusement, pour ces autres diocèses, nous n’avons pas une documentation aussi complète que celle constituée par les gesta pour le diocèse d’Auxerre.

Après le XVe siècle, les limites des diocèses ne sont pas très différentes des limites des communes. C’est encore plus vrai en ce qui concerne les communes créées après 1789. J. Font-Réaulx a d’ailleurs souvent utilisé les limites communales pour la réalisation de ces cartes mais à l’échelle de la France, cette option ne pose pas de gros problèmes cartographiques. En revanche, pour les périodes plus anciennes, tracer avec précision les limites des diocèses est méthodologiquement délicat. Au-delà des limites naturelles comme les crêtes des montagnes et les fleuves (dans notre cas la Loire fixait, déjà en 876, la limite entre les diocèses d’Auxerre et de Bourges), il n’existait pas de bornage qui ait survécu jusqu’à nos jours. C’est pour cette raison qu’essayer de dessiner les limites en traçant une ligne qui passe par des points donnés au milieu d’une forêt ou d’une campagne ne correspond pas à la réalité historique, notamment pour les périodes les plus anciennes pour lesquelles rien ne dit que la notion de limite linéaire était opérante. Nous avons donc choisi, pour résoudre ce problème de validité dans la restitution des limites, de créer des zones tampons à l’intérieur desquelles se situent avec la plus grande probabilité les limites des diocèses.

Pour positionner ces zones tampons, nous avons dessiné un fichier polygonal entre les diocèses, ayant pour sommets les lieux de culte les plus externes de chaque diocèse. Pour automatiser la création de la zone tampon, nous avons utilisé la fonction de l’enveloppe concave. Une enveloppe concave est la surface minimale contenant tous les points qui sont positionné sur le territoire (Fig. 5). Nous avons appliqué cette fonction à chaque diocèse afin d’identifier la portion de territoire qui se trouve entre les deux surfaces et qui correspond à notre zone tampon.

Figure 5 : enveloppes concaves réalisées autour des points des lieux de culte des diocèses d'Auxerre et d'Autun.
Figure 5 : enveloppes concaves réalisées autour des points des lieux de culte des diocèses d’Auxerre et d’Autun.

Dans l’exemple donné, il est ainsi impossible de savoir précisément où passe la limite entre les diocèses de Autun et d’Auxerre. Plutôt que de trancher arbitrairement, la zone tampon permet de tracer un zonage de contact (Fig. 6).

Figure 6 : Zone tampon entre XIIIe et XIVe siècle entre le diocèse d'Auxerre et le diocèse d’Autun
Figure 6 : Zone tampon entre XIIIe et XIVe siècle entre le diocèse d’Auxerre et le diocèse d’Autun

C’est donc à l’intérieur de cette zone que, selon toute probabilité, ont fluctué les limites des diocèses. La largeur de la zone tampon est liée à la typologie du territoire, ainsi qu’à la concentration des lieux de culte ; le long de la Loire, par exemple, les zones tampons sont plus étroites que celles que l’on retrouve dans les régions boisées. En recréant ces zones tampons pour toutes les périodes, nous avons pu les comparer afin de mettre en évidence les variations des limites de diocèses pendant le laps de temps étudié (Fig. 7).

Figure 7 : Superposition des zones tampons entre le diocèse d'Auxerre et le diocèse de Autun (XIIIe et XIVe siècles)
Figure 7 : Superposition des zones tampons entre le diocèse d’Auxerre et le diocèse de Autun (XIIIe et XIVe siècles)

Ensuite, on comparera ces zones avec les limites obtenues en utilisant la méthode du polygone de Thiessen et les limites des communes actuelles.

La méthodologie des polygones de Thiessen a été déjà utilisée pour reconstituer le tissu du maillage paroissial en Touraine (Pascal Chareille, Xavier Rodier, Elisabeth Zadora-Rio. L’analyse des transformations du maillage paroissial et communal en Touraine à l’aide d’un SIG. Histoire & Mesure, EHESS, 2004, XIX (3/4), pp.317-343)

Toutes ces données seront mises à disposition en libre format sur la plateforme SIG du projet Col&Mon.