Itinéraires réticulaires et réseaux égocentrés du Xe siècle – Éléments de réflexion pour une comparaison avec le fonctionnement des réseaux monastiques

Isabelle Rosé
Rennes 2, Tempora

Le projet Col&Mon me semble donner au terme de « réseaux » deux sens, qui se juxtaposent : d’une part, le réseau monastique, c’est-à-dire un ensemble d’établissements qui sont liés entre eux de manière institutionnelle ; d’autre part, le réseau ancré dans un espace géographique, une acception que l’on trouve par exemple dans l’expression géographique réseau de villes1.

Dans les recherches que je mène, le terme de « réseaux » renvoie à ce que les réseauistes appellent les réseaux personnels ou égocentrés, qui placent une personne précise au centre de l’étude2. Ce type d’analyse se différencie de l’approche de Col&Mon sur deux plans. Tout d’abord, on se place là dans une perspective individuelle, résolument biographique, centrée sur une personne précise. Par ailleurs, l’approche est sans doute plus sociale et quantitative que géographique (même si j’ai tenté de prendre en compte cette dimension). En effet, la théorisation et l’analyse de ce type de réseaux vient de la sociologie et repose sur des analyses mathématiques qui permettent de mettre au jour les structures de fonctionnement des sociétés.

Je me suis penchée sur cette question dans plusieurs articles, en tentant de reconstituer, puis d’analyser le réseau de relations de deux personnes qui ont vécu entre les dernières décennies du IXe siècle et la première moitié du Xe siècle, dans l’espace qui devient plus tard le royaume de France (et que l’on nomme à l’époque la Francie occidentale). Le premier est Odon de Cluny († 942), un abbé réformateur de nombreux établissements monastiques, sur lequel j’ai fait ma thèse, ce qui me rapproche ainsi de la perspective Col&Mon3. Je me suis ensuite intéressée au cas d’Emma, une nièce et fille de roi, qui devint à son tour reine du royaume des Francs par son mariage avec le souverain Raoul (923-936)4. Ces deux individus ont plusieurs points communs. Tout d’abord, Odon et Emma appartiennent au même milieu social, la haute aristocratie, seule catégorie sur laquelle on ait suffisamment de données à cette époque pour pouvoir travailler de manière quantitative. En outre, ils représentent, chacun à leur manière, des sortes de cas-limites. Avec Odon, on est confronté à un représentant de l’aristocratie monastique, qui se distingue du reste de la noblesse en particulier par le célibat, c’est-à-dire par le refus (institutionnalisé) de l’étape de vie conjugale, qui reste pour les individus laïcs une voie d’accès à de multiples relations sociales. Pour sa part, Emma pose le problème de la présence féminine dans les sources que l’on utilise pour reconstituer des réseaux et permet ainsi de s’interroger sur les limites de la méthode mise au point5.

Il va sans dire que reconstituer des réseaux égocentrés pour cette période, en transposant les méthodes sociologiques, qui plus est de manière quantitative, soulève d’emblée des interrogations. Sur un plan documentaire, comment trouver des données de bonne qualité et en nombre suffisante pour utiliser des méthodes quantitatives ? À un niveau conceptuel et technique, comment tenir compte du facteur temporel (souvent mal pris en considération dans les études égocentrées), une donnée pourtant fondamentale pour parvenir à analyser la transformation des liens sociaux d’une personne ? Enfin, en quoi l’analyse de réseaux permet-elle de cerner certaines évolutions sociales du groupe aristocratique, à une période de transition entre monde carolingien et logiques féodales ?

Pour expliquer ce que j’ai essayé de faire, j’articulerai mon propos en trois temps. Tout d’abord, j’évoquerai les problèmes structurels que pose la période médiévale pour utiliser les méthodes d’analyse des réseaux. Ensuite, j’expliquerai comment j’ai procédé pour reconstituer des réseaux centrés sur des personnes. Enfin, je verrai en quoi « l’itinéraire réticulaire » constitue un outil heuristique.

Problèmes structurels posés par la période médiévale pour reconstituer des réseaux

La période médiévale pose principalement deux problèmes structurels pour la reconstitution des réseaux de manière quantitative6.

Un problème de lacunes documentaires

La période médiévale pose tout d’abord des difficultés en termes de lacunes documentaires : très souvent, ce que l’on trouve pour d’autres périodes n’existe pas dans les sources du haut Moyen Âge. On n’a en effet quasiment pas de séries documentaires, à l’exception des documents royaux et des chartes que l’on a bien conservées à partir du IXe siècle. Il est donc compliqué de mener des analyses de réseaux avant cette date. Une autre difficulté importante est d’ordre prosopographique, en particulier pour identifier les individus. En effet, jusqu’au XIIe siècle, les personnes ne sont connues que par leur prénom, parfois accompagné de titres de noblesse (qui fluctuent de surcroît), ce qui signifie qu’on n’est jamais complètement sûr des identités des individus que l’on trouve. Malgré tout, le problème majeur est de savoir où trouver des traces de liens ou plutôt d’interactions sociales, qui permettent ensuite de passer à une approche quantitative.

Quelles sources privilégier ?

Pour ma part, j’ai privilégié les documents diplomatiques, mais on pourrait mener le même type d’approche à partir de corpus épistolaires. Ce type de document présente des atouts non négligeables. Tout d’abord, ils sont quasiment tous édités et parfois même saisis informatiquement pour le haut Moyen Âge et sont donc d’accès facile. Surtout, la mise par écrit de ces actes faisait l’objet de cérémonies publiques, auxquelles participait l’entourage nobiliaire des personnes directement impliquées, entourage qui signait le document, donnant ainsi lieu à une liste de noms. Ce type de source apparaît donc comme une sorte d’enregistrement de relations entre les hommes, qui sont saisies à travers les signatures au bas des chartes. On a là des listes de personnes présentes à un instant T, au même endroit, et réunies par un même acte social (une donation, une réforme, un échange etc)7. Les chartes permettent alors de coder des liens binaires (ou « liens dyadiques », en langage sociologique, c’est-à-dire un lien entre deux entités), qui sont de même nature. Ces liens sont donc déduits de la cooccurrence sur un même document, mais ils traduisent aussi une réalité sociale qui est l’appartenance à un entourage nobiliaire.

En traitant le cas d’Emma, je me suis toutefois rendue compte que ces documents diplomatiques induisaient des biais, alors que je les pensais relativement “neutres”8.

1) Tout d’abord, les résultats sont extrêmement tributaires de l’état de conservation de la documentation. Quand on travaille sur des laïcs, ils n’apparaissent en effet que s’ils patronnaient un grand établissement religieux et si ce dernier a bien conservé sa documentation, puisqu’on n’a quasiment pas d’archives laïques. Cette dimension apparaît clairement dans la figure 1, quand on compare les réseaux robertiens, c’est-à-dire le milieu d’origine d’Emma (les nœuds bleus, qui sont reconstitués essentiellement à partir de la documentation de la puissante abbaye de Saint-Martin de Tours), et ceux de la famille de son époux, les Bosonides de Bourgogne (les nœuds roses, qui ne contrôlaient que des monastères de moindre envergure qui ont transmis une documentation très lacunaire), beaucoup moins denses.

2) Le fait d’utiliser à la fois des chartes (où on peut avoir jusqu’à une trentaine de témoins) et des diplômes royaux (avec généralement trois personnes comme souscripteurs) influe fortement sur la structure du réseau. On pourrait ainsi déduire à tort qu’un comte (qui n’émet que des chartes) est plus puissant, en termes relationnels, qu’un roi (auteur de diplômes), parce que les chartes induisent automatiquement davantage de liens avec plus de personnes9.

3) En outre, la documentation diplomatique n’enregistre en fait pas tous les acteurs qui interviennent dans la procédure dont la charte transmet une trace. En particulier, les femmes n’apparaissent que lorsqu’elles sont veuves ou que leur dot est en jeu.

4) Enfin, la comparaison des cas d’Odon et d’Emma met en lumière à quel point la reconstitution de réseau s’assèche quand on est privé d’une forme de récit biographique. En particulier, la période de l’enfance est quasiment hors de portée : alors que, pour Odon, il existe un récit hagiographique qui évoque sa formation aristocratique, on ne dispose d’aucune source narrative pour Emma et on en ignore donc tout.

Les biais de la documentation dans le graphe complet d'Emma (chartes seulement)
Figure 1. Les biais de la documentation dans le graphe complet d’Emma (chartes seulement)

C’est pour cette raison qu’il peut être également intéressant d’intégrer les données de certaines sources narratives qui évoquent beaucoup de liens, telles les annales/chroniques, ce que j’ai fait avec Emma en codant les Annales de Flodoard. Même si ces documents posent de multiples problèmes, ils permettent de complexifier la typologie des liens entre les personnes par rapport aux chartes, en particulier parce qu’ils mentionnent des conflits10.

La notion de « réseau égocentré » est-elle pertinente ?

Sur un plan plus épistémologique, on peut se demander si la notion de « réseau égocentré » est pertinente pour un historien médiéviste. Il convient tout d’abord de préciser ce que les sociologues entendent par là. Le « réseau égocentré » se distingue d’une autre notion, le « réseau complet », qui entend restituer l’ensemble des liens entre plusieurs entités, considérées toutes sur un même plan au départ (c’est sans doute ce dont se rapproche le plus la perspective de Col&Mon). Avec le réseau complet, on est dans une perspective d’approche structurale, c’est-à-dire que l’on cherche à identifier quelles entités émergent dans un groupe déterminé, qui est lié à qui, quelle est la forme globale des liens, etc. Pour sa part, le « réseau égocentré » est un ensemble qui résulte de l’emboîtement de trois entités : tout d’abord, une personne au centre de l’étude (« ego ») ; ensuite, plusieurs personnes qui sont en liens directs avec ego (les « alter ») ; enfin, les liens que ces alter entretiennent les uns avec les autres sans dépendre d’ego, y compris avec d’autres individus qui ne sont pas directement reliés à la personne centrale.

Le concept de « réseau égocentré » appelle deux types de considérations. Tout d’abord, cette notion n’a pas été pensée, à l’origine, dans une perspective dynamique et elle ne permet donc pas en soi de tenir compte de l’évolution des relations sociales d’une personne. Alors que la question de la construction et de la déconstruction des liens qui forment le réseau d’une personne a fait l’objet de travaux importants chez plusieurs sociologues11, elle n’a pas vraiment intéressé les historiens qui, lorsqu’ils reconstituent un réseau personnel, se focalisent plutôt sur son ampleur. En outre, la perspective égocentrée – du moins telle qu’elle a d’abord été formalisée par les sociologues pour le monde contemporain – repose sur la notion d’« individu » qui peut sembler anachronique à des médiévistes. En effet, jusqu’au XIIIe siècle, les personnes ne se définissent que par leur appartenance à des groupes, successifs ou simultanés (la parenté, la participation à l’entourage d’un autre noble, l’entrée en vassalité, le fait d’être moines dans une même abbaye, etc.). On peut souligner que cette dimension d’appartenance au groupe dans la définition des individus est actuellement au centre de plusieurs travaux sociologiques qui insistent désormais sur la pluralité des formes de socialisations, ce qui rejoint les approches des médiévistes12.

Ces considérations m’ont donc conduite à faire évoluer le concept de « réseau égocentré », autour d’une nouvelle notion que je propose : l’itinéraire réticulaire. Il s’agit bien de centrer l’étude sur une personne (qui sera toujours insérée dans un groupe), pour la resituer au sein de la société aristocratique et voir comment elle y évolue au fil du temps. C’est cette focalisation sur l’individu qui permet d’explorer les modes de fonctionnement de la société, en tenant toujours compte du facteur diachronique : les modalités d’appartenance aux groupes (que l’on peut considérer comme des réseaux intermédiaires) ; la capacité ou pas à passer d’un groupe à l’autre ; l’aptitude à entretenir des liens avec différents groupes ; la mise à profit de la continuité des relations, etc. On reconstitue et on étudie donc l’itinéraire ou la trajectoire d’une personne au sein de réseaux (au pluriel), et pas un unique réseau personnel.

Comment faire concrètement pour reconstituer ces itinéraires réticulaires, de manière quantitative, pour l’époque médiévale ?

Démarche mise en œuvre pour reconstituer des itinéraires réticulaires

Pour traiter la documentation, j’ai mis au point un tableur très simple sous Excel®, dont le principe est de constituer un répertoire de liens entre deux personnes, « Nom 1 » et « Nom 2 ». À partir de cette structure basique, chaque lien est ensuite défini et enrichi par des attributs qui répondent à des impératifs méthodologiques.

Cinq impératifs méthodologiques

    • Le premier impératif était de bien différencier la nature des liens, afin de comprendre les modalités d’insertion des individus dans les réseaux intermédiaires. Le lien le plus fréquent, qui résulte essentiellement de la cooccurrence dans les chartes, est ce que j’appelle une interaction, c’est-à-dire un lien ponctuel et éphémère. Comme on l’a vu précédemment, si l’on tient compte des sources narratives, on peut aussi compter des oppositions. J’ai également intégré, en m’appuyant sur la bibliographie, des liens plus durables, que j’appelle des relations et qui relèvent surtout de la parenté. Toutefois, il y a là un risque d’anachronisme, parce que la parenté se structurait de manière très différente au haut Moyen Âge, puisqu’on reconnaissait comme « parents » des cousins très éloignés ou ses amis. Les catégories ont donc été affinées entre l’étude sur Odon et celle sur Emma, en distinguant davantage les cercles de la parenté13. La question de la nature des liens permet ainsi de réfléchir à la nature des réseaux que l’on reconstitue avec cette méthode. On a, d’une part, un réseau « actif » qui est concrétisé par des liens éphémères, attestés d’une part par les chartes, et d’autre part par les interactions et oppositions évoquées dans les chroniques. Il existe d’autre part un réseau « dormant »/potentiel, fondé sur les diverses formes de parenté et sur la fidélité (qui peut ou pas se concrétiser).
    • Le deuxième impératif consistait à bien distinguer le genre de source qui atteste les liens. En effet, les documents médiévaux sont très typés, ce qui signifie que les configurations sociales qu’ils attestent n’ont pas le même sens, selon qu’elles émanent de sources narratives ou de chartes. Les sources historiques donnent en effet à voir surtout les relations de soumission ou de rébellion à la personne royale et à l’ordre qu’elle incarne. En revanche, les réseaux documentés par les chartes sont une expression d’un lien fort et véhiculé par la terre entre le donateur, son entourage et les destinataires des actes. En distinguant les types de sources, on aboutit ainsi à des versions parfois complémentaires, parfois antagonistes des liens sociaux.
    • Il fallait également prendre en compte le temps pour restituer l’évolution des configurations réticulaires, c’est-à-dire qu’il a fallu dater les liens. Je me suis rendue compte qu’une date unique ne convenait pas, notamment pour les liens durables, et qu’il fallait donc attribuer à chaque lien une date de début et une date de fin. Pour les interactions, j’ai établi le postulat que chaque lien attesté dans une charte durait un an : il commence donc en N et prend fin en N+1 (mais on peut aussi le faire durer un an strictement). En revanche, toute relation de parenté commence avec le début de la relation (naissance, mariage, fosterage, oblation) et se termine avec la mort de l’un des deux.
    • Le quatrième critère était de prendre en considération l’intensité des relations, en comptabilisant le nombre de liens parallèles entre Nom 1 et Nom 2 (en valuant les liens), et éventuellement en le représentant sur les graphes par un trait plus épais.
    • Le dernier critère était de considérer les institutions religieuses comme des personnes, par exemple en codant qu’une donation était faite à Odon et au monastère de Cluny14. Cela permet de restituer l’idée que les institutions s’identifiaient aux saints dont elles détenaient les reliques, mais aussi de voir le rôle que peuvent jouer ces institutions dans la structure d’un réseau intermédiaire. Une fois ces critères définis, il a fallu sélectionner des documents.

Le corpus

Il était en effet nécessaire de déterminer où commencer et surtout où arrêter le réseau, c’est-à-dire définir le corpus où trouver les données. Pour ce faire, j’ai suivi deux principes : j’ai limité la saisie à la vie de la personne au centre de l’étude ; je n’ai pas limité la saisie aux documents où Ego apparaissait, puisqu’il s’agissait de l’appréhender dans son évolution au sein de divers sous-réseaux.

Comme Emma se définissait, à l’instar de toutes les femmes nobles, comme un élément des stratégies d’alliance inter-nobiliaire, j’ai élargi mon corpus par cercles concentriques : d’abord tous les documents diplomatiques où Emma apparaissait, mais aussi toutes les chartes où apparaissait au moins un membre de son entourage familial proche, en ligne masculine15. Au sein de ce dernier, j’ai inclus tous ses parents de la famille des Robertiens (parenté par le sang), puis tous les parents par le sang de son époux, le bosonide Raoul de Bourgogne (parenté par alliance). En codant cela (figure 2), j’ai donc reconstitué l’itinéraire réticulaire d’Emma au sein de sa parenté, par le sang et par l’alliance, au miroir de la documentation diplomatique (et j’ai suivi les mêmes critères en parallèle pour les Annales de Flodoard).

Figure 2. La constitution du corpus diplomatique pour Emma
Figure 2. La constitution du corpus diplomatique pour Emma

La saisie informatique

Concrètement, en termes de saisie informatique, voici les étapes que j’ai suivies.

1) Saisie de chaque document diplomatique dans le tableur, en précisant, pour chaque lien, sa nature (en D), le type de source qui l’atteste (en E), sa date de début et de fin (en F et G), enfin le lieu du lien (que je n’ai pas exploité ici, en I)16. En tout, on a 2816 liens de toutes sortes pour la vie d’Emma (figure 3)17.

Figure 3. Extrait de la table "Liens" de la base Emma
Figure 3. Extrait de la table “Liens” de la base Emma

2) Les informations sur les personnes sont reportées sur une autre feuille, distinguant sexe, groupe social et espace géographique d’action (figure 4). En tout, on aboutit à 305 « personnes » pour l’ensemble de la vie d’Emma.

Figure 4. Extrait de la table "Personnes" dans la base Emma
Figure 4. Extrait de la table “Personnes” dans la base Emma

3) Ensuite, on passe à l’exploitation des données par un logiciel de réseaux. Les feuilles Excel® sont transformées en fichiers .vna pour une prise en charge par Netdraw® pour les graphes. Pour y voir plus clair, j’ai attribué des couleurs aux liens, en fonction de leur nature : noir pour les interactions, vert pour les oppositions et d’autres couleurs pour les différents types de parenté. J’ai attribué aussi des formes aux nœuds, pour les fonctions des personnes. Enfin, j’ai joué sur les couleurs des nœuds pour la situation géographique des personnes. On aboutit alors à plusieurs graphes généraux possibles : à partir des liens attestés seulement par les chartes pour l’ensemble de la vie d’Emma (figure 5), à partir des seuls liens attestés par Flodoard (entre 919, le début de sa chronique, et 934, date de la mort d’Emma), ou encore à partir de tous les liens (chartes + Annales de Flodoard) sur la période couverte par les deux sources (919-934)18.

Figure 5. Graphe général représentant le réseau d'Emma à partir des chartes (890-934)
Figure 5. Graphe général représentant le réseau d’Emma à partir des chartes (890-934)

4) Pour mettre en œuvre l’itinéraire réticulaire, je n’ai pas privilégié l’étude de ces graphes généraux qui écrasent la diachronie, mais j’ai travaillé sur l’évolution des graphes annuels. Un graphe est ainsi enregistré pour chaque année en .jpeg, sans bouger les nœuds (figure 6). Ensuite, les graphes sont mis bout à bout sur Powerpoint®, de manière à obtenir un film19. C’est cela qui permet de donner une dynamique à l’analyse de réseau, pour percevoir les recompositions et les ruptures dans la vie de quelqu’un, bref, pour s’approprier l’outil d’analyse d’un point de vue historique.

Figure 6. Enregistrement de graphes annuels en .jpeg pour l'itinéraire réticulaire d’Emma
Figure 6. Enregistrement de graphes annuels en .jpeg pour l’itinéraire réticulaire d’Emma

En quoi « l’itinéraire réticulaire » constitue-t-il un outil heuristique ?

L’analyse de réseau apparaît tout d’abord comme une piste fructueuse pour enrichir la biographie d’une personne donnée. En mettant en relation des documents par le tableur, l’itinéraire réticulaire permet en effet d’observer et de décompter des liens pour répondre à l’interrogation suivante : avec quel(s) groupe(s) un individu entretient-il des liens récurrents et pendant combien de temps ? Le but est de percevoir ainsi des tendances et des ruptures dans la vie d’Odon ou surtout d’Emma (dont on ne savait quasiment rien), et de réfléchir en termes de phases biographiques. Ainsi, au cours d’une première phase, entre 890 et 914, Emma ne se relie au reste de la noblesse que par des liens de filiation, tandis que son milieu d’origine (robertien, en bleu) et le milieu de son futur époux (bosonide, en rose) apparaissent comme totalement hermétiques l’un à l’autre. Dans une deuxième phase, entre 915 et 922, on assiste à un rapprochement des deux milieux familiaux, par l’instauration de liens directs qui apparaissent comme des stratégies de pouvoir. Ces changements permettent dès lors de dater le mariage d’Emma avec Raoul vers 915, en tant qu’élément probable de rapprochement des deux groupes nobiliaires. Enfin, de 923 à 934, les liens strictement familiaux d’Emma se doublent désormais d’un réseau actif, concrétisé par des interactions dont elle est actrice (elle est en effet citée dans des actes diplomatiques, mais aussi pour des interventions militaires attestées par Flodoard). Sur le plan strictement biographique, l’approche est donc créatrice de savoir.

L’itinéraire réticulaire met également en lumière des dynamiques sociales et répond à des questionnements relatifs à l’histoire du pouvoir au tournant du Xe siècle. Les études de réseaux permettent tout d’abord de réfléchir en termes de causalité. Par exemple, l’étude sur Odon a montré comment un multi-abbatiat, notamment dans sa dimension géographique, s’expliquait par la capacité d’un abbé à réactiver des liens tissés parfois très longtemps auparavant. De même, le dossier sur Emma a mis en valeur comment son époux, le roi Raoul, qui avait très peu de chances objectives d’arriver au pouvoir, y parvint en articulant des réseaux complexes. Les études de réseaux offrent en outre la possibilité de réfléchir aux évolutions sociales. J’ai pu remarquer, par exemple, que les liens se tissaient avant tout entre voisins géographiques, indice d’un ancrage local plus fort de la noblesse. J’ai aussi pu confirmer, par plusieurs arguments et des calculs sur le cas d’Emma, que le statut de reine émergeait bien au Xe siècle20. L’itinéraire réticulaire permet enfin de confronter très finement (pour une même année) des liens divers, reconstitués à partir de sources différentes, et de comprendre leur logique. J’ai ainsi mis en évidence qu’Emma tissait des liens précisément là ou bien au moment où son époux ne le faisait pas. Cela signifie que chacun des membres du couple royal se rattachaient à des réseaux intermédiaires hermétiques, qui leur permettaient d’intervenir au même moment sur des terrains géographiquement éloignés. Ce constat permet de poser l’hypothèse que la montée en puissance du statut de reine fut l’une des stratégies mises en place pour compenser les difficultés qu’avait désormais le souverain à se faire reconnaître comme tel par l’ensemble de ses vassaux.

On peut toutefois s’interroger sur le degré de représentativité de ces itinéraires réticulaires pour comprendre le fonctionnement de la société médiévale à un moment précis, alors que je les ai moi-même définis comme des cas-limites. On parvient néanmoins bien à plusieurs constats similaires qui éclairent les rouages de la société, notamment en termes de trajectoires de vie, à partir de cas aussi différents que le sont Emma et Odon.

1) On observe ainsi l’importance stratégique de l’enfance et de l’adolescence, comme matrice des relations sociales ultérieures. C’est visiblement là, notamment pour les hommes, que se tissent des liens relevant de la parenté construite qui influent sur la suite du parcours de vie.

2) Il existe par ailleurs diverses voies pour construire une position de pouvoir. Ainsi, celle d’Odon découle de sa double aptitude à se construire un réseau personnel étendu dont il est le centre et à réactiver des relations anciennes avec des personnes qui lui confient des établissements. Quant à Emma, son influence découle plutôt de sa capacité à demeurer un intermédiaire obligatoire entre deux sous-réseaux majeurs.

3) On note enfin l’importance des pratiques d’appartenance simultanée à plusieurs réseaux intermédiaires écartelés géographiquement, sans doute le signe d’une société en mutation, moins centrée sur la personne royale. On observe que l’entrée dans ces réseaux intermédiaires semble résulter souvent de liens de parenté construite, c’est-à-dire qu’elle relève de la stratégie familiale. Par ailleurs, cette multi-appartenance est une marque de distinction sociale, c’est-à-dire que la hiérarchisation au sein de la société aristocratique découle sans doute moins du nombre important d’amis (même si ce critère compte sans doute), que de la variété de leur origine géographique. Ces pratiques de multi-appartenance posent enfin de nombreuses questions pratiques, en termes de contraintes. Elles supposent en effet de se déplacer vers le centre du réseau intermédiaire, dans une société où la mobilité géographique n’est pas simple. Elles se caractérisent en outre par des phases où les liens sont entretenus en alternance avec un sous-réseau, puis avec un autre, sans doute dans une perspective d’entretien des relations. Ces pratiques de multi-appartenance fragilisent en dernier lieu les positions individuelles, quand les centres de deux sous-réseaux entrent en conflit.

Conclusion

Pour conclure, il me semble que l’on pourrait transposer facilement au projet Col&Mon certaines méthodes de reconstitution et d’analyse de réseaux, du type de celles que j’ai faites, notamment pour restituer les dynamiques des réseaux monastiques, avant leur institutionnalisation en ordres. On pourrait ainsi très bien adapter la perspective d’itinéraire réticulaire à la dimension mouvante des congrégations monastiques. Ici, les nœuds du réseau seraient donc des établissements et non des personnes, qui pourraient être placés sur un fond de carte. Pour le cas clunisien par exemple, il serait ainsi très intéressant – et surtout plus juste – de passer d’une carte statique qui écrase la diachronie à un film qui retracerait les évolutions géographiques de la congrégation et/ou l’évolution du statut de ses dépendances.

1 Sur ces différentes acceptions, Rosé I., « Reconstitution, représentation graphique et analyse des réseaux de pouvoir au haut Moyen Âge. Approche des pratiques sociales de l’aristocratie à partir de l’exemple d’Odon de Cluny († 942) », Redes, 2011, vol. 21, p. 199-272, ici p. 201-204.

2 Sur les analyses de réseaux en histoire, je renvoie à cet article, désormais classique de Lemercier C., « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005, vol. 52, no 2, p. 88-112. Pour les réseaux égocentrés (chez les sociologues), Degenne A. et Forsé M., Les réseaux sociaux, 2e édition, Paris, A. Colin, 2004, p. 35-74.

3 Rosé I., « Reconstitution, représentation graphique », op. cit. ; Pour la thèse, Rosé I., Construire une société seigneuriale. Itinéraire et ecclésiologie de l’abbé Odon de Cluny (fin du IXe-milieu du Xe siècle), Turnhout, Brepols, 2008.

4 Rosé I., « D’un réseau à l’autre ? Itinéraire de la reine Emma († 934), à travers les actes diplomatiques de son entourage familial », dans Jégou L., Joye S., Lienhard T. et Schneider J. (Dir.), Faire lien : aristocratie, réseaux et échanges compétitifs, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 131-143. Ead., « L’histoire du Genre à l’épreuve du quantitatif ? Itinéraire réticulaire de la reine robertienne Emma (vers 890-934) », Actes du Congrès du CTHS : Réseaux et société, Éditions du CTHS, 2017, p. 103-115 (publication électronique). Ead, « Autour de la reine Emma (vers 890-934). Réseaux, itinéraire biographique féminin et questions documentaires au début du Moyen Âge central », à paraître dans Annales. Histoires, Sciences Sociales.

5 De fait, la méthode mise au point dans l’article de 2011 a ensuite été constamment affinée, ce qui est classique dans les approches quantitatives.

6 J’ai exposé longuement ces problèmes structurels dans Rosé I., « Reconstitution, représentation graphique », op. cit., p. 209-214.

7 Certes, l’apposition des signa au bas d’une charte ne se fait pas toujours à un temps T avec l’ensemble des personnages concernés présents. Il n’est pas rare que l’acte circule et voit peu à peu s’ajouter les noms des testataires. Dans la perspective qui est la mienne, l’essentiel est la publicisation d’un entourage nobiliaire.

8 Par cet adjectif « neutres », je veux dire que ces listes de personnes mentionnées dans les documents diplomatiques se prêtent peu à la falsification et ne nécessitent pas le même genre de critique documentaire qu’une œuvre narrative. Elles attestent seulement qu’un certain groupe de personnes a été uni par des liens au même moment.

9 La puissance sociale découle de plusieurs critères en analyse de réseau ; l’un d’eux est la centralité de degré, qui permet de comparer le nombre de voisins directs de chaque entité (et donc le nombre de personnes avec lesquelles un individu est en relation ou en interaction).

10 Cette dimension de l’analyse a été menée dans Rosé I., « Autour de la reine Emma (vers 890-934) », op. cit.

11 Bidart C., A. Degenne, et M. Grossetti, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, 2015.

12 Ibid.

13 Dans la base Emma, il y a ainsi quatre types de parenté : « Filiation » (parenté proche par le sang) ; « Mariage » (Affinité, c’est-à-dire la parenté par alliance matrimoniale) ; « Parenté éloignée » (reconnaissance d’un autre comme « parent » sans que l’on sache comment) ; « Parenté spirituelle » (amicitia, baptême, fosterage, liens entre clercs ou moines).

14 Dans mes travaux, je n’ai finalement tenu compte de l’institution qu’en tant qu’actrice participant aux liens attestés par des chartes, mais elle intervient aussi en tant que représentante d’un saint vis-à-vis des moines et chanoines qui la peuplent. Il aurait donc fallu coder aussi les liens entre les moines/chanoines d’une institution particulière et cette dernière (en tant que liens de parenté, ou bien en créant un nouveau type de lien). Je remercie Thierry Kouamé de m’en avoir fait la remarque.

15 Le fait de privilégier la ligne masculine se justifie par une transformation de l’organisation de la parenté à cette époque, avec un renforcement de la dimension patrilinéaire.

16 Les autres colonnes renvoient soit à des précisions de ces catégories (en H, J, K, L), soit à des identifiants numériques nécessaires pour le traitement avec des logiciels de réseaux (en C).

17 Je tiens ici à remercier grandement Jacques Cellier qui a mis au point une macro pour Excel® permettant de générer automatiquement tous les liens dyadiques d’une liste de noms. Il m’a ainsi fait gagner un temps précieux et permis d’éviter beaucoup d’erreurs de saisie.

18 Sur la figure 5, Emma est représentée par le gros nœud bleu, en haut à gauche.

20 Sur la naissance de ce statut de reine : Le Jan R., « D’une cour à l’autre : les voyages des reines de France au Xe siècle », dans Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2001, p. 39-52 ; Le Jan R., « Les reines franques du VIe au Xe siècle : de la sphère privée à la sphère publique ? », dans Chausson F. et Destephen S. (dir.), Augusta, Regina, Basilissa. La souveraine de l’Empire romain au Moyen Âge : entre héritages et métamorphoses, Paris, Éditions de Boccard, 2018, p. 81-101.

Représenter l’incertitude temporelle pour la prendre en compte dans l’étude de la fabrique urbaine

Gaël Simon
Docteur en archéologie médiévale et moderne UMR 7324 CITERES, équipe Laboratoire Archéologie et Territoires

Dans le cadre de la journée d’étude organisée par l’ANR Col&Mon à Lyon portant sur la gestion et l’analyse spatio-temporelles des données historiques, la question de l’incertitude des données a été à de nombreuses reprises évoquée, une question au cœur de la réflexion des archéologues depuis plusieurs années1. Dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur le fonctionnement et la fabrique de la Ville de Vendôme (41) du XIe au début du XIXe s. nous avons été confronté à ce même problème : à savoir comment modéliser l’espace et les rythmes urbains avec des données lacunaires, ambiguës, imprécises et hétérogènes2. Cette incertitude peut porter aussi bien sur la localisation dans l’espace, dans le temps voire sur son identification. Ici nous nous intéresserons uniquement à l’incertitude temporelle et comment en rendre compte dans le phénomène étudié. Après avoir rapidement présenté les objectifs de la recherche et le modèle, nous exposerons les moyens qui nous ont permis de formaliser cette incertitude et enfin comment la figurer sur des cartes ou sur des frises temporelles.

1. Une problématique et un modèle…

1.1. Comprendre et expliquer l’espace urbain sur la longue durée

L’objectif de cette recherche était de montrer les processus de fabrication de l’espace urbain sur le temps long en tant que résultat d’une interaction permanente et dialectique entre le jeu des acteurs et leur action sur la matérialité urbaine. Dans ce cadre, la ville a été considérée comme un système complexe, au sens où elle est constituée d’un grand nombre d’entités en interaction (Figure 1). Son appréhension ne peut donc se faire que par la combinaison de deux types d’analyses, une compréhensive et une explicative, qu’Henri Galinié formalise sous les concepts de fonctionnement de la ville et de fabrique urbaine3. Dans la démarche compréhensive, on se place au niveau des acteurs en essayant de mettre en évidence leurs fins poursuivies et les implications spatiales de leurs actions. Dans la démarche explicative, c’est la structure, ce qui est à l’écart des projets des hommes, qui est recherchée ; c’est le poids de la loi sociale qui réoriente et conditionne les projets humains sans que ces derniers n’en aient forcément conscience. Pour répondre à cette double problématique nous proposons une représentation de l’espace urbain comme composée d’autant d’objets historiques que de type d’actions que l’homme peut produire sur l’espace, un modèle théorique mis en place par Pinchemel et repris par Brunet4.

Figure 1 : Le système ville tel qu’envisagé dans cette étude, au centre le sous-système espace géographique et les cinq types d’actions de l’homme sur l’espace.

1.2. Modéliser l’espace urbain

A la base de la modélisation de l’espace urbain on trouve la définition de l’objet historique (OH) défini comme”toute réalisation humaine ou tout élément naturel, modifié ou non, présent au sol à un moment donné, interprétable fonctionnellement et participant du paysage urbain”5. Tous ces OH, dont la définition peut varier en fonction de l’échelle d’analyse, possèdent néanmoins le même point commun : être constitués du produit cartésien des trois dimensions fonctionnelle, spatiale et temporelle, à l’instar de la triade de Donna Peuquet: What, When et Where6, considérées comme les trois propriétés exclusives et exhaustives qui permettent de rendre compte des dynamiques (Figure2).

Figure 2 : Les composantes de la triade de D.J. Peuquet “The basic components of the Triade framework” (PEUQUET 1994 : 449).

En se fondant sur ce paradigme, il apparaît que le changement d’une de ces dimensions entraîne nécessairement la construction d’un nouvel objet (Figure 3). Inspiré des travaux de Lardon, Libourel et Cheylan7, les situations de changements présentées récapitulent tous les cas possibles de modifications d’ordre thématique, spatial et temporel. Ainsi, un corps de logis d’abord utilisé comme habitation puis comme école est d’un point de vue physique le même élément, pourtant il sera modélisé sous la forme de deux OH puisque d’un point de vue fonctionnel, deux objets se succèdent. Les objets historiques sont construits à une résolution annuelle, un pas de temps relativement fin, eu égard à la durée traitée. Ainsi, tout objet doit posséder une date d’apparition et une date de disparition à l’année près.

Figure 3 : Schéma des types de modifications que peut subir un lieu dans le temps (Galinié, Rodier, Saligny 2004 : 236).

1.3. Le modèle OH_FET comme moyen de déconstruire la fonction-espace-temps et de proposer des outils de visualisation des dynamiques urbaines

C’est pour répondre en partie à ces questions que le modèle OH_FET (Objet-Historique_Fonction-Espace-Temps) a été élaboré par Xavier Rodier, Henri Galinié et Laure Saligny8. Conçu dès l’origine pour l’archéologie urbaine, il est aujourd’hui le seul modèle abouti, dans cette discipline, permettant d’étudier chacune des dimensions du système ville indépendamment les unes des autres. Il serait trop long de présenter les tenants et aboutissants
de ce modèle ici, mais nous pouvons retenir qu’il se fonde sur une représentation multiple d’une même réalité fondée sur la déconstruction de l’espace et du temps.

Dans ce modèle de déconstruction, les Objets Historiques ayant leurs propres chronologies s’inscrivent dans une même définition du temps représenté par une droite (Figure 4). La combinaison de l’ensemble des chronologies des OH définit des Entités Temporelles (ET) qui peuvent être des événements ou des durées. La combinaison de ces ET permet de restituer la chronologie de chaque objet, ainsi l’OH_A est composé des ET_1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7.

Figure 4 : Exemple de modélisation de la dimension temporelle des objets historiques par association de différentes entités temporelles événement et durée (ET-événement et durée) (Rodier, Saligny 2012 : Fig. 9).

Grâce à ce type de déconstruction, plusieurs sortes d’analyses sont rendues possibles. Nous ne nous intéresserons ici qu’à la frise temporelle représentant une sortie chrono-fonctionnelle du modèle (Figure 5).

Figure 5 : Une représentation synthétique du temps9

Cette représentation cumule deux informations, d’une part la distribution fonctionnelle de l’espace pour chaque moment stable du système, ce sont les couleurs renvoyant au pourcentage d’espace que chacune des grandes fonctions urbaines occupe durant une période, et d’autre part les changements intervenus entre deux états, par les barres bleues et rouges représentant respectivement la part des apparitions et disparitions des OH à chacune de ces dates. L’intervalle entre les deux barres représentant la part des OH qui se maintiennent.

2. … confronté à la réalité des sources

Ces types de modélisation et de représentations se fondent sur une certaine précision et une homogénéité des données. Or les objets historiques sont constitués de trois dimensions fondamentales (fonctionnelle, spatiale et temporelle) pouvant chacune être renseignée par des sources différentes (textuelles, planimétriques, matérielles et morphologiques) apportant des informations complémentaires et parfois divergentes (Figure 6) mais surtout qui sont par essence hétérogènes, discontinues et très souvent imprécises, possédant toutes des résolutions spatiales et chronologiques variées, et des temporalités différentes, bref qui ne permettent que rarement une précision à l’année, la résolution temporelle adoptée dans ce modèle.

Figure 6 : Les différentes sources et les trois dimensions des Objets Historiques. (Sources textuelles (T), architecturales (Ai), archéologiques (Ao), morphologiques (M), planimétriques (P) et iconographiques(I)).

2.1. Les sources et leurs incertitudes temporelle

Selon les sources disponibles pour dater l’apparition ou la disparition d’un objet on définit trois types de datations :

  • les datations certaines, lorsque la temporalité de l’objet est explicitement mentionnée
  • les datations sur mention, lorsque la date correspond à des mentions dans des sources. Dans ce cas la première mention sera associée à la date d’apparition, et la dernière mention à la date de disparition.
  • les datations hypothétiques lorsqu’il ne s’agit que d’hypothèses.

Cette première catégorisation permet de différencier différents niveaux de « fiabilité » des dates.

Cette notion de fiabilité se combine avec la notion de « précision ». En effet, il est rare, surtout pour les périodes anciennes, qu’un texte donne explicitement la date de construction ou d’installation d’un OH, comme celles de sa destruction. La plupart du temps, nous devons nous contenter d’une première ou dernière mention. Dans ces cas, les textes donnent des dates précises mais peu fiables. A l’inverse, les sources matérielles autorisent des datations très fiables mais peu précises : jamais en analyse du bâti ou en archéologie sédimentaire (sauf cas exceptionnels) une datation sera plus précise que la décennie, parfois au demi-siècle souvent au siècle. Ainsi « précision » et « fiabilité » se combine lorsque l’on cherche à caractériser la temporalité des Objets Urbains, ce qui nous a conduit à formaliser un indicateur dont les modalités permettent de rendre compte des différents cas de figure.

2.2. L’utilisation d’indices comme moyen de qualifier les OH

Rappelons que chaque objet, pour être intégré au système, doit posséder une date d’apparition et une date de disparition à un pas de temps annuel. Or la fiabilité (date certaine de l’apparition ou de la disparition, dates sur première ou dernière mention, dates hypothétiques) et la précision (à l’année, décennie, demi-siècle ou siècle) varient beaucoup selon les objets. Face à ces deux difficultés un indicateur permettant de rendre compte de ces situations a été créé combinant les différents cas de fiabilité et de précision (Figure 7). Des dates minimales et maximales correspondant respectivement aux bornes d’existence attestée et aux bornes d’existence probable ou possible ont été créées.

Concernant la précision de la date, quatre modalités ont été créées correspondant à une précision à l’année (A), la décennie (D), le demi-siècle (DS) et le siècle (S). La fourchette de datation, c’est-à-dire la différence entre la date minimale et la date maximale s’étend dès lors que la précision diminue : un texte mal daté peut procurer une précision à la décennie alors que l’analyse architecturale donne des datations variant entre le demi-siècle et le siècle.

Concernant la fiabilité de la datation (début ou fin), trois niveaux ont été construits afin de distinguer les différents types de date :

  • le niveau 1 correspond aux Objets Urbains dont la date d’apparition correspond à une construction et/ou la date de disparition à une destruction. Dans ce cas les dates d’apparition minimale et maximale ne varient qu’en fonction de la précision. Un objet dont l’apparition est attestée par l’architecture au XVe s. sera doté de deux dates, une minimale et une maximale correspondant à l’intervalle d’incertitude de son apparition, soit une probable existence entre 1401 et 1501 et une existence certaine après 1501.
  • le niveau 2 concerne les objets dont la date d’apparition correspond à une première mention et/ou la date de disparition à une dernière mention. L’objet n’est donc attesté qu’à partir ou avant cette date mais son existence est probable avant ou après ce type de date. En fonction de la précision, il est possible d’adapter la période de probabilité de l’existence de cet objet.
  • le niveau 3 est utilisé pour les datations hypothétiques, principalement pour les objets dont l’existence est fortement soupçonnée mais qu’aucune preuve ne permet de dater ou pour ceux créés à partir de l’analyse morphologique. Leurs datations sont inscrites entre deux dates maximales et leur présence n’est que possible.

Ces indices peuvent se combiner : ainsi un objet peut posséder une date d’apparition correspondant à une première mention et une date de disparition à une destruction.

Figure 7 : Les différentes situations de datation des Objets Historiques

3. Représenter l’incertitude pour la prendre en compte dans l’analyse

Ces principes de construction des Objets Historiques autorisent de nombreuses représentations mettant en évidence l’incertitude des données. Seules quelques-unes seront présentées ici.

La représentation de l’incertitude temporelle des données sur une carte, c’est-à-dire pour un état donné, est une nouvelle question en soit. Nous en proposons ici une cartographie sur la base des catégories d’incertitude définies précédemment (Figure 8).

Figure 8 : Représentation des fonctions urbaines à Vendôme en 1480 distinguant les éléments dont la présence est certaine, probable ou possible.

Ce type de représentation permet d’une part de mettre en évidence les objets historiques dont la présence est certaine à un moment donné sur l’espace urbain et d’autre part de tester des hypothèses quant à la présence ou non d’autres OH dont l’existence à cette date est probable ou possible.

Concernant la représentation de l’incertitude temporelle des données sur une frise, la figuration est moins évidente (Figure 5). Entre chaque état stable du système, une date marque une rupture pour laquelle il est possible de définir le nombre d’objets et l’impact spatial des transformations, c’est-à-dire les OH qui apparaissent et ceux qui disparaissent. Derrière une date qui représente une rupture entre deux états stables du système, les réalités peuvent être très différentes. Toutes les configurations de degrés d’incertitude peuvent exister. Ainsi, certaines dates de rupture sont plus ou moins fiables. Par exemple, la date de 1501 correspondant à un changement de siècle peut renvoyer à la fois à une date d’apparition ou de disparition d’une OH. Cette date d’apparition ou de disparition peut correspondre à une construction ou une destruction, à une première mention ou à dernière mention mais aussi à une précision à l’année, à la décennie, au demi-siècle ou au siècle. La figure suivante est une des manières possibles de rendre compte de ces différences et de relativiser la réalité de ces ruptures (Figure9).

Figure 9 : Les différents types de datation derrière la date de 1501.

Ces premiers éléments de réflexions sur la représentation de l’incertitude devront être développés mais ils nous invitent d’ores et déjà à réfléchir de manière plus générale sur les conséquences des nouveaux outils et méthodes sur la pratique de la topographie historique. Si la mise en place de celle-ci “vaille que vaille, faisant feu de tout bois10 a longtemps prévalu, la réflexion sur les objets à modéliser et sur leurs caractéristiques (dont l’incertitude temporelle et spatiale font partie), reste le parent pauvre de la discipline comme le montre les dernières publications des collections des Atlas Historiques des Villes de France ou des Documents d’Evaluation du Patrimoine Archéologique des Villes de France qui ne prennent que peu en compte cette réalité. Ainsi, l’intégration, souvent évoquée, des outils informatiques à l’étude sur l’espace urbain n’a pas encore modifié les pratiques des acteurs de la recherche. Comme l’indiquait récemment Xavier Rodier “ce n’est pas l’outil qui fait la modernité de la recherche mais la manière dont la recherche exploite les possibilités offertes par l’outil, renouvelant alors ses propres perspectives11“. Espérons que ce billet participera à ces nouveaux questionnements.


  1. Sur ce sujet on peut lire : Desachy Bruno, « Formaliser le raisonnement chronologique et son incertitude en archéologie de terrain », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 597, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 01 décembre 2018. URL http://journals.openedition.org/cybergeo/25233&;DOI:10.4000/cybergeo.25233.
  2. Simon G., Espace et société à Vendôme du 11e au début du 19e s. : fonctionnement et fabrique d’une ville intermédiaire sur le temps long, Thèse de doctorat, Université de Tours, 5 vol., 2015.
  3. Galinié H., Ville, espace urbain et archéologie, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835, Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », Tours, 16 : 128 p., 2000.
  4. Pinchemel Ph., Pinchemel G., La face de la terre. Éléments de géographie, Colin, Paris, réédition 1997, 519 p. .Brunet R., Le déchiffrement du monde. Géographie universelle, Hachette/Reclus, Paris, 1990, 320 p.
  5. Galinié H., Rodier X. et Saligny L., “Entités fonctionnelles, entités spatiales et dynamique urbaine dans la longue durée”, Histoire et Mesure, 19-3/4 , 2004 : 223-242.
  6. Peuquet D. J., “It’s about time; A Conceptual Framework for the Representation of Temporal Dynamics in Geographic Information Systems”, Annals of the Association of the American Geographers, 3, 1994 : 441-461.
  7. Lardon S., Libourel T., Cheylan J.-P.,”Concevoir la dynamique des entités spatio-temporelles”, Représentation de l’espace et du temps dans les SIG,Revue internationale de géomatique 9, 1999 : p. 45-65.
  8. Rodier X., Saligny L, Lefebvre B., Pouliot J., “ToToPI (Topographie de Tours Pré-Industriel), a GIS for Understanding Urban Dynamics Based on the OH_FET Model (Social Use, Space and Time)”, Fricher B., Crawford J. et Koler D. (éd), Making History Interactive, Proceedings of the 37th International Conference on Computer Application and Quantitative Methods in Archaeology (CAA), (Williamsburg, Virginia, USA, March 22-26, 2009), BAR International Series 2079, Oxford, Archeopress, 2010 : 337-349 ; Rodier X. et Saligny L., “Modélisation des objets historiques selon la fonction, l’espace et le temps pour l’étude des dynamiques urbaines dans la longue durée”, Cybergeo: European journal of Geography, article 502, 2000 : 15 p.
  9. Simon G., Espace et société à Vendôme du 11e au début du 19e s. : fonctionnement et fabrique d’une ville intermédiaire sur le temps long, Thèse de doctorat, Université de Tours, 5 vol., 2015.
  10. Galinié H., Ville, espace urbain et archéologie, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835, Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », Tours, 16 : 128 p., 2000 : 15.
  11. Rodier X., Noizet H., Bove B., Costa L. (dir.) – “Paris de parcelles en pixels” in : Revue archéologique du Centre de la France, Tome 52, [en ligne], consulté le 27 février 2015, URL : http://racf.revues.org/2026.

Les dépenses de pavage à Paris au XVe siècle. Comment la structuration de données issues de sources historiques et leur spatialisation permettent de donner du sens à un corpus et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche ?

Léa Hermenault
Docteur en archéologie médiévale et moderne
UMR 7041 ArScAn, équipe « Archéologies environnementales »

Les travaux que j’ai menés dans le cadre de ma thèse visaient à mieux comprendre le rôle des circulations pour l’évolution du tissu urbain parisien entre le XVe et le XIXe siècle1. Pour documenter cette problématique, j’ai identifié puis analysé des corpus me permettant d’appréhender l’évolution du tissu urbain dans sa matérialité sur le long terme, et d’autres me permettant de tenter de quantifier les flux de circulation dans la rue. Parmi ces derniers se trouvent une série de dépenses de pavage réalisées au cours du XVe siècle par le domaine de la Ville de Paris. Je présenterai ces données avant de montrer comment leur enregistrement dans une base de données ainsi que leur spatialisation au sein d’un SIG a permis de mieux les comprendre et les exploiter.

Les dépenses de pavage – présentation

Aux périodes médiévale et moderne, la prévôté des marchands de Paris gère un domaine (terres, droits, rentes, etc.) que l’on nomme « domaine de la Ville de Paris ». Recettes et dépenses engagées par la gestion de ce domaine sont présentées dans les « comptes du domaine de la Ville », rédigés chaque année par le clerc-receveur. La plupart de ces comptes ont été perdus. Seul un registre original subsiste par exemple pour la période médiévale2. Les chercheurs peuvent cependant exploiter les copies de certains de ces comptes, qui ont été faits sur l’ordre du procureur du roi et de la ville Antoine Moriau au début du XVIIIe siècle, en vue de la constitution d’une bibliothèque historique de Paris3. Ces copies sont de très bonne qualité. Elles ont été jugées fidèles au texte original4 et ont fait l’objet d’une édition5. La série de ces comptes débute en 1424 et se termine en 1489. L’ensemble de la période n’est toutefois pas couvert puisque seuls 23 registres couvrant une période de 25 années entre ces deux dates sont disponibles (fig. 1).

Figure 1 – Répartition dans le temps des registres de compte qui ont été conservés sous la forme de copies puis édités en 1948 et 1958

Les comptes du domaine de la Ville de Paris de la fin de la période médiévale sont traditionnellement utilisés comme des instruments de recherche car ils fourmillent de détails topographiques et onomastiques. Cependant, une lecture approfondie montre, d’une part, qu’ils regorgent également de détails techniques et que, d’autre part, l’analyse de l’évolution de leur écriture en fait des témoins d’évolutions économiques importantes.

L’exploitation des comptes du XVe siècle permet en effet d’observer l’évolution de l’action publique menée par la prévôté des marchands durant une période profondément marquée par la guerre civile entre Armagnacs et Anglo-Bourguignons, et l’occupation anglaise jusqu’en 1436 : alors que guerres et pillages entravent les circulations routières et fluviales aux alentours de la ville provoquant une crise commerciale, l’explosion de la bulle immobilière6 entraîne une crise du logement qui perdure encore quelques années après la fin de l’occupation anglaise7 ; la reprise commerciale est favorisée par le retour de Pontoise dans le giron du roi de France en 1441, puis amplifiée dans les années 1450-1452 par le retour à la libre navigation entre Paris et la Basse-Seine8.

Parmi les différents chapitres de recettes et de dépenses présentés dans les registres de compte, figure celui des dépenses de pavage, correspondant aux travaux de réfections de certaines chaussées prises en charge par le domaine de la Ville depuis le règne de Philippe Auguste. Les rues qui bénéficient de ce traitement de faveur forment ce que l’on nomme la « Croisée de Paris » et sont probablement celles dont la bonne viabilité a été jugée requise pour que les activités commerciales puissent se dérouler convenablement, car la prévôté des marchands a pour but de veiller à l’approvisionnement de la ville et a donc en charge l’entretien des quais, des ponts et des voies dont le mauvais état pouvait nuire à sa vie commerciale9.

Les dépenses liées au pavage des rues se présentent chacune sous la forme de paragraphes se terminant par un total décalé en marge de droite et accompagnés presque systématiquement en marge de gauche d’annotations liées à l’audit des comptes (fig. 2).

Figure 2 – les sommes des dépenses sont décalées en marge de droite (BnF. ms fr. 11686 f°160 – photographie : Léa Hermenault)

Ces paragraphes sont structurés par des éléments récurrents : le nom des artisans, la somme qui leur est due par le domaine, le détail des travaux, leur localisation, les marques de l’accord du prévôt des marchands et des échevins pour la concrétisation du paiement ainsi que la date de cet accord, ce à quoi s’ajoutent parfois la date des travaux, la cause de ceux-ci, ou bien encore l’évocation de détails concernant la procédure d’enregistrement de ces dépenses qui sont établies en monnaie de compte. La succession au sein du paragraphe de ces différents éléments évolue au cours du siècle. Une des évolutions les plus remarquables concerne l’utilisation des totaux, des sous-totaux et des sous-sous-totaux. En effet, si chaque paragraphe se clôt par un total, il arrive parfois que celui-ci ne soit que la synthèse de plusieurs niveaux de sous-totaux répartis au sein du paragraphe. Ces sous-totaux permettent au scribe de rassembler les dépenses qui doivent l’être du fait de leur nature ou bien de leur destinataire10.

La lecture de ces dépenses de pavage permet de constater que les rues de la Croisée de Paris ne font pas toutes aussi régulièrement l’objet de travaux de repavage.

Les rues ne sont jamais repavées entièrement. Les paveurs interviennent lorsque la chaussée n’est plus en bonne état. Mon hypothèse est que plus les altérations de la chaussée sont fréquentes, plus la rue est susceptible d’avoir été fréquentée par un nombre important de piétons et/ou de véhicules chargés de pondéreux. L’étude des dépenses de pavage devient donc un moyen de quantifier l’importance des flux de circulation dans les rues de la ville durant le XVe siècle.

L’objectif de l’analyse des dépenses de pavage était donc d’évaluer rue par rue l’importance des travaux de pavage réalisés. L’enregistrement de chacune de ces dépenses dans une base de données ainsi que leur spatialisation devaient pouvoir permettre cette évaluation.

Structurer les données pour les enregistrer : une étape du travail de recherche au haut potentiel heuristique

Plusieurs particularités dans l’écriture comptable de ces dépenses, découvertes au fil de la première lecture de la source, a rendu plus complexe qu’attendu leur enregistrement : le fait que le scribe ne distingue parfois pas les dépenses liées à plusieurs rues, le fait qu’il n’indique parfois pas le détail de ces dépenses mais seulement les tarifs des tâches effectuées, l’apparition de niveaux de sous-totaux intermédiaires au sein même d’un paragraphe de dépenses, l’apparition du paiement de nouvelles tâches dans la chaîne du travail de repavage des chaussées sont quelques-unes de ces particularités. Il m’a donc fallu concevoir une structure de base données capable de s’adapter à celles-ci (fig. 3).

Figure 3 – Schéma de l’organisation des tables de la base de données

Une fois prises en compte dans la structure de la base de données, ces particularités sont devenues quantifiables.

C’est ainsi que je suis parvenue à mieux comprendre l’évolution de l’écriture comptable de ces dépenses. Elles sont de deux ordres : d’ordre comptable (apparition des sous-totaux, apparition d’un nouveau type de préambule d’introduction du paragraphe, évolution dans l’organisation de la présentation de ces dépenses, etc.), et d’ordre économique (généralisation du travail des manœuvres et des voituriers). Il est très probable que les premières soient la conséquence des secondes. Il semble en effet que nombre de ces évolutions permettent d’adapter l’écriture comptable à ce qui pourrait être considéré comme une spécialisation de chacun des maillons de la chaîne de pavage au cours du siècle, et qui se manifeste principalement dans les comptes par des changements dans le mode de prise en charge du transport des matières premières dans la ville. Pris en charge au début de la période par les paveurs qui s’occupent également à ce moment là de l’achat, voire de l’acheminement des pavés en ville, le travail de transport des matières premières commence à être pris en charge vers les années 1450 par des voituriers et des manœuvres qui s’occupent du chargement et du déchargement des charrettes. Un nombre important de ces hommes se partagent les voyages, ce qui entraîne une fragmentation de ces dépenses payées au fur et à mesure par le receveur. Celui-ci doit alors inventer une nouvelle écriture comptable pour faciliter le traitement de ces très petites sommes (fig. 4).

Figure 4 – Schémas représentant les évolutions d’ordre comptable et économique analysées : les années 1450 semblent être charnières pour plusieurs de ces évolutions

Cette spécialisation des tâches dans la chaîne de travail du pavage des rues peut être reliée à l’évolution de la conjoncture économique : lorsque le climat économique se dégrade (dans les années 1420-1440) et que la demande décroit, les artisans doivent, pour survivre, être à même d’effectuer plusieurs tâches ; a contrario, lorsque la situation économique s’améliore (à partir des années 1450), les artisans se spécialisent jusqu’à l’extrême, comme en 1488-1489, lorsque les marchands de grès ne font plus que vendre les pavés, les voituriers ne font que les transporter, et les paveurs ne font que paver.

La construction de la base de données m’a donc permis de prendre conscience de certaines évolutions et m’a amené à formuler certaines hypothèses : au-delà du fait qu’elle permet d’enregistrer les informations, la base de données est avant tout un outil au haut potentiel heuristique.

Spatialisation les données : s’interroger sur la pertinence des variables cartographiées et faciliter les comparaisons avec d’autres corpus.

Grâce à une requête réalisée sur les dépenses enregistrées dans toutes les tables de la base de données, j’ai obtenu différentes données de synthèse concernant l’investissement du domaine de la Ville pour chacune des rues mentionnées dans les comptes.

Afin de spatialiser ces données, j’ai mis en place une jointure au sein d’un Système d’Information Géographique entre mon tableau de données et une couche de données géoréférencées représentant le réseau viaire parisien au début du XVe siècle. Construite par Caroline Bourlet (IRHT) dans le cadre du programme ANR ALPAGE11 (AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien : approche GEomatique) coordonné par Hélène Noizet entre 2006 et 2010, cette couche a donc constitué le support géométrique des données collectées dans les documents anciens.

Plusieurs variables ont pu être alors cartographiées : la somme investie dans chacune des rues de la Croisée de Paris par le domaine de la Ville, le nombre de toises carrées qui ont été repavées dans chacune des rues, ainsi que le nombre d’interventions comptabilisées. Si les trois cartographies permettent, globalement, de visualiser les mêmes tendances générales (concentration des investissements sur certains axes par exemple), dans le détail, elles sont toutes les trois différentes et présentent toutes des biais. Cependant, la confrontation de ces trois documents permet de mettre en relief les modalités d’investissement très particulières pour certaines rues (de petits chantiers réalisés très fréquemment dans une rue par exemple, ou bien au contraire, des chantiers peu fréquents mais très conséquents). J’ai finalement produit une quatrième représentation non pas grâce aux données de synthèse, mais à partir d’un calcul réalisé sur celles-ci : la division de la longueur de la rue par le nombre de toises repavées entre 1424 et 1489 permet de visualiser l’intensité du pavage par rue (fig. 5).

Figure 5 – Le pavage des rues de la Croisée de Paris entre 1424 et 1489 par le domaine la Ville

Cartographiées, ces données peuvent être comparées avec d’autres cartographies de flux au sein d’un SIG, et permettent de faire ressortir des phénomènes de permanence des circulations dans le temps long. Ces comparaisons doivent nous inviter à réfléchir aux mécanismes qui aboutissent à la résilience du système dont l’une des conséquences est cette permanence.

L’enregistrement des données puis leur spatialisation sont des étapes du travail du chercheur extrêmement heuristiques. Elles lui permettent d’aller plus loin dans l’exploration des données et la compréhension des systèmes complexes.


  1. Léa Hermenault, « La ville en mouvements. Circulations, échanges commerciaux et matérialité de la ville : pour une articulation systémique des facteurs d’évolution du tissu urbain parisien entre le XVe et le XIXe siècle », 2 vol., thèse soutenue à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en avril 2017 et réalisée sous la direction d’Anne Nissen et grâce au tutorat d’Hélène Noizet et de Sandrine Robert. Elle est consultable à l’adresse suivante : https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01551802/
  2. BnF, ms français 11686
  3. Monicat Jacques, « Introduction », dans Jacques Monicat (éd.), Comptes du domaine de la Ville de Paris tome deuxième, 1457-1489, Paris, Imprimerie nationale, 1958, p. XLI
  4. Ibid., p. XLXI
  5. Dupieux Paul, Le Grand Léon, Vidier Alexandre (édité par), Comptes du domaine de la Ville de Paris tome premier, 1424-1457, Paris, Imprimerie nationale, 1948 et Monicat Jacques (édité par), Comptes du domaine de la Ville de Paris tome deuxième, 1457-1489, op. cit.
  6. Bove Boris, « Crise locale, crises nationales. Rythmes et limites de la crise de la fin du Moyen Âge à Paris au miroir des prix fonciers », Histoire urbaine, n°33, 2012, p. 105-106
  7. Favier Jean, Nouvelle histoire de Paris. Paris au XVe siècle, 1380-1500, Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 1974, p. 184
  8. Ibid., p. 298-299
  9. Le lien entre les problèmes d’approvisionnement et le mauvais état des rues est clairement fait dans la “lettre patente pour le rétablissement du pavé et du nettoyement des rues datées de mars 1388 (livre rouge vieux, fol. 113) reproduite dans La Mare Nicolas de, Le Cler du Brillet, Traité de la police (…) tome quatrième, Paris, J-F Hérissant, 1738, p. 170 « (…) en nostredite Ville a eu ou temps passé, & encores a plusieurs faultes notables ou gouvernement & estat d’icelle, mesmement ès pavemens des Chauciées qui y font, lesquelz font moult empiriez & tellement descheuz en ruine & dommaigiez, que en plusieurs lieux l’en ne peult bonnement aler à cheval ne à charroy, sans très-grans périls & inconveniens ; & font les chemins des entrées des portes de nostredite Ville si mauvais & tellement dommaigiez, empiriez & affondrez en plusieurs lieux, que à très-grans perils & paines l’en peult admener les vivres & denrées pour le gouvernement de nostre peuple, & avecques ce icelle Ville a esté tenue long-temps, & et encore si orde, & si plaine de boes, fiens, gravois & autres ordures, que chacun a laissié & mis communemment devant son huis, contre raison & contre les Ordonnances de nos Prédecesseurs (…) »
  10. Pour plus de détails, voir Léa Hermenault, « Mesurer et localiser le travail des artisans paveurs dans la ville : les dépenses de pavage du domaine à Paris au XVe siècle », Histoire urbaine, n°43, juillet 2015, p. 13 à 30.
  11. Cet ANR a abouti à la construction d’une plateforme de visualisation et de cartographie en ligne de la documentation historique parisienne accessible à l’adresse suivante : http://alpage.huma-num.fr/fr/

Ordonner l’Église II

De nombreuses questions soulevées lors du colloque “Ordonner l’Église II” tenu du 10 au 12 octobre 2018 à Poitiers sont également au cœur de l’ANR Col&Mon. Au travers de l’exemple de Saint-Étienne de Limoges et des communautés monastiques de Bourgogne du nord, Anne Massoni et Noëlle Deflou-Leca, responsables de Col&Mon, ont apporté des éléments de réponse.

La cartographie ecclésiastique : héritage patrimonial et innovation géomatique

Noëlle Deflou-Leca (UMR 8584 Cercor – Université de Grenoble), Rémi Crouzevialle (CRIHAM – Unilim) et Fabien Cerbelaud (CRIHAM – Unilim) présenteront « Le projet ANR Col&mon : cartographie et étude spatio temporelle des établissement religieux et communautaires au Moyen Âge » lors du colloque « La cartographie ecclésiastique : héritage patrimonial et innovation géomatique » organisé par le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de l’université Clermont-Auvergne le 15 juin 2018.

Gestion et analyse spatio-temporelles des données historiques : méthodes et approches – lundi 25 juin 2018

Journée d’étude de l’ANR Col&Mon (https://colemon.huma-num.fr/)
25 juin 2018 – 9h-17h
Université Lumière Lyon2 – Salle des colloques – Bâtiment ERATO (plan)
18 quai Claude Bernard (ou entrée 5 rue Chevreul) -69007 Lyon

Journées ouverte à tous, dans la limite des places disponibles-  inscription obligatoire auprès de : claire.cunty@univ-lyon2.fr

9h : accueil

  • 9h15-9h45 « Introduction de la journée : le projet Col&Mon »  Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble-Alpes , LEM) et Anne Massoni (Université de Limoges, CRIHAM)
  • 9h45- 10h30 « Comment la structuration des données et leur spatialisation permet de donner du sens à un corpus et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche ? Le cas des dépenses de pavage réalisées par le domaine de la ville de Paris au XVe siècle. » , Léa Hermenault, Docteur en Archéologie médiévale et moderne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe « Archéologies Environnementales »
  • 10h30-11h15  « Essai de modélisation d’un espace urbain pré-industriel (11e-début du 19e s.) à partir de l’exemple de la ville de Vendôme (Loir-et-Cher) : formalisation, analyse et résultats possibles. » Gaël Simon, Chercheur associé UMR 7724 Citeres-Lat, Maître assistant associé à l’ENSA-Versailles
  • 11h15- 12h00« D’un SIG archéologique à une application web : quels outils pour l’analyse de localisation des activités dans la longue durée ? » Lucie Nahassia, doctorante, UMR 8504 Géographie-cités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • 12h-12h30 : discussion- Intégrer les questions autour du temps et de l’espace

12h30- 14h Déjeuner- Buffet

  • 14h- 14h45 « Col&Mon : Explorer les évolutions des organisations territoriales du phénomène religieux : point de vue méthodologique sur les données et leurs analyses » Georges-Xavier Blary, CRIHAM-UNILIM, Claire Cunty (EVS-Lyon2), Thierry Joliveau (EVS-Saint-Etienne), Hélène Mathian (EVS-CNRS)
  • 14h45-15h30  « Rendre compte des dynamiques territoriales: l’imperfection des données comme carburant du progrès. L’exemple des maillages territoriaux en France depuis 1800 et en Europe depuis 1980 »Christine Plumejeaud-Perreau, U.M.R 7266 Littoral Environnement et Sociétés, La Rochelle
  • 15h30-16h15 « Un atlas historique numérique des territoires politiques dans le contexte du projet symogih.org », Francesco Beretta, chargé de recherche au CNRS (UMR 5190 LARHRA / Université de Lyon)
  • 16h15-17h : Table ronde : Les enjeux thématiques et informatiques liés aux développements d’environnements ouverts d’exploration de données complexes

Retrouvez les résumés ici

Cartographie et analyses spatiales des implantations monastiques : premiers résultats et retour d’expérience pour les anciens diocèses de Clermont et du Puy

Emma Bouvard-Mor, Hervé Tronchère

Genèse du projet

Ce travail de cartographie historique a débuté au cours d’une thèse d’archéologie médiévale soutenue en février 2016 à l’université Lumière Lyon 2 et intitulée Empreintes monastiques en moyenne montagne du XIIe siècle à l’Actuel. Archéologie des espaces et des paysages cisterciens dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy (sous la direction de Nicolas Reveyron et de Bruno Phalip). Il consistait à soutenir la discussion concernant les lieux d’implantation des abbayes cisterciennes dans des territoires préalablement densément investis par d’autres congrégations religieuses régionales (La Chaise Dieu, Saint-Chaffre), ou extrarégionales comme Cluny. Il s’agissait alors d’une démarche prospective visant à mieux comprendre, d’une part les logiques de fondations, d’autre part l’organisation des dépendances cisterciennes au sein du maillage territorial médiéval. La mise en forme des données historiographiques et archivistiques dans le but d’un traitement géomatique a débuté en 2012. Leur traitement et la production cartographique qui en découle sont dus à Hervé Tronchère avec qui le projet s’est développé depuis novembre 2014.

Cartographier les espaces monastiques : objets et méthodes

En l’absence d’une cartographie existante sur la question cistercienne auvergnate et vellave, la première étape était destinée à objectiver la donnée textuelle (sources premières et secondes), soit à localiser abbayes et dépendances dans les limites diocésaines telles que nous pouvons les percevoir en l’état de la recherche. Ainsi, les contours choisis sont ceux proposés par Alexandre Bruel1 pour l’ancien diocèse de Clermont au XIVe s., et par Dom Dubois2 pour l’ancien diocèse du Puy. Ces tracés avaient été préalablement géoréférencés par Isabelle Langlois et Stéphane Gomis3 pour le premier, et par Thomas Aréal4 pour le second.

Cette seule donnée ne suffisait pas à représenter l’espace d’étude, aussi, les ressources proposées par l’IGN ont permis de représenter les reliefs, cours d’eau et communes actuelles. À ces fonds nous avons ajouté quelques cadres médiévaux, dont les routes réputées antérieures au XVIIIe s. telles que rapportées par les travaux de Franck Imberdis5, que nous avons vectorisées et géoréférencées, ou encore les localités centrales (places économiques, politiques, religieuses) caractérisées par Jean-Luc Fray6 (fig. 1).

Fig. 1. Occupation cistercienne, réseau routier et localités centrales dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy. Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor. Les réseaux routiers ont été vectorisés et géoréférencés d’après les travaux de Franck Imberdis (Imberdis 1967). Les chemins faîtraux désignent les chemins de hauteur (qui généralement suivent les lignes de crête). Les abbayes cisterciennes et leurs possessions sont renseignées par les documents d’archives issus des fonds du clergé régulier, série H, des archives départementales du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et du Cantal. Signalons que la liste de ces possessions est avant tout une hypothèse de travail, dans la mesure où elle a été établie majoritairement à partir des sources modernes, la documentation textuelle médiévale étant extrêmement indigente.

Voir la carte en grand format

Afin de compléter le paysage historique présidant à la venue des moines blancs, nous avons eu à cœur d’intégrer la dimension archéologique en intégrant les sites localisés à proximité des abbayes cisterciennes référencées dans la base PATRIARCHE. Ce niveau d’informations a permis de contextualiser les implantations monastiques pour mieux qualifier l’anthropisation des espaces nouvellement investis par les moines blancs au XIIe s.

Enfin, l’étape la plus importante a consisté en l’inventaire des établissements conventuels et de leurs dépendances (quand ces dernières étaient connues), tous ordres, congrégations, maisons confondus, depuis le tout début du premier Moyen Âge jusqu’au XIVe s. (hors chapitres canoniaux et ordres mendiants). Pour ce faire, nous nous sommes fié aux travaux universitaires ou aux publications érudites, le retour aux sources pour une critique d’authenticité de chacune des occurrences ne pouvant être opéré tant la tâche est colossale – et ce sera là l’un des grands apports de la base collaborative Monastères ! -.

En tout, la base de données ainsi constituée comptabilise aujourd’hui plus de 1700 entrées, toutes renseignées par leurs coordonnées géographiques recueillies sur Géoportail. Il est alors possible de confronter l’essaimage des diverses obédiences (maisons religieuses dépendant d’une maison principale) dans l’emprise des deux diocèses d’élection, tout en proposant d’évaluer l’emprise spatiale ou tout du moins l’influence territoriale des Cisterciens et les enjeux sociaux associés à leur présence. La composition des cartes, les analyses spatiales et les tentatives de modélisation issues de ce travail préalable ont été réalisées sous le logiciel ArcGIS.

Résultats

Les premières cartes produites ont permis une visualisation spatiale de divers objets et phénomènes historiques, qui, une fois associés sur une même représentation spatiale « créaient du sens » : soit elles objectivaient un discours historique, des hypothèses de travail préalables, soit elles proposaient de nouvelles pistes d’interprétation jusqu’alors ignorées.

Ainsi, en s’extrayant de la sphère purement monastique, grâce à l’intégration de plusieurs types d’agents et de facteurs structurants de l’espace diocésain, de nouvelles conjectures ont vu le jour. L’une des problématiques concernant l’implantation des cisterciens dans l’espace diocésain était d’appréhender leur rapport à l’évêque. En effet, les fondations cisterciennes sont exclusivement motivées par l’aristocratie régionale. Or, au XIIe s., cette dernière est en conflit avec le pouvoir épiscopal, très fortement lié au roi qui prend progressivement pied en Auvergne. Par conséquent, il nous a paru intéressant de tester, à défaut de sources textuelles, la proximité entretenue entre les établissements cisterciens, émanations comtales et les possessions du prélat auvergnat. Ce dernier, qui autorise l’implantation des nouvelles abbayes sur son diocèse, entretient-il une relation de concurrence ou de complémentarité territoriale avec les moines blancs ? Pourrait-il être à l’origine d’une certaine forme d’évergétisme à l’égard de l’ordre réformateur, en dépit des bonnes relations de ce dernier avec les seigneurs laïques ? La cartographie a finalement mis en évidence que les possessions cisterciennes étaient situées là où celles de l’évêque ne l’étaient pas (fig. 2). Ce constat appelait donc à davantage investir les recherches sur les interactions entre prélats et bienfaiteurs des abbayes dans la politique régionale des XIIe et XIIIe s.; elles expliquent pour partie l’essaimage rapide et restreint de l’ordre de Cîteaux dans l’ancien diocèse de Clermont (Bouvard 216)8. Pour cette même thématique, nous avons eu recours à la “carte de chaleur” afin d’obtenir une représentation synthétique et explicite permettant de mettre en évidence les noyaux de forte densité de dépendances cisterciennes, et de les confronter aux possessions épiscopales (fig. 3).

Fig. 2. Les possessions épiscopales recensées pour les XIIIe-XIVe s. et géolocalisées par Thomas Aréal (Aréal 2012), d’après Sève 19809. Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor.

Voir la carte en grand format

Fig. 3. Carte de chaleur représentant la densité des possessions cisterciennes et des possessions de l’évêque de Clermont (XIIIe-XIVe s.). Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor.

Voir la carte en grand format

En outre, l’intégration des données historiques dans un SIG autorise une approche multi-scalaire, ce qui a permis d’aborder les domaines monastiques pour eux-mêmes (logiques économiques), tout en les confrontant aux possessions des autres établissements réguliers contemporains à l’échelle du diocèse (fig. 4).

Fig. 4. Domaines agricoles cisterciens et lieux de commerce (Moyen Âge central). Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor. D’après les archives médiévales et modernes issues des fonds du clergé régulier, série H, des archives départementales du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et du Cantal. Les lieux de commerces sont issus des travaux de Jean-Luc Fray (communication personnelle).

Voir la carte en grand format

En outre, les logiques de filiations ont aussi ouvert le discours sur les relations extra-diocésaines (fig. 5).

Fig. 5. Système relationnel des abbayes cisterciennes des anciens diocèses de Clermont et du Puy. Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor. Tentative de hiérarchisation des liens de filiations entre les établissements : le terme de rang a été emprunté à la classification des cours d’eau établie selon le nombre d’affluents qu’un cours d’eau reçoit : plus un cours d’eau est important, soit plus il reçoit un grand nombre d’affluents, plus son rang augmente (Strahler 1957)10. Ici, à l’inverse de l’échelle de Strahler, les têtes de réseaux sont des établissements de rang 1 (soit, plus un établissement essaime – têtes de réseau -, plus son classement est proche de 1). Le numéro du rang augmente en fonction du positionnement de l’établissement dans le système d’essaimage corrélé à la filiation.

Voir la carte en grand format

Le recours aux outils d’analyse spatiale, notamment les distances-temps basées sur le relief, a été utile afin de tester les temps de parcours entre l’abbaye et ses dépendances, et l’accessibilité de ces dernières aux localités centrales (fig. 6).

Fig. 6. Évaluation de l’accessibilité des dépendances de l’abbaye de Montpeyoux. Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor.

Voir la carte en grand format

Enfin, une première tentative de modélisation spatiale a été initiée en 2015, puis poursuivie plus récemment. La problématique qui sous-tend cette expérimentation consiste en l’évaluation de l’influence territoriale des établissements monastiques, tous ordres, congrégations, ou simples monastères réguliers confondus. Elle a pour but de passer d’une représentation ponctuelle à une représentation surfacique afin de combler les vides artificiels, de mettre en évidence les vides monastiques « réels », et de proposer un ordre de grandeur entre les emprises de chacun des établissements monastiques et de leurs dépendances au sein des anciens diocèses de Clermont et du Puy.

Dans un premier temps, l’expérimentation consistait à rendre compte d’un zonage autour de chaque établissement représentant sa zone d’expansion territoriale théorique selon une accessibilité égale à deux heures de marche (calcul de « distance-temps » prenant en compte la pente du terrain, depuis le monastère jusqu’aux confins de sa zone d’influence théorique) – (fig. 7).

Fig. 7. Modèle des zones d’expansion territoriale théoriques par grandes périodes chronologiques: a. monachisme primitif (VIe-VIIIe s.) ; b. monachisme carolingien (IXe-Xe) ; c. monachisme du Moyen Âge central (XIe-tout début XIVe s.). Conception et réalisation : Hervé Tronchère (données collectées par Emma Bouvard-Mor).

Voir la carte en grand format

On observe entre autres une nette (et attendue) densification de l’occupation monastique. Elle s’accompagne d’une grande fragmentation de l’espace durant la période c le long du couloir fluvial de l’Allier, avec une nette prééminence du réseau régional casadéen. À l’inverse, le sud-ouest du diocèse de Clermont, occupé par les hauts massifs cantaliens, demeure peu occupé, mais investi de façon hégémonique par Saint-Géraud-d’Aurillac.

Malheureusement, en l’état, ce modèle demeure théorique et ne prend pas en compte les spécificités et la réalité historique de chacun des établissements. De nouvelles expérimentations devront être menées afin de réduire ces biais.

Limites et perspectives

Actuellement, les données du SIG, bien qu’abondantes pour la sphère monastique, ne permettent pas encore d’aborder les systèmes relationnels entre les établissements et l’aristocratie régionale. Le traitement de ces problématiques reste pour l’heure à l’état de projet. Pour ce faire, il nous faudrait intégrer les informations concernant les mouvances seigneuriales, le prélèvement seigneurial, les donations pro animae, les réseaux familiaux d’intégration monastiques et/ou abbatiaux etc., entendu que ces derniers apporteraient avec elles de nouveaux biais liés aux effets de sources.

En outre, il serait intéressant d’affiner la surface de friction qui sert de base aux analyses de distance-temps en lui intégrant en plus du relief, les ouvrages facilitant et guidant la circulation sur le territoire : routes, ponts, gués, parcours de halage etc.

L’appréciation du paysage religieux diocésain doit aussi être complétée par l’enregistrement des divers édifices ecclésiaux (chapelles, églises paroissiales), les établissements séculiers etc. À cet égard, précisons que l’inventaire non-exhaustif donné par les sources textuelles peut être pallié ponctuellement par la moisson des découvertes archéologiques.

En outre, la diversité des statuts des implantations monastiques, protéiformes selon les congrégations, et l’hétérogénéité de la documentation rend difficile l’établissement d’une véritable hiérarchie. Comment rendre compte du rayonnement effectif de chacun d’entre eux, d’un point de vue économique ou religieux à une époque donnée ? Il faudrait pouvoir établir un indicateur permettant de caractériser le poids territorial réel de chaque établissement monastique afin d’affiner l’étude des zones d’influence et du maillage territorial : la relation de filiation, la relation hiérarchique, l’appellation de chaque établissement (prieuré, abbaye, celle etc.) ne sont pas des indicateurs fiables car ils sont trop polymorphes.

Enfin, force est de constater que les limites diocésaines proposent un cadre géographique contraignant pour caractériser les dynamiques monastiques, le domaine temporel des établissements et leur essaimage conventuel outrepassant très souvent ces frontières. De même, les systèmes relationnels intrinsèques à un ordre ou extrinsèques (de type topolignage) s’inscrivent dans d’autres réalités spatiales. Ils peuvent concerner les territoires ecclésiastiques voisins ou s’expliquer au sein d’autres entités territoriales contemporaines, elles aussi difficilement appréhendables.


  1. Bruel 1880 : BRUEL (A.). – Pouillé des diocèses de Clermont et de Saint-Flour du XIVe au XVIIIe siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1880, 309 p.
  2. Dubois 1965 : DUBOIS (Dom J.). – « La carte des diocèses de France avant la Révolution », Annales ESC, t. XX, 1965, p. 680.
  3. Gomis, Langlois 2012 : GOMIS (St.), LANGLOIS (I.). – « Des sources archivistiques et ressources cartographiques anciennes au traitement géomatique : la géographie ecclésiastique de l’Auvergne », conférence donnée à la Journée d’étude « Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS, MSH de Clermont-Ferrand, 5 octobre 2012, http://videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=hdsaioezabeazmo
  4. Areal 2010 : AREAL (Th.). – Contour des diocèses de France avant 1317 d’après Dom Dubois, « Les diocèses de France », Annales de l’ESC, t. IV, 1965 –– janvier 2010, Université Blaise Pascal Clermont II, CHEC, support numérique.
  5. Imberdis 1967 : IMBERDIS (F.). – Le Réseau routier de l’Auvergne au XVIIIe siècle : ses origines et son évolution, Paris, Presses universitaires de France, 1967, 349 p.
  6. Fray 2002 : FRAY (J.-L.). – « Réseau urbain et « localités centrales » en Auvergne, Bourbonnais et Velay au bas Moyen Âge », dans Martin XX (dir.), L’identité de l’Auvergne, Nonette, Éditions Créer, 2002, p. 253-262.
  7. Areal 2012 : AREAL (Th.). – « Quand domination rime avec concessions. L’évêque de Clermont et l’octroi de franchises (XIIIe-XIVe siècles) », Siècles [en ligne], 35-36 | 2012, mise en ligne le 05 mars 2014 ?, URL : http://journals.openedition.org/siecles/1690
  8. Bouvard 2016 : BOUVARD (E.). – Empreintes monastiques en moyenne montagne du XIIe siècle à l’Actuel. Archéologie des espaces et des paysages cisterciens dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy, thèse de doctorat d’archéologique médiévale, université Lumière Lyon 2, 2016, 3 volumes.
  9. Sève 1980 : SÈVE (R.). – « La seigneurie épiscopale de Clermont des origines à 1357 », Revue d’Auvergne, t. XCIV, 1980, p. 85-268.
  10. Strahler 1957 : STRAHLER (A.N.). – « Quantitative analysis of watershed geomorphology ». Transactions of the American Geophysical Union. 38(6), 1957, p. 913-920.

Entre terre et eau : le monastère de l’Île-Barbe dans l’espace rhodanien au moyen âge et à l’époque moderne

Noëlle Deflou-Leca (UMR 8584 Cercor – Université de Grenoble) présentera la base de données “Monastères” ainsi que le programme ANR Col&Mon portant sur  l’analyse temporelle et spatiale du phénomène religieux lors des journées d’études “Entre terre et eau : le monastère de l’Île-Barbe dans l’espace rhodanien au moyen âge et à l’époque moderne” à Lyon le 22 juin 2018.

Programme de la journée d’étude “Entre terre et eau : la monastère de l’Île-Barbe dans l’espace rhodanien au moyen âge et à l’époque moderne”, Lyon, 21-22 juin 2018

Fondée sur un site pittoresque, l’abbaye de l’Île-Barbe à Lyon est longtemps restée une énigme dans l’historiographie lyonnaise, baignant dans les légendes locales ou nationales.
Pourtant, il s’agit du plus ancien monastère connu pour la ville de Lyon, et s’il s’inscrit dans les réseaux monastiques du quart sud-est de la Gaule, il rayonne également à une plus large échelle puisqu’on en trouve des échos jusqu’en Touraine au Ve siècle.
Implantée sur une petite île fluviale du val de Saône, aux portes de la ville, elle attire voyageurs et pèlerins par le prestige de ses reliques et une statue miraculeuse de la Vierge.
Aussi le monastère frappe-t-il par sa position bien particulière, à la fois dans et hors la ville. Les moines qui résident à l’extérieur de Lyon entretiennent, pour autant, des liens très étroits avec le pouvoir épiscopal. De fait, il occupa une place centrale dans le paysage régional durant le Moyen Âge et l’époque moderne.
Une relecture complète du site a été entreprise depuis quelques années par une équipe pluridisciplinaire, où sont convoquées les sources historiques, archéologiques, artistiques et archéogéographiques. Ces journées d’étude visent à en présenter les premiers résultats.

L’espace limousin dans Col&Mon

Rémi CROUZEVIALLE
(Ingénieur d’études, CRIHAM, Université de Limoges)
et
Stéphane LAFAYE
(Chercheur associé, CRIHAM, Université de Limoges)

Dès les débuts du projet Monastères1, l’un des deux volets de l’ANR Col&Mon, une équipe de l’Université de Limoges s’est engagée à répertorier les établissements monastiques de l’ancien diocèse de Limoges. En 13152, ses limites géographiques correspondaient aux départements actuels de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne, auxquels il faut adjoindre le Nontronnais, au nord du département de la Dordogne, ainsi que la Charente limousine, c’est-à-dire un ensemble de communes autour de Confolens, à l’est du département de la Charente. Cette zone territoriale constitue l’espace limousin dans Col&Mon.

À ce jour, la base Monastères compile les informations relatives à 206 établissements de cet espace. Huit membres, tous bénévoles, ayant étudié des réseaux monastiques dans le cadre de leurs travaux universitaires composent l’équipe. Les tâches ont naturellement été réparties en fonction des domaines de recherche de chacun : Jean-Marie Allard (Templiers et Hospitaliers), Agnès Brahim (Fontevrault), Catherine Faure (Sainte-Marie de la Règle), Stéphane Lafaye (Saint-Martial), Martine Larigauderie (Grandmont), Philippe Loy (Cisterciens), Muriel Souchet (Chartreux). Ils sont aidés par Rémi Crouzevialle, ingénieur d’étude en analyse et traitement de bases de données, concepteur de la base Monastères  avec Noëlle Deflou-Leca

Si le champ d’étude de chacun des membres a évidemment déterminé le choix des réseaux, il n’en a pas été l’unique critère. La saisie de réseaux monastiques très divers par le nombre de monastères qu’ils comportent, l’importance ou l’absence de sources, leur chronologie, leurs liens de dépendances, leurs changements ou non de statuts… a également été un critère déterminant afin d’exploiter toutes les possibilités de la base de données.

La saisie est en cours d’achèvement pour la plupart de ces réseaux. Cependant, l’avancée du travail n’est pas aussi rapide qu’elle le pourrait, compte tenu de l’engagement bénévole des membres de l’équipe, dont la plupart ont d’autres engagements professionnels. Malgré ces contraintes, des réseaux ont été intégralement saisis et les données collectées ont permis d’expérimenter plusieurs représentations cartographiques.

Le dossier cartographique qui suit est un état de l’avancement des travaux de l’équipe. Plus précisément, il permet de faire le point sur les statuts, c’est-à-dire le volet institutionnel des monastères saisis et d’en cartographier les modifications à des périodes précises, dictées par les sources. Le dossier aborde successivement les monastères cisterciens (carte n° 1), les dépendances de l’abbaye Saint-Martial de Limoges (cartes n° 2, 3, 4, 4bis et 5) et le réseau des maisons templières et hospitalières (cartes n° 6 et 7) de l’ancien diocèse de Limoges, dans ses limites de 1315.

L’objet de ces représentations n’est pas de susciter, dans l’immédiat, de nouvelles hypothèses historiques, dont la plupart sont déjà connues, mais plutôt de réfléchir à différents types de représentations cartographiques, ouvrant la voie à de nouvelles grilles d’analyses voire à la création de modèles. Ces représentations ont été dictées par l’inégale densité des données et établies selon différents critères : la chronologie du statut de ces établissements (abbaye, cella, prieuré/dépendance, église…) et de leur transformation ; la densité de l’implantation des dépendances monastiques dans l’espace ; la mise en place et la construction des réseaux monastiques.

Les monastères cisterciens3

Carte n° 1 : les monastères devenus cisterciens entre 1146 et 1162

Voir la carte en grand format

Le réseau cistercien du diocèse de Limoges s’est principalement formé par l’affiliation à l’ordre de Cîteaux de monastères et de communautés d’ermites non-cisterciens à leur origine. Seule l’abbaye d’Aubepierre en Creuse est une fondation cistercienne ex nihilo. Le principal intérêt de ce dossier est la diversité des statuts des établissements avant la période 1146-1162, au cours de laquelle le réseau cistercien se structure dans le diocèse avec une uniformisation des statuts selon les règles de l’ordre. Cette période d’affiliation est d’autant plus connue qu’elle est très bien datée grâce aux sources disponibles et à une première synthèse historique publiée en 19984. Les figurés choisis sur la carte n° 1 permettent de représenter les statuts des établissements avant l’affiliation à Cîteaux mais aussi les liens de filiation antérieurs. Par exemple, tout le réseau de l’abbaye de Dalon bascule dans l’ordre cistercien en même temps que l’abbaye-mère. Ce mouvement transforme alors des communautés d’ermites en abbayes.

L’abbaye Saint-Martial de Limoges et ses dépendances5

L’abbaye bénédictine de Saint-Martial de Limoges est fondée en 848 par transformation d’une communauté de clercs dépendant de la cathédrale Saint-Étienne. Elle intègre les dépendances de Cluny en 1063 jusqu’en 1246, quand le monastère retrouve son autonomie. Son réseau de dépendances est très bien connu de la fin du XIe au début du XIIIe siècle, essentiellement grâce à trois bulles pontificales (1096, 1159 et 1186). Une liste des prévôtés, prieurés et églises dépendant de l’abbaye, indiquant le nombre de moines occupant chaque maison existe aussi ; cette liste, établie par le moine et chroniqueur Bernard Itier, aux alentours de 1216, constitue un véritable pouillé de Saint-Martial. La grande richesse des sources concernant cet établissement permet d’en appréhender le patrimoine durant plus d’un siècle entre 1096 et 1216.

Carte n° 2 : Monastères et églises dépendants de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1186 et 1216.

Voir la carte en grand format

Ce patrimoine est assez stable entre 1186 et 1216. La carte n° 2 qui suit met en évidence les monastères en cours de saisis dans la base, auxquels ont été ajoutées les églises dépendantes qui figurent à la fois dans la bulle de 1186 et dans le « pouillé » de 1216. Cette représentation n’est qu’une simple carte de localisation, avec des figurés distinguant les types d’établissement (monastère ou église) sur un temps assez court d’environ trois décennies. Ici, l’intérêt est de localiser et de cerner la répartition des dépendances au sein du diocèse de Limoges. Au sein de ce même réseau cohabitent des établissements réguliers et séculiers, lesquels ne sont pas entrés dans la base Monastères. Ce réseau se concentre à l’ouest d’une ligne nord-est / sud-ouest, clairement établie sur la carte. Il faudra donc en comprendre les raisons.

Carte n° 3 : Le réseau monastique de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1096 et 1216.

Voir la carte en grand format

La carte n° 3 permet d’appréhender la notion de réseau monastique en représentant les liens de dépendances entre l’abbaye-mère et ses monastères ainsi que de faire figurer les réseaux monastiques secondaires de ce même réseau. Ce mode de représentation est assez classique. Les informations modélisées au sein de la base de données Col&Mon permettent de produire facilement ce type de carte. De plus, cette carte prend en compte les dynamiques temporelles inhérentes à la construction de ce réseau : en effet, les sources permettent de faire sa construction sur un temps long, près de 120 ans entre 1096 et 1216. Cette carte vient compléter la précédente et met en évidence un réseau organisé en plusieurs pôles avec les filiations monastiques ou séculières ainsi que leur ancienneté.

Carte n° 4 : le nombre moines dans les monastères de l’abbaye Saint-Martial de Limoges vers 1216.

Voir la carte en grand format

Carte n° 4bis : le nombre moines dans les monastères de l’abbaye Saint-Martial de Limoges vers 1216.

Voir la carte en grand format

La liste des dépendances de 1216 fournit également le nombre de moines par monastères. Les informations de ce type ne peuvent pas être saisies dans la base Monastères car elles sont très rarement disponibles. Cependant, il a semblé opportun de cartographier ces données (carte n° 4) et surtout de les croiser avec la carte n° 3. Le résultat est visible sur la carte n° 4bis qui accentue la représentation des différents pôles monastiques au sein du réseau de l’abbaye Saint-Martial dans les limites du diocèse. A l’échelle du sud-ouest de la France, les résultats seraient probablement différents, avec l’intégration d’autres monastères dépendants de l’abbaye.

Carte n° 5 : typologie des établissements dépendants de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1096 et 1216.

Voir la carte en grand format

Cette nouvelle carte (n° 5) s’appuie sur les types de statuts intégrés dans la base Col&Mon, pour chaque établissement du réseau de l’abbaye Saint-Martial. Les sources permettent d’établir une chronologie des évolutions institutionnelles de ces établissements entre 1096 et 1216. Les figurés utilisés tiennent compte de la chronologie des statuts religieux pour un même établissement. La carte révèle donc la succession des statuts, en même temps que l’ancienneté de l’établissement au sein du réseau. Elle met aussi en évidence la construction du réseau monastique par une régularisation d’une partie des établissements séculiers donnés (encadré en orange), essence même du projet Col&Mon. Le réseau s’est également construit à partir de fondations monastiques ex nihilo. Cette variabilité des statuts semble surtout toucher les petits établissements dépendants alors que l’abbaye-mère et ses relais secondaires se sont maintenus comme monastères depuis la fin du XIe s.

Templiers et Hospitaliers6

Carte n° 6 : les établissements hospitaliers du diocèse de Limoges au XVe siècle.

Voir la carte en grand format

L’étude des établissements hospitaliers du diocèse de Limoges se heurte à des sources très lacunaires et tardives, en présence pourtant d’une très grande densité d’établissements à la répartition géographique assez homogène dans le diocèse. Le réseau des maisons hospitalières est bien établi à la fin XVe s. Représenté sur la carte n° 6, ce réseau que l’on peut qualifier de classique, comprend différents pôles et une hiérarchie claire entre les établissements. À la différence d’un réseau comme celui de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, les filiations entre établissements ne sont pas systématiquement liées à une proximité géographique., et ce réseau comprend plus de pôles structurants, de taille plus modeste, bien répartis sur l’ensemble du territoire diocésain. En outre, la représentation tardive de ce réseau empêche d’en appréhender facilement la genèse.

Carte n° 7 : premières mentions des établissements hospitaliers dans le diocèse de Limoges (XIIe-XVe s.).

Voir la carte en grand format

En tenant compte des lacunes mentionnées ci-dessus, la carte n° 7 tente de représenter l’ancienneté des établissements hospitaliers et de ceux de l’ordre du Temple, intégrés après 1312. La première mention saisie dans la base, pour chacun des établissements, permet de comprendre la constitution de ce réseau. Les établissements de l’ordre du Temple ont également été mis en évidence.

La chronologie des différentes données utilisées a été strictement respectée dans ce dossier cartographique. L’intérêt, à plus long terme, sera de croiser ces informations pour une meilleure compréhension de la genèse des différents réseaux et tenter d’expliquer l’absence du chef-lieu de diocèse comme élément structurant. Certes, cette approche n’est pas nouvelle mais l’intérêt de l’outil Col&Mon est néanmoins précieux : il permettra à terme d’automatiser différents types de représentations graphiques ou cartographiques, issues d’un nombre important d’informations, dans des espaces géographiques et temporels précis, afin d’éviter toute démarche régressive, et pouvoir ainsi mettre en relation plusieurs séries de données.


  1. CERCOR-LEM, CRIHAM, coordonné par N. Deflou-Leca.
  2. FONT-RÉAULX (J. de), Pouillés de la Province de Bourges, Paris, 1961. (Recueil des historiens de la France. Pouillés, 9).
  3. Les seize monastères cisterciens ont été saisis dans la base MONASTERES par Philippe Loy.
  4. BARRIÈRE (B.) (dir.), Moines en Limousin. L’aventure cistercienne, Limoges, 1998.
  5. Le réseau de l’abbaye comptait quarante-quatre monastères aux environs de 1216. Ils sont en cours de saisie par Stéphane Lafaye.
  6. Ce réseau compte cent-trois établissements qui ont été saisis par Jean-Marie Allard.

Charroux : quand l’abbaye occulte le réseau monastique

Les journées d’études organisées par Col&Mon en décembre 2017 ont été l’occasion d’une riche discussion à partir d’une recherche en cours sur les dépendances de l’abbaye de Charroux. La présentation portait plus précisément sur une étude destinée à renseigner la base de données Monastères, dans le cadre d’un projet financé par la chaire monastique Aquitania monastica de Cécile Treffort.
Charroux est une abbaye née à la fin du VIIIe siècle par la volonté de Roger, comte de Limoges, et de son épouse Euphrasie, fille de comte d’Auvergne1. Détaillée dans leur testament, cette fondation de douze moines est placée sous la protection de Charlemagne et devient rapidement l’un des plus importants monastères d’Aquitaine. De nombreuses recherches ont à juste titre été consacrées à son histoire, son architecture (conservée et enfouie) et surtout à ses vestiges matériels (sculptures, inscriptions, reliquaires)2. Dès le XIe siècle, l’abbaye dispose également d’un impressionnant réseau de plus de 200 dépendances dont l’étude n’a pourtant qu’été ébauchée.

Décor de l’abbatiale de Charroux (cliché : Charpentier 1961 – Photothèque CESCM)

Le renseignement de la base de données Monastères nécessite la consultation non seulement des synthèses publiées, mais aussi un retour aux sources. Pour des raisons de faisabilité, les recherches ont été limitées à la documentation publiée. On dispose pour ce faire de l’ouvrage édité par Charles de Monsabert dès 19103. L’érudit y a rassemblé les rares sources conservées aux archives départementales de la Vienne, quelques documents publiés par ailleurs, et surtout la considérable œuvre de copie menée par dom Fonteneau (1705-1780) à partir de manuscrits aujourd’hui disparus.
La recherche en cours confirme en premier lieu l’importance de la base de données Monastères pour renouveler les connaissances et l’attention portée à la terminologie médiévale relative aux communautés religieuses. Dans le cas de Charroux, le vocable abbatia apparaît dès l’origine, mais il n’est enrichi par le terme de monasterium qu’au XIe siècle et il faut attendre 1220 pour que soit mentionné un prioratum. Avant le XIIIe siècle, la reconnaissance du statut de prieuré parmi les simples églises reste ainsi souvent impossible, surtout lorsqu’elles sont mentionnées avec des dépendances (ecclesia cum pertinencis suis) qui peuvent n’être qu’agricoles. La confusion est d’autant plus grande que dom Fonteneau a établi une liste des établissements liés à Charroux, en distinguant les églises des prieurés, mais à partir de manuscrits en partie disparus. Or cet inventaire de 70 communautés associées se réduit à une bonne vingtaine si l’on vérifie précisément dans la documentation disponible. Faut-il dès lors faire confiance à l’érudit ? La réponse affirmative ne résout pas entièrement le problème, puisqu’elle n’éclaire pas la chronologie de la création des prieurés et ne permet donc pas de comprendre les phénomènes sous-jacents à la structuration du réseau…
La question des logiques d’implantation, au cœur de la rencontre de décembre, est encore difficile à aborder. Concernant Charroux, les premiers obstacles apparaissent dès la lecture de la documentation : les sources les plus anciennes étant presque exclusivement des récapitulatifs de possessions, les contextes précis de fondation sont généralement perdus. Les exceptions documentées sont très éloignées de l’abbaye-mère. A. E. Verhultst a en effet bien étudié l’implantation des communautés dépendantes du diocèse de Thérouanne (actuel département du Pas-de-Calais) à la fin du XIe siècle4. Il semble que pour trois sites (Ham-en-Artois, Andres et La Beuvrière), une émulation entre aristocrates ayant fait halte à Charroux lors d’un pèlerinage à Compostelle ait été décisive. Le contexte est différent pour la refondation du monastère de Bardney, dans le diocèse de Lincoln. Pour ce site prestigieux de l’époque carolingienne refondé en 1087 par les moines de Charroux, à l’initiative de Gilbert de Gant, la logique est différente : il s’agirait, selon l’analyse de George Beech et l’expression de Jacques Beauroy, de l’un des premiers exemples de la « conquête cléricale de l’Angleterre » venant stabiliser les succès militaires continentaux5.
En parallèle des sources textuelles, d’autres facteurs déterminant la localisation des sites doivent être pris en compte. Florence Bougnoteau a ainsi, dès 1995, tenté une analyse cartographique pour mettre en évidence l’éventuelle corrélation entre l’implantation des prieurés de Charroux et différents éléments, comme le réseau hydrographique, les routes antiques, les chemins de pèlerinage, etc6. Plus récemment, une étude de Sylvie Refalo Dinet a mis en évidence l’implantation préférentielle des communautés religieuses dépendant d’abbayes-mères poitevines d’une part près du littoral charentais, et d’autre part dans les confins entre le diocèse d’Angoulême et celui de Poitiers7. La compréhension de la géographie politique est également primordiale, notamment pour une abbaye comme Charroux fondée par un comte de Limoges et protégée par le roi des Francs, dans un lieu qui devient en outre au XIe-XIIe siècle capitale du comte de la Marche.
La base de données Monastères est un outil parfait pour reprendre à son fondement un sujet aussi étudié que l’abbaye de Charroux. Qu’on ne s’y trompe pas : renseigner avec précision la multitude des champs qui la compose nécessite au moins autant de temps de préparation (sinon plus) qu’un article scientifique consacré au même sujet. Elle impose en effet une rigueur systématique dans la collecte des données que l’on ne parviendrait probablement pas à maintenir sans elle. On regrettera simplement qu’une démarche aussi chronophage impose une délimitation stricte des sites renseignés aux lieux de résidence de communautés religieuses. Une analyse conjointe des autres types de possessions (églises monastiques simples, biens agricoles…) devra être ajoutée dès que possible pour caractériser plus généralement les aires d’influence des abbayes. Charroux est un exemple de cette nécessité, mais Stéphane Lafaye l’a montré à plus large échelle pour les abbayes clunisiennes d’Aquitaine8.
Par son initiative, Col&Mon porte en tout cas les germes d’un formidable bond de la recherche sur le monachisme médiéval. Avec ses deux bases de données et le développement d’un outil de visualisation cartographique spécifique, il propose en effet de comprendre les logiques d’implantation des communautés religieuses par l’histoire institutionnelle. Ce travail colossal est indispensable et renouvellera en profondeur l’historiographie. Il mérite cependant d’être encore complété, on l’a vu, par une prise en compte de l’histoire économique et politique. Les géomaticiens de Lyon (EVS) intégrés au projet ont ici toute leur importance. Le système d’information géographique spécifique qu’ils modulent actuellement, pour agréger d’autres données historiques géoréférencées, a ainsi de quoi susciter de grands espoirs grâce à un enrichissement des questionnements historiques par l’analyse spatiale et statistique de facteurs multiples.
Il me tarde de mettre en perspective le travail de fourmis nécessaire au renseignement de la base de données Monastères par les outils cartographiques développés dans le cadre de Col&Mon. Rendez-vous donc dans quelques mois pour une histoire de Charroux éclairée par les humanités numériques.

Manon Durier
Ingénieure de recherches – projet Aquitania monastica
Université de Poitiers/CESCM


  1. Jean-François BOYER, Pouvoirs et territoires en Aquitaine du VIIe au Xe siècle : enquête sur l’administration locale, Limoges, Université de Limoges, 2015 (Thèse de doctorat en histoire médiévale).
  2. Voir en dernier lieu : Cécile TREFFORT, “Charlemagne à Charroux : Légendes de fondation, histoire architecturale et création épigraphique”, Revue historique du Centre-Ouest, 6 (2007), p. 277-296.
  3. Chartes et documents pour servir à l’histoire de l’abbaye de Charroux, dom P. DE MONSABERT (éd.), Poitiers, Société des Archives historiques du Poitou, 1910 (AHP, 39).
  4. Aadrian VERHULTST, “La fondation des dépendances de l’abbaye poitevine de Charroux dans le diocèse de Thérouanne : Andres, Ham et La Beuvrière”, Le Moyen Âge, 69 (1963), p. 169-189.
  5. Georges BEECH, “Aquitanians and Flemings in the Refoundation of Bardney Abbey (Lincolnshire) in the later Eleventh Century”, The Haskins Society Journal, I (1989), p. 73-99.
  6. Florence BOUGNOTEAU, Les prieurés et les églises dépendant de l’abbaye Saint-Sauveur de Charroux dans les anciens diocèses de Poitiers, Saintes et Angoulême, Poitiers, Université de Poitiers, 1995 (Mémoire de D.E.A. en histoire médiévale).
  7. Sylvie REFALO DINET, “Comtes, moines et aristocrates : les prieurés charentais des abbayes poitevines (Xe-XIe siècle)”, Monastères entre Loire et Charente, Pascale BRUDY, Cécile TREFFORT (dirs.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 41-50, p. 42.
  8. Stéphane LAFAYE, Les monastères de Cluny en Aquitaine (XIe-XIIe siècle). Essai de topographie monastique, 3 vol., Paris, EPHE, 2012 (Thèse de doctorat en histoire médiévale).

Renseigner une base de données  sur les monastères : le cas de l’abbaye Saint-Étienne de Baignes (Charente)

Les journées d’étude organisées à Limoges par l’ANR Col&Mon les 15-16 décembre 2017 sous la houlette d’Anne Massoni et Noëlle Deflou-Leca ont été l’occasion de présenter une recherche en cours sur le réseau monastique de l’abbaye Saint-Étienne de Baignes. Celle-ci est effectuée dans le cadre du projet de la chaire monastique Aquitania monastica dirigée par Cécile Treffort (CESCM-université de Poitiers) autour de l’implantation monastique en Aquitaine du Nord et financée par la région Nouvelle-Aquitaine (2016-2019). La discussion a porté sur la façon de remplir la base de données Monastères et des questionnements qui découlaient de cet exemple concret.

Renouvellement de notre approche historique au prisme de la base Monastères

La base Monastères est un outil permettant d’extraire – et par là même de mettre en valeur – un certain nombre de données historiques relatives à un site. Les différents champs à remplir (plus d’une vingtaine) se divisent en quatre thématiques autour :

  • de l’identité générale du site étudié (vocable, type de communauté) et sa localisation géographique et ecclésiastique
  • la chronologie (première date d’attestation, consécration) et les différents statuts du monastère entre la première occupation du site et sa disparition
  • la vie régulière et l’observance (règles observées, coutumier adopté, saints vénérés)
  • l’archéologie et l’architecture du site (connaissance des bâtiments conservés ou fouillés).

Si, à première vue, l’alimentation de cette base paraît simple et rapide, la réalité est tout autre. Elle nécessite en effet la reprise complète du dossier historiographique et historique de Baignes avec un angle de vue totalement nouveau.

Saint-Étienne de Baignes, située dans le département de la Charente, est une des plus anciennes abbayes de Saintonge avec celles de Saint-Jean-d’Angély (17) et Saint-Liguaire (79). Elle faisait partie de l’ancien diocèse de Saintes jusqu’en 1801, date à laquelle elle a été rattachée à celui d’Angoulême. Plusieurs recherches ont été consacrées à son histoire1, particulièrement à son cartulaire édité dès le xixe siècle par l’abbé Cholet2. Daté de la fin du xiie siècle, il conserve près de 549 chartes dont la plus ancienne remonterait à 996 et la plus récente à 1247. Les vestiges architecturaux de l’église encore en élévation ont également fait l’objet de quelques travaux universitaires3. Plus récemment, les aspects archéologiques, avec notamment une prospection géophysique au sud de l’église, ont permis de dresser quelques pistes de réflexions sur l’emplacement des bâtiments communautaires4. Malgré tout, aucune synthèse sur cet établissement n’existe et personne ne s’est intéressé, jusqu’à ce jour, au réseau de dépendances de l’abbaye.

Le dépouillement du cartulaire a permis de répondre à un certain nombre de questions concernant la chronologie et les divers statuts du monastère. Toutefois, la date de première attestation de l’établissement n’est pas assurée : la légende la ferait remonter à Charlemagne en 769 (d’après la chronique dite Saintongeaise, du pseudo-Turpin datant du xiiie siècle5). Si le contexte des origines de l’abbaye reste flou, une première preuve de vie monastique se rencontre entre 996 et 1031, avec la mention de plusieurs moines impliquant la présence d’un établissement gouverné par un abbé dont on ignore cependant le nom. Entre 1032 et 1036, apparaît un certain Adémar élu alors abbé de Baignes. Puis le 15 mai 1063-1064, l’église est consacrée, ce qui suppose sa reconstruction ou une partie de celle-ci. L’abbaye, dès le départ, suit la règle de saint Benoît comme plusieurs chartes le rappellent. L’établissement apparaît sous différentes désignations au fil des documents. Nous rencontrons à la fois monasterium, ecclesia, basilica, congregatio ou cenobium sans qu’aucun de ces termes n’apparaisse plus important l’un que l’autre.

Abbaye Saint-Étienne de Baignes (16)- Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel (P. Moisdon – 2014) 6

Le cartulaire nous renseigne également sur une période de conflit entre les abbayes de Baignes et de Cluny entre la fin du xie siècle et le début du xiie siècle. De premières oppositions apparaissent dès 1097 à la mort de l’abbé Gislemond où l’abbaye est confiée à Cluny, mais finalement cette dernière y renonce. Entre 1109 et 1112, les moines de Baignes traversent une nouvelle étape difficile où l’établissement, sous l’impulsion d’un ou plusieurs religieux du monastère Saint-Eutrope de Saintes, est à nouveau donné à Cluny (confirmation de la donation en 1110 par Pierre II, évêque d’Angoulême). Après deux voyages à Rome et plusieurs conciles, l’abbaye retrouve son indépendance en 1112. Ce contexte conflictuel a fourni l’occasion, dans ces journées d’étude, d’évoquer la difficulté d’intégrer dans la base de données ces moments où l’abbaye se retrouve entre deux eaux d’un point de vue statutaire, entre indépendance d’une part et rattachement à l’abbaye de Cluny, d’autre part. Même si les champs libres permettent d’expliquer cette situation, la question a porté sur la façon dont la cartographie pourrait faire apparaître cette information. D’autant que cette problématique est loin d’être propre à l’abbaye charentaise et se rencontre souvent ailleurs pour cette période

Réseau et logiques d’implantation

Pour étudier le réseau monastique de Baignes, deux chartes du cartulaire retiennent particulièrement notre attention. La première est celle de Pierre III de Confolens, évêque de Saintes, de 1121 (ch. 2) qui dresse une liste de 35 églises dépendantes de l’abbaye. La seconde est une bulle du pape Grégoire IX, du 1er avril 1232 (ch. 550). La liste des églises est passée à 53. On se heurte ici à un problème essentiel, celui de la terminologie et de la fonction de ces documents. En effet, la porosité du terme ecclesia, pouvant désigner à la fois une église paroissiale et une église dépendante d’un monastère doit être soulignée. Il faut alors faire une recherche minutieuse dans les index et l’ensemble du cartulaire pour trouver des témoignages de prieurés. Le terme prioratus n’apparaît nulle part (même après 1179 où il est officialisé à Latran III) ; en revanche ceux de prior, monachus ou capitulum sont des indices précieux indiquant que nous sommes là en présence d’une communauté de frères et donc par voie de conséquence d’une dépendance monastique. Au total, nous avons, pour l’instant, comptabilisé une vingtaine de prieurés pour les xie-xiie siècles. La plupart de ces implantations sont concentrées dans le diocèse même (environ 40). Les moines de Baignes n’hésitent pas cependant à aller au-delà des limites dans les diocèses voisins d’Angoulême (2), Périgueux (5) et Bordeaux (3), l’ensemble des dépendances se concentrent dans un rayon de 40-60 km autour de l’abbaye. La plupart des donations, d’après le cartulaire, sont faites dans le 3e quart du xie siècle avec un total de 38 (églises et prieurés confondus) ; au xiie siècle, seules 6 sont mentionnées. Tout le temporel de l’abbaye semble donc être mis en place au cours du xie siècle. Les cartes répertoriant ces sites, actuellement disponibles sur internet, soulèvent un problème évoqué lors de notre rencontre : celui de la juxtaposition de données relevant de périodes chronologiques différentes. Pour pallier ce problème, les outils cartographiques développés dans le cadre de Col&Mon permettront à terme de faire apparaître les prieurés dans l’ordre chronologique de fondation.

La localisation de Baignes et de ses dépendances dans une zone de marge entre plusieurs diocèses mais également entre deux comtés, celui d’Angoulême et celui de Saintonge est à prendre en considération. La présence seigneuriale en place à cette époque favorise largement l’abbaye par divers dons et un certain nombre de privilèges. Le lien avec les seigneurs locaux est particulièrement important. À 2 km au nord de l’abbaye se trouve le château de Montauzier dont il ne reste aujourd’hui que deux tours (le manoir de l’abbé Michon ayant été construit en son centre). Le seigneur du site au xie siècle est Arnaud de Montausier, fils de Geoffroy comte d’Angoulême. On peut penser qu’il y avait ici un pôle de pouvoir important avec un castrum lié aux comtes d’Angoulême (et à leur protection). Le cartulaire garde le témoignage de plusieurs autres grands seigneurs ayant favorisé l’abbaye comme ceux d’Archiac, Jonzac, Montguyon, Montlieu-la-Garde ou encore Barbezieux, dont les territoires correspondent à l’aire d’influence de l’abbaye. L’abbaye de Baignes, par sa position stratégique entre le Poitou, l’Angoumois, le Périgord et le Bordelais, devient alors un enjeu d’occupation du territoire aux côtés de prieurés voisins dépendants de l’abbaye clunisienne tels que Barbezieux (16) ou encore Saint-Eutrope de Saintes (17).

Par la multitude des champs à remplir, la base Monastères oblige à se poser un certain nombre de questions et à relire les sources à disposition avec un regard nouveau. Les premiers résultats autour de l’abbaye de Baignes semblent prometteurs pour la suite des recherches. Tout l’intérêt d’un tel outil de travail pour le chercheur réside dans la façon dont il nous permet de renouveler notre approche des réseaux monastiques sur nos territoires.

Pascale Brudy

Ingénieure de recherches – projet Aquitania monastica

Université de Poitiers/CESCM


  1. C. Hubert, « Le légat Gérard d’Angoulême et la résistance de l’abbaye de Baignes à la centralisation clunisienne », Mélanges offerts à René Crozet à l’occasion de son 60e anniversaire, éd. P. Gallais et Y.-J. Riou, Poitiers, Société d’études médiévales, 1966, t. I, p. 515-521 ; R. Favreau, « La région de Barbezieux au Moyen Âge », Regards sur Barbezieux et sa région, catalogue d’exposition, 1983, p. 18-31 ; S. Lafaye, Les monastères de Cluny en Aquitaine (xie – xiiie siècles). Essai de topographie monastique, thèse de doctorat, 3 t., EPHE, 2012.
  2. Cartulaire de l’abbaye de Saint-Étienne de Baignes (en Saintonge), éd. A. Cholet, Niort, 1868.
  3. M. Ortiz, Les débuts de l’architecture religieuse gothique et l’introduction du gothique du nord dans le diocèse d’Angoulême (fin xiie – début xve siècle), thèse de doctorat, Université de Bordeaux III, 2000 et A. Mespoulede, Étude sur l’abbaye Saint-Étienne de Baignes, mémoire de maîtrise, Université de Bordeaux, 2002-2003.
  4. M. Chaillou, « Baignes-Sainte-Radegonde ˗ Abbaye Saint-Étienne, chapelle de la Vierge », ADLFI. Archéologie de la France˗ Informations, Poitou-Charentes, 2008 [En ligne] mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 08 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/931.
  5. C. Meredith-Jones, Historia Karoli Magni et Rotholandi ou Chronique du Pseudo-Turpin, textes revus et publiés d’après 49 manuscrits, Paris, 1936.
  6. Pour consulter le dossier de l’inventaire, voir la base Gertrude

Historiographie de la cartographie des diocèses

Davide Gherdevich, boursier post doctorant sur le projet ANR COLéMON (LaMOP Université Paris-1 Panthéon Sorbonne)

Dans ce bilan historiographique (bien loin d’être exhaustif), nous avons essayé de mentionner les travaux les plus importants et les plus marquants pour les études des limites des diocèses.

Les plus anciennes cartes sur lesquelles sont dessinées les limites des territoires des diocèses datent du XVIe siècle ; la première carte est celle de diocèse du Mans réalisée par Macé Ogier, prêtre et maître de l’hôpital des Ardents, en 1539 et imprimée en 1586. Puis celle du diocèse de Bourges est conçue en 1545.

Un des premiers travaux regroupant plusieurs cartes avec les limites des diocèses est celui de Du Chesne, Bibliothèque des auteurs qui ont écrit l’histoire et topographie de la France, daté de 16181. Dans ce livre on trouve les représentations des limites de quatre diocèses : celui de Limoges, de Reims, du Mans et enfin celui de Cahors. La plus ancienne carte générale des diocèses est la Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane réalisée en 1624 par Des Bleyns2 (Fig.1) mais les limites sont très aléatoires, avec une projection et une restitution bien loin de la réalité du territoire.

Figure 1 : Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane

En 16503 Nicolas Sanson réalise une des premières cartes de l’ensemble des diocèses de France même s’ils sont tracés à une très petite échelle (1 :2920000)4. (Fig. 2 et Fig. 3)

Figure 2 : N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, Paris vers 1650

Figure 3 : N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, détail (Source Gallica/BNF)

Nous pouvons aussi citer la carte dessinée en 1656 pour la première édition de la Gallia Christiana5 où sont visibles (mais avec un trait plutôt difficile à lire) les limites des archevêchés et des évêchés de France. (Fig. 4 et Fig. 5).

Figure 4 : L. et S. de Sainte-Marthe, Gallia Christiana, Paris, 1656

Figure 5 :L. et S. de Sainte-Marthe, Gallia Christiana, Paris, 1656, détail (Source Gallica /BNF)

Au XVIIIe siècle, paraît une bibliographie partielle des cartes des diocèses de France, rédigée en 1719 par Le Long dans sa Bibliothèque historique de la France6. Le Long a subdivisé les cartes en deux listes : une des cartes générales des diocèses de France et une autre des cartes particulières des diocèses de France. En 1768 sont publiées, dans la Carte particulière du duché de Bourgogne, réalisée par Seguin, les cartes de trois évêchés : Dijon, Chalon et Mâcon avec les confins des diocèses limitrophes ; aux Archives de la Côte d’Or sont conservés les trois registres qui contiennent les réponses précises et complètes des curés à l’enquête préliminaire7 pour la réalisation de ces limites.

Pour trouver les premiers travaux de grande ampleur et d’une précision plus proche des cartes modernes, il faut remonter au XIXe siècle. C’est en particulier au milieu du XIXe siècle que Desnoyers commence une Topographie ecclésiastique de la France8, un travail qui ne comprend que le territoire de Lyon, les diocèses limitrophes et les territoires de la Belgique. Les cartes sont publiées dans l’annuaire de la Société de l’Histoire de France, sur plusieurs années, de 1854 à 18629, puis regroupées en trois volumes. Enfin, vers la fin du XIXe siècle et plus précisément en 1889, Auguste Longnon réalise l’Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours10, dans lequel nous avons une carte avec les divisions ecclésiastiques de la France de 1297 à 1317 (Fig. 6).

Figure 6 : Longnon A., l’Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, Paris 1889 (source Gallica/BNF)

Au XXe siècle, l’une des plus importantes études est sûrement « Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle », de François de Dainville parue la première fois comme article dans la Revue d’histoire de l’Église de France11 en 1954. Deux ans après, en 1956, il est étoffé et publié sous forme de monographie12. Il s’agit d’un recollement des cartes anciennes gravées ou manuscrites classées par diocèses — à l’exclusion des plans de paroisses manuscrits. Aux cartes des diocèses sont jointes celles des maisons religieuses et des cartes relatives au protestantisme. Pour chacune sont mentionnées les informations sur l’échelle utilisée, l’année et le lieu de conservation.

De la même période date l’atlas des anciens diocèses de France réalisé sous l’égide de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes entre 1954 et 1977. Initié par Jacques de Font-Réaulx avec le support technique de Sœur Christiane Mathioly du Carmel d’Amiens, il compte 65 cartes représentant les diocèses au 1/200 000eme. Pour le réaliser, Font Reaulx a utilisé surtout les pouillés comme il l’explique dans un article de 196013 . Malheureusement ce travail n’a pas été terminé et par conséquent nous n’avons qu’une couverture partielle du territoire, puisque manquent les limites de plusieurs diocèses du Centre et du Nord de la France.

C’est le travail de Font-Réaulx que Jacques Dubois utilise comme base de départ pour réaliser sa carte des diocèses de France avant la Révolution14, publiée en 1965. Dubois écrit que « c’est étonnant de constater qu’il n’existe aucune carte d’ensemble des diocèses de France avant 1790, ni même une liste exacte et complète des diocèses dont le territoire s’étendait au moins en partie en France, même si la ville épiscopale était à l’étranger ». Jusqu’aux années 1960, il n’existe pas de carte des diocèses de France, et Dubois il est le premier à en réaliser une à l’échelle de la France15. Cette carte a été utilisée pour représenter les diocèses dans les volumes des Fasti Ecclesiae Gallicanae16. Ce travail sur les limites réalisé par Dubois existe aussi en version numérique grâce au travail fait par Thomas Areal en 201017.

Pour les années 1980 -2000 nous pouvons citer le livre de Michel Aubrun La paroisse en France des origines au XVe siècle18, qui est une étude de l’évolution des paroisses comme structure de pouvoir de l’Église sur le territoire, mais qui ne contient pas de carte diocésaine.

En 1994 apparaissent dans l’Atlas de la France de l’an Mil19 des cartes avec les limites des diocèses. Dans l’introduction, Michel Parisse (qui dirige cet ouvrage) explique que les cartes ont été dressées en utilisant comme base de départ les limites tracées par Dubois dans les années 1960.

En 1991, MM. Chevalier et Sauzet cartographient le diocèse de Tours ainsi que la région Centre, intégrés à l’Atlas de la Région Centre 20

Au cours des années 2000, une nouvelle approche à l’étude des diocèses, liée en partie à l’application de nouvelles technologies (comme les systèmes d’information géographiques), mais aussi à des nouveaux points de vue historiographiques. À ce propos, Florent Hautefeuille écrit deux articles sur la délimitation territoriale et sur la difficulté de cartographier les paroisses de la Garonne21. En outre, les systèmes d’information géographiques sont utilisés par une équipe de chercheurs (Pascal Chareille, Xavier Rodier et Élisabeth Zadora-Rio22) afin d’effectuer des analyses des transformations du maillage paroissial en Touraine.

En 2005 l’ouvrage Les territoires du médiéviste sous la direction de Benoît Cursente et Mireille Mousnier, il analyse les rapports entre les hommes et leurs espaces de vie au Moyen Âge, interessant

C’est au cours de ces dernières années qu’on assiste à la parution de deux importants ouvrages : en 2008, L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve – XIIe siècle) 23 et, en 2016, L’Evêque et le Territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle)24. Le premier, sous la direction de Florian Mazel, a réussi à réunir plusieurs études sur les espaces de pouvoir et les institutions des diocèses, de la fin de l’Empire romain jusqu’au XIIe siècle ; L’étude essaye de a essayé de montrer que les diocèses ne sont pas une simple évolution des anciennes administrations territoriales d’époque romaine, mais représentent plutôt une nouvelle forme de contrôle du territoire. L’autre ouvrage, toujours écrit par Florian Mazel, reprend l’étude de 2008, mais s’enrichit de nouveaux documents et d’exemples concernant l’évolution de l’espace diocésain, en prenant en considération non seulement le territoire français, mais aussi celui de l’Italie.

Fin 2016 il est paru le livre Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge: Limites et frontières25 , qui regroupe treize d’étude, concernant tout l’espace européenne, où sont analyse la fonction des limites dans l’espace médiévales.

Pour terminer cette brève historiographie de la cartographie des diocèses, nous pouvons citer un certain nombre de projets réalisés ces dernières années, avec des parties dédiées à l’étude de l’espace diocésain :

  • Le projet ANR CORELPA26, réalisé en 2006, avec la participation de plusieurs laboratoires dont le LAMOP, l’IRHT et l’université d’Avignon, grâce auxquels ont été numérisées les cartes de l’atlas des anciens diocèses de France réalisées par Jacques de Font-Réaulx.
  • L’atlas historique du Limousin27 dans lequel nous pouvons visionner l’Atlas de Bautier, avec une carte de l’espace diocésain et que dans les prochaines années il sera aussi doté d’une cartographie dynamique
  • L’Atlas archéologique de Touraine, réalisé dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche (PCR) du Ministère de la culture, coordonné par Elisabeth Zadora-Rio, il est composé de deux volets : une publication électronique en accès libre et une plate-forme de webmapping28.

 

Notes

1 A. Du Chesne, Bibliothèque des autheurs qui ont escrit l’histoire et la topographie de la France, Sébastien Cramoisy, Paris, 1618

2 A. F. De Bleyns, Carte ecclésiastique contenant la description des archeveschés et éveschés du royaume de France et principaultés adjacentes appartenants à l’église gallicane, 1624

3 F. de Dainville, Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle. Paris, 1956, p. 139

4 N. Sanson, La France et les environs jusques, a l’estendüe de l’ancienne Gaule divisée en ses primatiats, provinces ecclesiastiques, et dioeceses des archeveschés, et eveschés, Paris vers 1650, Limites des provinces ecclésiastiques et des diocèses, cités archiépiscopales et épiscopales

5 L. et S. de Sainte-Marthe , Gallia Christiana, 4 vol. , Paris, 1656

6 M. J. Le Long, Bibliothèque historique de la France, Paris, 1719

7 Visible dans Peigne-Delacourt, Tableau des abbayes et des monastères d’hommes en France à l’époque de l’édit de 1768, Arras, 1875

8 J. Desnoyers, Topographie ecclésiastique de la France, Paris, Lahure, 1854-1862, 3 vol.

9 Dans l’ouvrage de Dainville, Cartes anciennes de l’église de France¸ l’auteur écrit que cet ouvrage est paru dans l’annuaire de la Société de l’Histoire de France, dans les années 1853, 1859,1861, 1862 et 1863 (mais cette année sans carte).

10 A. Longnon, Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, 1882-1889.

11 F. De Dainville, « Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle », in Revue d’histoire de l’Église de France, tome 40, n°134, 1954, Paris

12 F. De Dainville, Les cartes anciennes de l’Église de France sur la cartographie ecclésiastique du XVIe au XVIIIe siècle, Bibliothèque de la société d’histoire ecclésiastique de la France, Paris, 1956

13 J. de Font-Réaulx, L’atlas des diocèses de France, Bibliothèque de l’École des chartes, t. 118, 1960.

14 J. Dubois, « Carte des diocèses de France avant la Révolution », en Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 20ᵉ année, N. 4, 1965

15 Nous pouvons voir une reproduction de cette carte dans son article des Annales, page 687 et s.

16 Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500

17 Les limites des diocèses de France entre le XIVe et le XVIIIe siècle, réalisées par Thomas Areal (Université de Clermont) sont téléchargeables du site Georezo (https://georezo.net/forum/viewtopic.php?pid=212910).

18 M. Aubrun, La Paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris 1986

19 M. Parisse (sous la dir. de), Atlas de la France de l’an Mil, Paris, Picard, 1994

20 B. Chevalier,M. Sauzet, Aux origines du département d’Indre-et Loire: l’ancien diocèse de Tours au XIVe siècle, Atlas de la Région Centre, 1991

21 F. Hautefeuille, « La délimitation des territoires paroissiaux dans les pays de moyenne Garonne (Xe-XVe siècles) », Médiévales, 49, 2005,

F. Hautefeuille, « La cartographie de la paroisse et ses difficultés de réalisation », en Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, IVe-IXe siècles. Actes du Colloque de Toulouse, 21-23 mars 2003, C. Delaplace éd., Toulouse, 2005.

22 P. Chareille, X. Rodier, É. Zadora-Rio, « Analyse des transformations du maillage paroissial et communal en Touraine à l’aide d’un SIG », Histoire & mesure XIX – ¾, 2006.

23 F. Mazel (sous la direction), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve – XIIe siècle), Rennes, PUR, 2008.

24 F. Mazel, L’Évêque et le Territoire L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle), 2016

25 N. Baron-Yelles,S. Boisselier,C. François,F. Sabaté  (sous la direction), Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge: Limites et frontières, Presses universitaires du Septentrion. Vol 1, 2016

28 http://a2t.univ-tours.fr/

Potentialités de l’analyse-réseau en histoire médiévale

« Réseau » est sans doute le concept le plus communément employé dans les travaux des médiévistes des deux dernières décennies. Innombrables sont les études qui évoquent réseaux de pouvoir, réseaux d’influence ou d’amitié, réseaux de clientèle, réseaux marchands, réseaux monastiques, réseaux intellectuels, réseaux urbains, etc., de telle sorte qu’on peut parler d’un relational turn comme il y eut un linguistic turn ou un performative turn. Pourtant, depuis Thomas Hobbes, c’est une tautologie d’affirmer qu’« avoir des amis, c’est avoir du pouvoir ». Dépouillé de sa gangue métaphorique, le concept se révèle d’un grand intérêt pour l’analyse de sociétés fondées sur les relations de parenté, d’amitié, d’alliance et de fidélité (Personenverbandsstaat), à condition d’en exploiter toutes les potentialités.

La médiévistique a longtemps accusé, dans le domaine de l’analyse-réseau, un retard par rapport aux périodes moderne et contemporaine, en raison des spécificités des sources médiévales : l’absence de sources homogènes et sérielles, la difficulté d’identification des individus cités avant l’adoption progressive des noms doubles à partir du xiie siècle, le nombre de documents non ou mal datés, la fréquence des actes faux et suspects ont longtemps été vus comme des obstacles rédhibitoires à la reconstitution des réseaux sociaux médiévaux. On peut également souligner que d’importants travaux ont été menés sur les relations personnelles tissées au sein d’institutions comme la cour royale ou princière (Lemarignier, Depreux, Guillot, Dumolyn), la chapelle royale (Fleckenstein), les collèges universitaires (Kouamé, Gorochov) sans qu’aient été exploitées les grilles d’analyse sociologique des réseaux sociaux, les chercheurs ayant privilégié la méthode prosopographique. Car s’il est utile de connaître les contacts tissés par un individu au cours de sa carrière, il est possible par l’analyse-réseau d’aller plus loin et évaluer la position que cet individu occupe dans le réseau à travers les calculs de centralité de degré (le nombre de contacts d’un individu), de centralité d’’intermédiarité (dont le fort degré désigne celui qui représente un point de passage obligé pour relier les membres d’un réseau), de centralité de proximité (le plus court chemin pour relier deux individus, qui fait de celui qui a le fort degré celui qui met en contact les membres du réseau). Ces indices sont nécessaires pour apprécier la capacité d’un individu à mobiliser des soutiens, asseoir son action politique, évaluer son capital social. Ces méthodes ont été mobilisées avec succès pour reconstituer les réseaux d’individus ou égo-réseaux, de groupes sociaux ou familiaux. L’étude de John Padgett et Christopher Ansell sur l’ascension sociale des Médicis (parue initialement dans une revue américaine de sociologie) est de ce point de vue édifiante quant aux potentialités offertes par la collaboration entre historiens et sociologues. Ils ont reconsidéré l’interprétation classique présentant l’ascension des Médicis comme l’opposition d’une classe marchande montante face à l’ancienne noblesse en adoptant la méthode du SBM (Stochastic Block Model) qui agrège les données à l’intérieur d’une population donnée pour en dégager des « blocs » de familles ayant les mêmes comportements (relations de partenariat commercial, activités marchandes, stratégies matrimoniales, pratiques politiques…). Des graphes qui en résultent se dégagent nettement deux partis, mais l’originalité de l’étude réside dans la démonstration que la force des Médicis n’est pas d’avoir été à la tête d’une faction, mais d’avoir disposé d’une centralité d’intermédiarité forte qui faisait d’eux non pas les têtes d’un réseau mais un pont entre deux blocs.

 

Les réseaux monastiques ont également fait l’objet d’un profond renouvellement historiographique et méthodologique. C’est le cas de Cluny, dont les travaux de Dietrich Poeck et Dominique Iogna-Prat ont montré que son réseau n’était pas qu’un ensemble structuré de dépendances autour de l’abbaye-mère. Le « premier Cluny » (jusqu’à l’abbatiat de Maïeul, 948-994) est un réseau d’établissements, une « nébuleuse » (Dominique Iogna-Prat) dépendante des réseaux familiaux, politiques et d’amitié entretenus par les abbés successifs, ainsi qu’en témoigne le travail d’Isabelle Rosé sur Odon de Cluny (926-942). À partir de l’abbatiat d’Odilon, ces relations se doublent de liens juridiques construits autour de la défense des privilèges pontificaux, du partage d’une liturgie funéraire commune et d’un système ecclésial ; on parle alors d’ecclesia cluniacensis pour qualifier ce « second » Cluny qui se pense comme une Église, est organisé comme un organisme biologique, la tête (Cluny) dirigeant les membres, eux-mêmes divisés en abbayes et prieurés, l’ensemble étant placé sous la direction d’un abbé charismatique, l’abbé de Cluny.

D’autres travaux récents se sont attachés à démontrer la complexité des réseaux abbatiaux, en particulier ceux d’Isabelle Cartron sur le réseau de Saint-Philibert, qui s’étend de Noirmoutier à Tournus, et de Noëlle Deflou-Leca sur le réseau de Saint-Germain d’Auxerre. Elles ont dépassé la vision monographique (l’analyse prieuré par prieuré) ou juridique (refusant la notion d’ordre ou de congrégation monastique) pour proposer une approche plus sociologique du réseau monastique. Toutes deux insistent sur le rôle des hommes dans la mise en place et l’expansion du réseau : abbés, réformateurs, fondateurs, bienfaiteurs… Elles font également du réseau monastique un acteur politique et social, qui s’insère dans la hiérarchie des pouvoirs locaux, laïques et ecclésiastiques puisqu’il est alimenté par des hommes issus de l’aristocratie locale, un seigneur foncier, un acteur social chargé d’assurer la médiation entre Dieu et les hommes et de protéger la communauté des fidèles. Isabelle Cartron a aussi cherché à comprendre la structuration géographique du réseau : le réseau de Saint-Philibert ne s’est pas construit au gré des pérégrinations des moines de Noirmoutier fuyant les Normands comme le laissait suggérer le célèbre texte d’Ermentaire relatant la fuite des moines et de leurs reliques. Le basculement géostratégique du littoral atlantique à Tournus résulte moins des aléas de la dispersion monastique que de la structuration des donations successives de Pépin le Bref (en Aquitaine), puis de Charles le Chauve (en Auvergne) et de Boson de Provence (dans les régions méridionales), enfin le resserrement autour de l’aristocratie bourguignonne et des comtes de Mâcon autour des années 980. De cela, il ressort une volatilité des réseaux monastiques, qui sont aussi sensibles à la conjoncture politique que les réseaux d’amitié ou les réseaux de pouvoir.

 

L’analyse des réseaux médiévaux s’enrichit tout autant de la collaboration avec les mathématiciens, dont les applications permettent par exemple d’isoler des classes d’individus fortement connectés (appelées « communautés »). Florent Hautefeuille s’est associé en 2007 à des mathématiciens de l’université Toulouse 3 pour mener une reconstitution des réseaux de sociabilité paysans des XIVe-XVe siècles par une approche mathématique. Ils se sont appuyés, dans une zone géographique restreinte (une dizaine de communes) sur une documentation massive de 6 000 actes (contrats agraires, testaments, hommages féodaux) qui ont abouti à des résultats de trois ordres. Ils ont d’abord analysé la structuration de la société paysanne (alliances, assise foncière familiale), la mobilité sociale, la configuration du marché de la terre. Ils sont ensuite parvenus à reconstituer les communautés, en isolant des classes d’individus fortement connectés. Enfin, en replaçant les réseaux identifiés dans une temporalité longue, ils ont observé les changements structurels engendrés par la Guerre de Cent Ans comme la disparition de familles entières, la désertion de villages, la diminution de la taille des communautés.

La collaboration se fait aussi avec les sociologues et les économistes. Dans leur travail sur La fortune de Karol, petit notable des Abbruzes, qui vécut entre 840 et 870, Laurent Feller, Agnès Gramain et Florence Weber ont mobilisé l’ensemble des sources diplomatiques du cartulaire de San Clemente a Casauria composé d’actes de ventes, d’actes d’échanges, de notices judiciaires pour reconstituer la communauté au sein de laquelle évoluait Karol, et les moyens qu’il déploya pour intégrer l’élite locale. L’intérêt des documents diplomatiques est ici double. Les sources diplomatiques offrent l’opportunité de mettre en lumière les connexions de Karol avec les autres membres de la communauté locale, mais aussi de connaître les transactions de toutes sortes qui sont à l’origine de ces connexions.

Un autre chantier issu de la collaboration interdisciplinaire porte sur la visualisation des réseaux, qui emprunte à la théorie des graphes, aux usages de la géolocalisation et à la représentation graphique des réseaux, via des logiciels comme Gephi, qui se révèle aussi utile pour les historiens médiévistes désireux de mettre en forme et cartographier que pour les employés utilisateurs de LinkedIn désireux de visualiser l’étendue et la configuration de leur réseau professionnel.

Ces avancées ont permis de faire sauter le verrou que constituaient les réserves suscitées par la documentation médiévale. Les travaux entrepris ont non seulement démontré qu’il était possible de faire une analyse-réseau à partir de corpus discontinus, mais ils ont aussi et surtout donné l’occasion de reconsidérer cette documentation, d’en réévaluer les spécificités, de mieux en cerner les effets de source. On voit alors les réelles potentialités offertes par les listes de souscripteurs apposées en bas des actes diplomatiques, par les milliers de lettres que renferment les archives du marchand toscan Francesco Datini ou par les listes de noms enregistrés dans les libri memoriales des abbayes carolingiennes. Mieux, une fois les textes et les hommes replacés dans leur contexte réticulaire, l’analyse-réseau peut devenir un outil heuristique utile pour mieux dater certains documents, identifier certains individus ou isoler les faux.

Laurent Jégou

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/LaMOP (UMR 8589)

Monasteries in Digital Humanities

Ce colloque international sur les Monasteries in the Digital Humanities s’est tenu à l’initiative de Marek Derwich cinq jours durant à Czestochowa (Pologne). Il a réuni une bonne cinquantaine d’orateurs issus des sciences humaines (historiens, sociologues, anthropologues, archivistes, musicologues, architectes, archéologues, acteurs du patrimoine) et des technologies numériques. Les projets présentés, dont une partie sont d’ores et déjà accessibles en ligne, couvrent une large Europe, dont seules les marges très septentrionales (Scandinavie) et balkaniques n’étaient pas représentées. Du point de vue chronologique, les contributions ont offert un très large prisme, du haut Moyen Âge aux temps très contemporains. La dimension interdisciplinaire et diachronique de la rencontre constitue l’un de ses points forts.
La collection Hereditas Monasteriorum (université de Wroclaw) devrait accueillir la publication de cette rencontre en 2018.

Projets accessibles en ligne :

Colloque international Col&Mon (Grenoble, 10 -12 mai 2017)

Évêques et communautés religieuses dans le royaume de France et ses marges (816-1563)
Stratégies politiques, enjeux, confrontations

Dans le cadre du programme ANR COL&MON qui a pour principal objet l’analyse spatiale de l’implantation des communautés religieuses entre 816 et 1563 dans la confrontation ou le rapprochement entre réguliers et séculiers, les évêques sont le point de jonction entre ces communautés par leur rôle de chef de l’autorité diocésaine, de tutelle ordinaire. On s’attachera donc ici dans une perspective résolument comparatiste à envisager de manière conjointe monde canonial et monde monastique dans un large royaume de France incluant les diocèses périphériques (Flandre, Lorraine, Bourgogne comtale, Provence, Dauphiné) et à examiner la différenciation des attitudes des évêques envers les communautés monastiques d’un côté et canoniales de l’autre. La question est d’autant plus pertinente que si l’historiographie s’est récemment penchée sur la question de l’évêque et de son territoire ou celle de la spatialisation des pouvoirs épiscopaux, monastiques et canoniaux, elle s’est peu interrogée sur le positionnement de l’ordinaire vis-à-vis de la vie communautaire de son clergé diocésain et l’existence ou non de stratégies propres en lien avec des politiques ecclésiastiques plus globales. Par ailleurs, les communautés canoniales séculières relèvent systématiquement de l’autorité épiscopale (sauf de très rares exemples d’exemption) et n’ont donc que le diocèse pour cadre alors que les communautés régulières peuvent aussi relever d’une autorité extra diocésaine quand elles sont intégrées à une congrégation ou à un ordre, ou qu’elles sont exemptes. La dépendance plus ou moins grande des communautés régulières envers l’évêque les distinguent-elles alors les unes par rapport aux autres ? De même, les rapports avec l’évêque sont-ils différents entre des communautés dirigées hors diocèse comme les Clunisiens ou les couvents mendiants ? La spécificité des communautés féminines retiendra également l’attention et permettra de s’interroger sur l’existence ou non d’une politique épiscopale genrée.

Depuis l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, les évêques et les communautés religieuses, cléricales ou monastiques, font partie intégrante des élites sociales et politiques et se conçoivent difficilement les uns sans les autres. Les premiers, par leur ministère, sont les consécrateurs des églises et ceux qui les réconcilient, ils ordonnent les clercs et ont, au Moyen Âge, clairement fondé leur puissance sur leur emprise territoriale. Les seconds utilisent ou contestent la tutelle épiscopale pour asseoir et développer leur puissance. Sur une chronologie qui court de la réforme carolingienne au concile de Trente, en privilégiant donc l’intégration comparatiste de différents types de communautés religieuses, régulières et séculières, le propos de ce colloque sera d’envisager différents aspects des relations entre ces deux pôles et d’examiner l’action épiscopale déployée dans les diocèses à destination particulière des établissements collectifs. Ces communautés religieuses sont définies surtout comme communautés canoniales et monastiques, y compris les ordres militaires, ce qui n’exclut pas pour autant les Mendiants et intègre aussi tout le pan des relations entre évêques et chapitres cathédraux.

Programme

Programme en version téléchargeable

10 mai 10h15 Accueil (MSH Alpes)
10h45 Introduction par Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble Alpes, UMR 8584 LEM-CERCOR) et Anne Massoni (Université de Limoges, EA 4270 CRIHAM)

Stratégies de coexistence

Ordres et familles monastiques

Présidence Véronique Gazeau

11h15 Sylvain Excoffon (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 8584 LEM-CERCOR)
« Les évêques et les chartreuses dans les provinces de Lyon, Vienne, Besançon et Aix, XIIe-XIIIe siècle. »
11h45 Yohan Mattalia (Université Toulouse-Midi Pyrénées, UMR 5608 TRACES-Terrae)
« Évêques, Templiers et Hospitaliers dans les diocèses du sud-ouest de la France, XIIe siècle. »
14h00 Thierry Pécout (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 8584 LEM-CERCOR)
« Évêques et fondations religieuses féminines en Provence, XIIIe-XIVe siècle. »
14h30 Bertrand Marceau (École française de Rome)
« De l’exemption de l’ordinaire à la commende ? Les évêques face aux cisterciens (France, 1438-1563). »
15h00 Daniel-Odon Hurel (CNRS, UMR 8584 LEM)
« Réforme bénédictine et réalités politiques. La congrégation de Chezal-Benoit avant le concile de Trente. »

Espaces et territoires

Présidence Brigitte Meijns

15h50 Anna Trumbore Jones (Lake forest College, Illinois)
« Évêques, moines, et chanoines en Aquitaine, Xe-XIe siècles : liens familiaux, politiques, pieux et diocésains. »
16h20 Grégory Combalbert (Université Caen Normandie, UMR 6273 CRAHAM)
« Les évêques normands face aux moines et aux chanoines dans la “politique paroissiale” (deuxième tiers du XIIe-premier tiers du XIIIe siècle). »
17h30 Visite du groupe épiscopal Notre-Dame/Saint-Hugues (Alain Badin de Montjoye, archéologue, conservateur du Patrimoine honoraire).
11 mai 9h00 Clémence Lescuyer (Institut national du Patrimoine)
« Évêques de Clermont et moines bénédictins : jeux de pouvoirs autour de l’abbaye de Saint-Alyre, fin XIIe-début XVIe siècle. »
9h30 Monique Maillard-Luypaert (Université Saint-Louis Bruxelles, CRHIDI)
« L’action des évêques de Cambrai vis-à-vis des communautés séculières et régulières du Hainaut (Xe-XVe siècles). Un état de la question. »
10h00 Vincent Tabbagh (Université Bourgogne Franche-Comté, UMR 6298 ARTÉHIS)
« Les initiatives épiscopales de fondations d’établissements de prières en France (fin XIIe-début XIVe siècle). »

Réformes et figures de réformateurs

Mondes carolingiens

Présidence Laurent Morelle

10h45 Michèle Gaillard (Université de Lille 3, UMR 8529 IRHIS)
« Entre contrôle des monastères et activité réformatrice. Étude comparée de l’action des évêques de Metz, Toul, Verdun et Reims (vers 820-vers 940). »
11h15 Ortwin Huysmans (Université catholique de Louvain)
« La surveillance épiscopale, les droits de propriété et les réformes monastiques : normes et réalités à l’époque carolingienne (Francie occidentale et Lotharingie, vers 816-987). »
14h00 Steven Vanderputten (Université de Gand)
« À la recherche d’une “unité de comportement” : Adalbéron de Reims et le “proto-chapitre général” d’abbés bénédictins de 972/974. »
14h30 Jean Berger (Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 5648 CIHAM)
« Entre siècle et règle, entre pape et roi, les communautés religieuses comme instrument de gouvernement sous l’évêque d’Auvergne Étienne II (942-984). »
15h00 Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble Alpes, UMR 8584 LEM-CERCOR)
« Les évêques bourguignons et la réforme des communautés régulières (IXe-XIIe siècles). »

Temps féodaux

Présidence Alain Dubreucq

16h00 Véronique Gazeau (Université Caen Normandie, UMR 6273 CRAHAM)
« L’évêque Odon de Bayeux et le monastère Saint-Vigor (1063-1096). Réformateur et/ou stratège politique ? »
16h30 Brigitte Meijns (Université catholique de Louvain)
« Jean de Warneton, évêque de Thérouanne (1099-1130) ou le dynamisme de la réforme canoniale dans le nord de la France. »
17h30 Visite de Saint-Laurent de Grenoble (Renée Colardelle, conservateur du Patrimoine honoraire).

Derniers temps médiévaux

Présidence Alain Dubreucq

12 mai 9h00 Anne Wagner (Université de Franche-Comté, EA 2273 LSH)
« Étienne de Bar, évêque de Metz de 1120 à 1163. »
9h30 Christine Barralis (Université de Lorraine, EA 3945 CRULH)
« Les évêques et la réforme des bénédictins dans les provinces de Trèves, Reims et Sens à la fin du Moyen Âge. »
10h00 Anne Massoni (Université de Limoges, EA 4270 CRIHAM)
« Les évêques et la réforme canoniale dans les provinces de Sens et Reims à la fin du Moyen Âge. »

Prismes documentaires

Présidence Michèle Gaillard

11h00 Hélène Caillaud (Université de Limoges, EA 4270 CRIHAM)
« La figure de l’évêque au prisme de la production hagiographique en particulier dans le diocèse d’Orléans (ixe-xe siècles). »
11h30 Laurent Morelle (EPHE)
« Les actes des évêques d’Amiens (XIe-XIIe siècles). Une action épiscopale à l’égard des différentes communautés religieuses intra- et extra- diocésaines. »
12h00 Sébastien Fray (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 8584 LEM-CERCOR)
« Un cas de mémoire épiscopale (et canoniale) portée par des moines. La Chronique de Saint-Pierre du Puy (début du XIIe siècle). »
12h30 Jacques Péricard (Université de Limoges, EA 3177 OMIJ) et Laura Viaut (Université de Limoges, EA 3177 OMIJ)
« Le témoignage d’un manuscrit inédit (BnF, N.a.l. 1274) sur les relations entre l’archevêque de Bourges et le chapitre cathédral aux XIIe et XIIIe siècles. »
13h00 Conclusions par Cécile Caby (Université Lumière Lyon 2, UMR 5648 CIHAM).

Conseil scientifique

  • Christine Barralis (Université de Lorraine, EA 3945 CRULH)
  •  Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble Alpes, UMR 8584 LEM-CERCOR)
  • Anne Massoni (Université de Limoges, EA 4270 CRIHAM)
  • Brigitte Meijns (Université catholique de Louvain)
  • Charles Mériaux (Université de Lille 3, UMR 8529 IRHIS)
  •  Thierry Pécout (Université Jean Monnet Saint-Étienne, UMR 8584 LEM-CERCOR)
  • Vincent Tabbagh (Université Bourgogne Franche-Comté, UMR 6298 ARTÉHIS)

Lieu

Amphithéâtre MSH-Alpes
1221 avenue Centrale – Domaine universitaire
F-38400 Gières
Tél. : 04 76 82 73 00

Contacts

  • Noëlle Deflou-Leca noelle.deflou-leca@univ-grenoble-alpes.fr
  • Anne Massoni anne.massoni@unilim.fr

Analyse spatiale et temporelle du phénomène religieux – ISSN 26090406