Potentialités de l’analyse-réseau en histoire médiévale

« Réseau » est sans doute le concept le plus communément employé dans les travaux des médiévistes des deux dernières décennies. Innombrables sont les études qui évoquent réseaux de pouvoir, réseaux d’influence ou d’amitié, réseaux de clientèle, réseaux marchands, réseaux monastiques, réseaux intellectuels, réseaux urbains, etc., de telle sorte qu’on peut parler d’un relational turn comme il y eut un linguistic turn ou un performative turn. Pourtant, depuis Thomas Hobbes, c’est une tautologie d’affirmer qu’« avoir des amis, c’est avoir du pouvoir ». Dépouillé de sa gangue métaphorique, le concept se révèle d’un grand intérêt pour l’analyse de sociétés fondées sur les relations de parenté, d’amitié, d’alliance et de fidélité (Personenverbandsstaat), à condition d’en exploiter toutes les potentialités.

La médiévistique a longtemps accusé, dans le domaine de l’analyse-réseau, un retard par rapport aux périodes moderne et contemporaine, en raison des spécificités des sources médiévales : l’absence de sources homogènes et sérielles, la difficulté d’identification des individus cités avant l’adoption progressive des noms doubles à partir du xiie siècle, le nombre de documents non ou mal datés, la fréquence des actes faux et suspects ont longtemps été vus comme des obstacles rédhibitoires à la reconstitution des réseaux sociaux médiévaux. On peut également souligner que d’importants travaux ont été menés sur les relations personnelles tissées au sein d’institutions comme la cour royale ou princière (Lemarignier, Depreux, Guillot, Dumolyn), la chapelle royale (Fleckenstein), les collèges universitaires (Kouamé, Gorochov) sans qu’aient été exploitées les grilles d’analyse sociologique des réseaux sociaux, les chercheurs ayant privilégié la méthode prosopographique. Car s’il est utile de connaître les contacts tissés par un individu au cours de sa carrière, il est possible par l’analyse-réseau d’aller plus loin et évaluer la position que cet individu occupe dans le réseau à travers les calculs de centralité de degré (le nombre de contacts d’un individu), de centralité d’’intermédiarité (dont le fort degré désigne celui qui représente un point de passage obligé pour relier les membres d’un réseau), de centralité de proximité (le plus court chemin pour relier deux individus, qui fait de celui qui a le fort degré celui qui met en contact les membres du réseau). Ces indices sont nécessaires pour apprécier la capacité d’un individu à mobiliser des soutiens, asseoir son action politique, évaluer son capital social. Ces méthodes ont été mobilisées avec succès pour reconstituer les réseaux d’individus ou égo-réseaux, de groupes sociaux ou familiaux. L’étude de John Padgett et Christopher Ansell sur l’ascension sociale des Médicis (parue initialement dans une revue américaine de sociologie) est de ce point de vue édifiante quant aux potentialités offertes par la collaboration entre historiens et sociologues. Ils ont reconsidéré l’interprétation classique présentant l’ascension des Médicis comme l’opposition d’une classe marchande montante face à l’ancienne noblesse en adoptant la méthode du SBM (Stochastic Block Model) qui agrège les données à l’intérieur d’une population donnée pour en dégager des « blocs » de familles ayant les mêmes comportements (relations de partenariat commercial, activités marchandes, stratégies matrimoniales, pratiques politiques…). Des graphes qui en résultent se dégagent nettement deux partis, mais l’originalité de l’étude réside dans la démonstration que la force des Médicis n’est pas d’avoir été à la tête d’une faction, mais d’avoir disposé d’une centralité d’intermédiarité forte qui faisait d’eux non pas les têtes d’un réseau mais un pont entre deux blocs.

 

Les réseaux monastiques ont également fait l’objet d’un profond renouvellement historiographique et méthodologique. C’est le cas de Cluny, dont les travaux de Dietrich Poeck et Dominique Iogna-Prat ont montré que son réseau n’était pas qu’un ensemble structuré de dépendances autour de l’abbaye-mère. Le « premier Cluny » (jusqu’à l’abbatiat de Maïeul, 948-994) est un réseau d’établissements, une « nébuleuse » (Dominique Iogna-Prat) dépendante des réseaux familiaux, politiques et d’amitié entretenus par les abbés successifs, ainsi qu’en témoigne le travail d’Isabelle Rosé sur Odon de Cluny (926-942). À partir de l’abbatiat d’Odilon, ces relations se doublent de liens juridiques construits autour de la défense des privilèges pontificaux, du partage d’une liturgie funéraire commune et d’un système ecclésial ; on parle alors d’ecclesia cluniacensis pour qualifier ce « second » Cluny qui se pense comme une Église, est organisé comme un organisme biologique, la tête (Cluny) dirigeant les membres, eux-mêmes divisés en abbayes et prieurés, l’ensemble étant placé sous la direction d’un abbé charismatique, l’abbé de Cluny.

D’autres travaux récents se sont attachés à démontrer la complexité des réseaux abbatiaux, en particulier ceux d’Isabelle Cartron sur le réseau de Saint-Philibert, qui s’étend de Noirmoutier à Tournus, et de Noëlle Deflou-Leca sur le réseau de Saint-Germain d’Auxerre. Elles ont dépassé la vision monographique (l’analyse prieuré par prieuré) ou juridique (refusant la notion d’ordre ou de congrégation monastique) pour proposer une approche plus sociologique du réseau monastique. Toutes deux insistent sur le rôle des hommes dans la mise en place et l’expansion du réseau : abbés, réformateurs, fondateurs, bienfaiteurs… Elles font également du réseau monastique un acteur politique et social, qui s’insère dans la hiérarchie des pouvoirs locaux, laïques et ecclésiastiques puisqu’il est alimenté par des hommes issus de l’aristocratie locale, un seigneur foncier, un acteur social chargé d’assurer la médiation entre Dieu et les hommes et de protéger la communauté des fidèles. Isabelle Cartron a aussi cherché à comprendre la structuration géographique du réseau : le réseau de Saint-Philibert ne s’est pas construit au gré des pérégrinations des moines de Noirmoutier fuyant les Normands comme le laissait suggérer le célèbre texte d’Ermentaire relatant la fuite des moines et de leurs reliques. Le basculement géostratégique du littoral atlantique à Tournus résulte moins des aléas de la dispersion monastique que de la structuration des donations successives de Pépin le Bref (en Aquitaine), puis de Charles le Chauve (en Auvergne) et de Boson de Provence (dans les régions méridionales), enfin le resserrement autour de l’aristocratie bourguignonne et des comtes de Mâcon autour des années 980. De cela, il ressort une volatilité des réseaux monastiques, qui sont aussi sensibles à la conjoncture politique que les réseaux d’amitié ou les réseaux de pouvoir.

 

L’analyse des réseaux médiévaux s’enrichit tout autant de la collaboration avec les mathématiciens, dont les applications permettent par exemple d’isoler des classes d’individus fortement connectés (appelées « communautés »). Florent Hautefeuille s’est associé en 2007 à des mathématiciens de l’université Toulouse 3 pour mener une reconstitution des réseaux de sociabilité paysans des XIVe-XVe siècles par une approche mathématique. Ils se sont appuyés, dans une zone géographique restreinte (une dizaine de communes) sur une documentation massive de 6 000 actes (contrats agraires, testaments, hommages féodaux) qui ont abouti à des résultats de trois ordres. Ils ont d’abord analysé la structuration de la société paysanne (alliances, assise foncière familiale), la mobilité sociale, la configuration du marché de la terre. Ils sont ensuite parvenus à reconstituer les communautés, en isolant des classes d’individus fortement connectés. Enfin, en replaçant les réseaux identifiés dans une temporalité longue, ils ont observé les changements structurels engendrés par la Guerre de Cent Ans comme la disparition de familles entières, la désertion de villages, la diminution de la taille des communautés.

La collaboration se fait aussi avec les sociologues et les économistes. Dans leur travail sur La fortune de Karol, petit notable des Abbruzes, qui vécut entre 840 et 870, Laurent Feller, Agnès Gramain et Florence Weber ont mobilisé l’ensemble des sources diplomatiques du cartulaire de San Clemente a Casauria composé d’actes de ventes, d’actes d’échanges, de notices judiciaires pour reconstituer la communauté au sein de laquelle évoluait Karol, et les moyens qu’il déploya pour intégrer l’élite locale. L’intérêt des documents diplomatiques est ici double. Les sources diplomatiques offrent l’opportunité de mettre en lumière les connexions de Karol avec les autres membres de la communauté locale, mais aussi de connaître les transactions de toutes sortes qui sont à l’origine de ces connexions.

Un autre chantier issu de la collaboration interdisciplinaire porte sur la visualisation des réseaux, qui emprunte à la théorie des graphes, aux usages de la géolocalisation et à la représentation graphique des réseaux, via des logiciels comme Gephi, qui se révèle aussi utile pour les historiens médiévistes désireux de mettre en forme et cartographier que pour les employés utilisateurs de LinkedIn désireux de visualiser l’étendue et la configuration de leur réseau professionnel.

Ces avancées ont permis de faire sauter le verrou que constituaient les réserves suscitées par la documentation médiévale. Les travaux entrepris ont non seulement démontré qu’il était possible de faire une analyse-réseau à partir de corpus discontinus, mais ils ont aussi et surtout donné l’occasion de reconsidérer cette documentation, d’en réévaluer les spécificités, de mieux en cerner les effets de source. On voit alors les réelles potentialités offertes par les listes de souscripteurs apposées en bas des actes diplomatiques, par les milliers de lettres que renferment les archives du marchand toscan Francesco Datini ou par les listes de noms enregistrés dans les libri memoriales des abbayes carolingiennes. Mieux, une fois les textes et les hommes replacés dans leur contexte réticulaire, l’analyse-réseau peut devenir un outil heuristique utile pour mieux dater certains documents, identifier certains individus ou isoler les faux.

Laurent Jégou

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/LaMOP (UMR 8589)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.