L’espace limousin dans Col&Mon

Rémi CROUZEVIALLE
(Ingénieur d’études, CRIHAM, Université de Limoges)
et
Stéphane LAFAYE
(Chercheur associé, CRIHAM, Université de Limoges)

Dès les débuts du projet Monastères1, l’un des deux volets de l’ANR Col&Mon, une équipe de l’Université de Limoges s’est engagée à répertorier les établissements monastiques de l’ancien diocèse de Limoges. En 13152, ses limites géographiques correspondaient aux départements actuels de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne, auxquels il faut adjoindre le Nontronnais, au nord du département de la Dordogne, ainsi que la Charente limousine, c’est-à-dire un ensemble de communes autour de Confolens, à l’est du département de la Charente. Cette zone territoriale constitue l’espace limousin dans Col&Mon.

À ce jour, la base Monastères compile les informations relatives à 206 établissements de cet espace. Huit membres, tous bénévoles, ayant étudié des réseaux monastiques dans le cadre de leurs travaux universitaires composent l’équipe. Les tâches ont naturellement été réparties en fonction des domaines de recherche de chacun : Jean-Marie Allard (Templiers et Hospitaliers), Agnès Brahim (Fontevrault), Catherine Faure (Sainte-Marie de la Règle), Stéphane Lafaye (Saint-Martial), Martine Larigauderie (Grandmont), Philippe Loy (Cisterciens), Muriel Souchet (Chartreux). Ils sont aidés par Rémi Crouzevialle, ingénieur d’étude en analyse et traitement de bases de données, concepteur de la base Monastères  avec Noëlle Deflou-Leca

Si le champ d’étude de chacun des membres a évidemment déterminé le choix des réseaux, il n’en a pas été l’unique critère. La saisie de réseaux monastiques très divers par le nombre de monastères qu’ils comportent, l’importance ou l’absence de sources, leur chronologie, leurs liens de dépendances, leurs changements ou non de statuts… a également été un critère déterminant afin d’exploiter toutes les possibilités de la base de données.

La saisie est en cours d’achèvement pour la plupart de ces réseaux. Cependant, l’avancée du travail n’est pas aussi rapide qu’elle le pourrait, compte tenu de l’engagement bénévole des membres de l’équipe, dont la plupart ont d’autres engagements professionnels. Malgré ces contraintes, des réseaux ont été intégralement saisis et les données collectées ont permis d’expérimenter plusieurs représentations cartographiques.

Le dossier cartographique qui suit est un état de l’avancement des travaux de l’équipe. Plus précisément, il permet de faire le point sur les statuts, c’est-à-dire le volet institutionnel des monastères saisis et d’en cartographier les modifications à des périodes précises, dictées par les sources. Le dossier aborde successivement les monastères cisterciens (carte n° 1), les dépendances de l’abbaye Saint-Martial de Limoges (cartes n° 2, 3, 4, 4bis et 5) et le réseau des maisons templières et hospitalières (cartes n° 6 et 7) de l’ancien diocèse de Limoges, dans ses limites de 1315.

L’objet de ces représentations n’est pas de susciter, dans l’immédiat, de nouvelles hypothèses historiques, dont la plupart sont déjà connues, mais plutôt de réfléchir à différents types de représentations cartographiques, ouvrant la voie à de nouvelles grilles d’analyses voire à la création de modèles. Ces représentations ont été dictées par l’inégale densité des données et établies selon différents critères : la chronologie du statut de ces établissements (abbaye, cella, prieuré/dépendance, église…) et de leur transformation ; la densité de l’implantation des dépendances monastiques dans l’espace ; la mise en place et la construction des réseaux monastiques.

Les monastères cisterciens3

Carte n° 1 : les monastères devenus cisterciens entre 1146 et 1162

Voir la carte en grand format

Le réseau cistercien du diocèse de Limoges s’est principalement formé par l’affiliation à l’ordre de Cîteaux de monastères et de communautés d’ermites non-cisterciens à leur origine. Seule l’abbaye d’Aubepierre en Creuse est une fondation cistercienne ex nihilo. Le principal intérêt de ce dossier est la diversité des statuts des établissements avant la période 1146-1162, au cours de laquelle le réseau cistercien se structure dans le diocèse avec une uniformisation des statuts selon les règles de l’ordre. Cette période d’affiliation est d’autant plus connue qu’elle est très bien datée grâce aux sources disponibles et à une première synthèse historique publiée en 19984. Les figurés choisis sur la carte n° 1 permettent de représenter les statuts des établissements avant l’affiliation à Cîteaux mais aussi les liens de filiation antérieurs. Par exemple, tout le réseau de l’abbaye de Dalon bascule dans l’ordre cistercien en même temps que l’abbaye-mère. Ce mouvement transforme alors des communautés d’ermites en abbayes.

L’abbaye Saint-Martial de Limoges et ses dépendances5

L’abbaye bénédictine de Saint-Martial de Limoges est fondée en 848 par transformation d’une communauté de clercs dépendant de la cathédrale Saint-Étienne. Elle intègre les dépendances de Cluny en 1063 jusqu’en 1246, quand le monastère retrouve son autonomie. Son réseau de dépendances est très bien connu de la fin du XIe au début du XIIIe siècle, essentiellement grâce à trois bulles pontificales (1096, 1159 et 1186). Une liste des prévôtés, prieurés et églises dépendant de l’abbaye, indiquant le nombre de moines occupant chaque maison existe aussi ; cette liste, établie par le moine et chroniqueur Bernard Itier, aux alentours de 1216, constitue un véritable pouillé de Saint-Martial. La grande richesse des sources concernant cet établissement permet d’en appréhender le patrimoine durant plus d’un siècle entre 1096 et 1216.

Carte n° 2 : Monastères et églises dépendants de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1186 et 1216.

Voir la carte en grand format

Ce patrimoine est assez stable entre 1186 et 1216. La carte n° 2 qui suit met en évidence les monastères en cours de saisis dans la base, auxquels ont été ajoutées les églises dépendantes qui figurent à la fois dans la bulle de 1186 et dans le « pouillé » de 1216. Cette représentation n’est qu’une simple carte de localisation, avec des figurés distinguant les types d’établissement (monastère ou église) sur un temps assez court d’environ trois décennies. Ici, l’intérêt est de localiser et de cerner la répartition des dépendances au sein du diocèse de Limoges. Au sein de ce même réseau cohabitent des établissements réguliers et séculiers, lesquels ne sont pas entrés dans la base Monastères. Ce réseau se concentre à l’ouest d’une ligne nord-est / sud-ouest, clairement établie sur la carte. Il faudra donc en comprendre les raisons.

Carte n° 3 : Le réseau monastique de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1096 et 1216.

Voir la carte en grand format

La carte n° 3 permet d’appréhender la notion de réseau monastique en représentant les liens de dépendances entre l’abbaye-mère et ses monastères ainsi que de faire figurer les réseaux monastiques secondaires de ce même réseau. Ce mode de représentation est assez classique. Les informations modélisées au sein de la base de données Col&Mon permettent de produire facilement ce type de carte. De plus, cette carte prend en compte les dynamiques temporelles inhérentes à la construction de ce réseau : en effet, les sources permettent de faire sa construction sur un temps long, près de 120 ans entre 1096 et 1216. Cette carte vient compléter la précédente et met en évidence un réseau organisé en plusieurs pôles avec les filiations monastiques ou séculières ainsi que leur ancienneté.

Carte n° 4 : le nombre moines dans les monastères de l’abbaye Saint-Martial de Limoges vers 1216.

Voir la carte en grand format

Carte n° 4bis : le nombre moines dans les monastères de l’abbaye Saint-Martial de Limoges vers 1216.

Voir la carte en grand format

La liste des dépendances de 1216 fournit également le nombre de moines par monastères. Les informations de ce type ne peuvent pas être saisies dans la base Monastères car elles sont très rarement disponibles. Cependant, il a semblé opportun de cartographier ces données (carte n° 4) et surtout de les croiser avec la carte n° 3. Le résultat est visible sur la carte n° 4bis qui accentue la représentation des différents pôles monastiques au sein du réseau de l’abbaye Saint-Martial dans les limites du diocèse. A l’échelle du sud-ouest de la France, les résultats seraient probablement différents, avec l’intégration d’autres monastères dépendants de l’abbaye.

Carte n° 5 : typologie des établissements dépendants de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1096 et 1216.

Voir la carte en grand format

Cette nouvelle carte (n° 5) s’appuie sur les types de statuts intégrés dans la base Col&Mon, pour chaque établissement du réseau de l’abbaye Saint-Martial. Les sources permettent d’établir une chronologie des évolutions institutionnelles de ces établissements entre 1096 et 1216. Les figurés utilisés tiennent compte de la chronologie des statuts religieux pour un même établissement. La carte révèle donc la succession des statuts, en même temps que l’ancienneté de l’établissement au sein du réseau. Elle met aussi en évidence la construction du réseau monastique par une régularisation d’une partie des établissements séculiers donnés (encadré en orange), essence même du projet Col&Mon. Le réseau s’est également construit à partir de fondations monastiques ex nihilo. Cette variabilité des statuts semble surtout toucher les petits établissements dépendants alors que l’abbaye-mère et ses relais secondaires se sont maintenus comme monastères depuis la fin du XIe s.

Templiers et Hospitaliers6

Carte n° 6 : les établissements hospitaliers du diocèse de Limoges au XVe siècle.

Voir la carte en grand format

L’étude des établissements hospitaliers du diocèse de Limoges se heurte à des sources très lacunaires et tardives, en présence pourtant d’une très grande densité d’établissements à la répartition géographique assez homogène dans le diocèse. Le réseau des maisons hospitalières est bien établi à la fin XVe s. Représenté sur la carte n° 6, ce réseau que l’on peut qualifier de classique, comprend différents pôles et une hiérarchie claire entre les établissements. À la différence d’un réseau comme celui de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, les filiations entre établissements ne sont pas systématiquement liées à une proximité géographique., et ce réseau comprend plus de pôles structurants, de taille plus modeste, bien répartis sur l’ensemble du territoire diocésain. En outre, la représentation tardive de ce réseau empêche d’en appréhender facilement la genèse.

Carte n° 7 : premières mentions des établissements hospitaliers dans le diocèse de Limoges (XIIe-XVe s.).

Voir la carte en grand format

En tenant compte des lacunes mentionnées ci-dessus, la carte n° 7 tente de représenter l’ancienneté des établissements hospitaliers et de ceux de l’ordre du Temple, intégrés après 1312. La première mention saisie dans la base, pour chacun des établissements, permet de comprendre la constitution de ce réseau. Les établissements de l’ordre du Temple ont également été mis en évidence.

La chronologie des différentes données utilisées a été strictement respectée dans ce dossier cartographique. L’intérêt, à plus long terme, sera de croiser ces informations pour une meilleure compréhension de la genèse des différents réseaux et tenter d’expliquer l’absence du chef-lieu de diocèse comme élément structurant. Certes, cette approche n’est pas nouvelle mais l’intérêt de l’outil Col&Mon est néanmoins précieux : il permettra à terme d’automatiser différents types de représentations graphiques ou cartographiques, issues d’un nombre important d’informations, dans des espaces géographiques et temporels précis, afin d’éviter toute démarche régressive, et pouvoir ainsi mettre en relation plusieurs séries de données.


  1. CERCOR-LEM, CRIHAM, coordonné par N. Deflou-Leca.
  2. FONT-RÉAULX (J. de), Pouillés de la Province de Bourges, Paris, 1961. (Recueil des historiens de la France. Pouillés, 9).
  3. Les seize monastères cisterciens ont été saisis dans la base MONASTERES par Philippe Loy.
  4. BARRIÈRE (B.) (dir.), Moines en Limousin. L’aventure cistercienne, Limoges, 1998.
  5. Le réseau de l’abbaye comptait quarante-quatre monastères aux environs de 1216. Ils sont en cours de saisie par Stéphane Lafaye.
  6. Ce réseau compte cent-trois établissements qui ont été saisis par Jean-Marie Allard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.