Les dépenses de pavage à Paris au XVe siècle. Comment la structuration de données issues de sources historiques et leur spatialisation permettent de donner du sens à un corpus et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche ?

Léa Hermenault
Docteur en archéologie médiévale et moderne
UMR 7041 ArScAn, équipe « Archéologies environnementales »

Les travaux que j’ai menés dans le cadre de ma thèse visaient à mieux comprendre le rôle des circulations pour l’évolution du tissu urbain parisien entre le XVe et le XIXe siècle1. Pour documenter cette problématique, j’ai identifié puis analysé des corpus me permettant d’appréhender l’évolution du tissu urbain dans sa matérialité sur le long terme, et d’autres me permettant de tenter de quantifier les flux de circulation dans la rue. Parmi ces derniers se trouvent une série de dépenses de pavage réalisées au cours du XVe siècle par le domaine de la Ville de Paris. Je présenterai ces données avant de montrer comment leur enregistrement dans une base de données ainsi que leur spatialisation au sein d’un SIG a permis de mieux les comprendre et les exploiter.

Les dépenses de pavage – présentation

Aux périodes médiévale et moderne, la prévôté des marchands de Paris gère un domaine (terres, droits, rentes, etc.) que l’on nomme « domaine de la Ville de Paris ». Recettes et dépenses engagées par la gestion de ce domaine sont présentées dans les « comptes du domaine de la Ville », rédigés chaque année par le clerc-receveur. La plupart de ces comptes ont été perdus. Seul un registre original subsiste par exemple pour la période médiévale2. Les chercheurs peuvent cependant exploiter les copies de certains de ces comptes, qui ont été faits sur l’ordre du procureur du roi et de la ville Antoine Moriau au début du XVIIIe siècle, en vue de la constitution d’une bibliothèque historique de Paris3. Ces copies sont de très bonne qualité. Elles ont été jugées fidèles au texte original4 et ont fait l’objet d’une édition5. La série de ces comptes débute en 1424 et se termine en 1489. L’ensemble de la période n’est toutefois pas couvert puisque seuls 23 registres couvrant une période de 25 années entre ces deux dates sont disponibles (fig. 1).

Figure 1 – Répartition dans le temps des registres de compte qui ont été conservés sous la forme de copies puis édités en 1948 et 1958

Les comptes du domaine de la Ville de Paris de la fin de la période médiévale sont traditionnellement utilisés comme des instruments de recherche car ils fourmillent de détails topographiques et onomastiques. Cependant, une lecture approfondie montre, d’une part, qu’ils regorgent également de détails techniques et que, d’autre part, l’analyse de l’évolution de leur écriture en fait des témoins d’évolutions économiques importantes.

L’exploitation des comptes du XVe siècle permet en effet d’observer l’évolution de l’action publique menée par la prévôté des marchands durant une période profondément marquée par la guerre civile entre Armagnacs et Anglo-Bourguignons, et l’occupation anglaise jusqu’en 1436 : alors que guerres et pillages entravent les circulations routières et fluviales aux alentours de la ville provoquant une crise commerciale, l’explosion de la bulle immobilière6 entraîne une crise du logement qui perdure encore quelques années après la fin de l’occupation anglaise7 ; la reprise commerciale est favorisée par le retour de Pontoise dans le giron du roi de France en 1441, puis amplifiée dans les années 1450-1452 par le retour à la libre navigation entre Paris et la Basse-Seine8.

Parmi les différents chapitres de recettes et de dépenses présentés dans les registres de compte, figure celui des dépenses de pavage, correspondant aux travaux de réfections de certaines chaussées prises en charge par le domaine de la Ville depuis le règne de Philippe Auguste. Les rues qui bénéficient de ce traitement de faveur forment ce que l’on nomme la « Croisée de Paris » et sont probablement celles dont la bonne viabilité a été jugée requise pour que les activités commerciales puissent se dérouler convenablement, car la prévôté des marchands a pour but de veiller à l’approvisionnement de la ville et a donc en charge l’entretien des quais, des ponts et des voies dont le mauvais état pouvait nuire à sa vie commerciale9.

Les dépenses liées au pavage des rues se présentent chacune sous la forme de paragraphes se terminant par un total décalé en marge de droite et accompagnés presque systématiquement en marge de gauche d’annotations liées à l’audit des comptes (fig. 2).

Figure 2 – les sommes des dépenses sont décalées en marge de droite (BnF. ms fr. 11686 f°160 – photographie : Léa Hermenault)

Ces paragraphes sont structurés par des éléments récurrents : le nom des artisans, la somme qui leur est due par le domaine, le détail des travaux, leur localisation, les marques de l’accord du prévôt des marchands et des échevins pour la concrétisation du paiement ainsi que la date de cet accord, ce à quoi s’ajoutent parfois la date des travaux, la cause de ceux-ci, ou bien encore l’évocation de détails concernant la procédure d’enregistrement de ces dépenses qui sont établies en monnaie de compte. La succession au sein du paragraphe de ces différents éléments évolue au cours du siècle. Une des évolutions les plus remarquables concerne l’utilisation des totaux, des sous-totaux et des sous-sous-totaux. En effet, si chaque paragraphe se clôt par un total, il arrive parfois que celui-ci ne soit que la synthèse de plusieurs niveaux de sous-totaux répartis au sein du paragraphe. Ces sous-totaux permettent au scribe de rassembler les dépenses qui doivent l’être du fait de leur nature ou bien de leur destinataire10.

La lecture de ces dépenses de pavage permet de constater que les rues de la Croisée de Paris ne font pas toutes aussi régulièrement l’objet de travaux de repavage.

Les rues ne sont jamais repavées entièrement. Les paveurs interviennent lorsque la chaussée n’est plus en bonne état. Mon hypothèse est que plus les altérations de la chaussée sont fréquentes, plus la rue est susceptible d’avoir été fréquentée par un nombre important de piétons et/ou de véhicules chargés de pondéreux. L’étude des dépenses de pavage devient donc un moyen de quantifier l’importance des flux de circulation dans les rues de la ville durant le XVe siècle.

L’objectif de l’analyse des dépenses de pavage était donc d’évaluer rue par rue l’importance des travaux de pavage réalisés. L’enregistrement de chacune de ces dépenses dans une base de données ainsi que leur spatialisation devaient pouvoir permettre cette évaluation.

Structurer les données pour les enregistrer : une étape du travail de recherche au haut potentiel heuristique

Plusieurs particularités dans l’écriture comptable de ces dépenses, découvertes au fil de la première lecture de la source, a rendu plus complexe qu’attendu leur enregistrement : le fait que le scribe ne distingue parfois pas les dépenses liées à plusieurs rues, le fait qu’il n’indique parfois pas le détail de ces dépenses mais seulement les tarifs des tâches effectuées, l’apparition de niveaux de sous-totaux intermédiaires au sein même d’un paragraphe de dépenses, l’apparition du paiement de nouvelles tâches dans la chaîne du travail de repavage des chaussées sont quelques-unes de ces particularités. Il m’a donc fallu concevoir une structure de base données capable de s’adapter à celles-ci (fig. 3).

Figure 3 – Schéma de l’organisation des tables de la base de données

Une fois prises en compte dans la structure de la base de données, ces particularités sont devenues quantifiables.

C’est ainsi que je suis parvenue à mieux comprendre l’évolution de l’écriture comptable de ces dépenses. Elles sont de deux ordres : d’ordre comptable (apparition des sous-totaux, apparition d’un nouveau type de préambule d’introduction du paragraphe, évolution dans l’organisation de la présentation de ces dépenses, etc.), et d’ordre économique (généralisation du travail des manœuvres et des voituriers). Il est très probable que les premières soient la conséquence des secondes. Il semble en effet que nombre de ces évolutions permettent d’adapter l’écriture comptable à ce qui pourrait être considéré comme une spécialisation de chacun des maillons de la chaîne de pavage au cours du siècle, et qui se manifeste principalement dans les comptes par des changements dans le mode de prise en charge du transport des matières premières dans la ville. Pris en charge au début de la période par les paveurs qui s’occupent également à ce moment là de l’achat, voire de l’acheminement des pavés en ville, le travail de transport des matières premières commence à être pris en charge vers les années 1450 par des voituriers et des manœuvres qui s’occupent du chargement et du déchargement des charrettes. Un nombre important de ces hommes se partagent les voyages, ce qui entraîne une fragmentation de ces dépenses payées au fur et à mesure par le receveur. Celui-ci doit alors inventer une nouvelle écriture comptable pour faciliter le traitement de ces très petites sommes (fig. 4).

Figure 4 – Schémas représentant les évolutions d’ordre comptable et économique analysées : les années 1450 semblent être charnières pour plusieurs de ces évolutions

Cette spécialisation des tâches dans la chaîne de travail du pavage des rues peut être reliée à l’évolution de la conjoncture économique : lorsque le climat économique se dégrade (dans les années 1420-1440) et que la demande décroit, les artisans doivent, pour survivre, être à même d’effectuer plusieurs tâches ; a contrario, lorsque la situation économique s’améliore (à partir des années 1450), les artisans se spécialisent jusqu’à l’extrême, comme en 1488-1489, lorsque les marchands de grès ne font plus que vendre les pavés, les voituriers ne font que les transporter, et les paveurs ne font que paver.

La construction de la base de données m’a donc permis de prendre conscience de certaines évolutions et m’a amené à formuler certaines hypothèses : au-delà du fait qu’elle permet d’enregistrer les informations, la base de données est avant tout un outil au haut potentiel heuristique.

Spatialisation les données : s’interroger sur la pertinence des variables cartographiées et faciliter les comparaisons avec d’autres corpus.

Grâce à une requête réalisée sur les dépenses enregistrées dans toutes les tables de la base de données, j’ai obtenu différentes données de synthèse concernant l’investissement du domaine de la Ville pour chacune des rues mentionnées dans les comptes.

Afin de spatialiser ces données, j’ai mis en place une jointure au sein d’un Système d’Information Géographique entre mon tableau de données et une couche de données géoréférencées représentant le réseau viaire parisien au début du XVe siècle. Construite par Caroline Bourlet (IRHT) dans le cadre du programme ANR ALPAGE11 (AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien : approche GEomatique) coordonné par Hélène Noizet entre 2006 et 2010, cette couche a donc constitué le support géométrique des données collectées dans les documents anciens.

Plusieurs variables ont pu être alors cartographiées : la somme investie dans chacune des rues de la Croisée de Paris par le domaine de la Ville, le nombre de toises carrées qui ont été repavées dans chacune des rues, ainsi que le nombre d’interventions comptabilisées. Si les trois cartographies permettent, globalement, de visualiser les mêmes tendances générales (concentration des investissements sur certains axes par exemple), dans le détail, elles sont toutes les trois différentes et présentent toutes des biais. Cependant, la confrontation de ces trois documents permet de mettre en relief les modalités d’investissement très particulières pour certaines rues (de petits chantiers réalisés très fréquemment dans une rue par exemple, ou bien au contraire, des chantiers peu fréquents mais très conséquents). J’ai finalement produit une quatrième représentation non pas grâce aux données de synthèse, mais à partir d’un calcul réalisé sur celles-ci : la division de la longueur de la rue par le nombre de toises repavées entre 1424 et 1489 permet de visualiser l’intensité du pavage par rue (fig. 5).

Figure 5 – Le pavage des rues de la Croisée de Paris entre 1424 et 1489 par le domaine la Ville

Cartographiées, ces données peuvent être comparées avec d’autres cartographies de flux au sein d’un SIG, et permettent de faire ressortir des phénomènes de permanence des circulations dans le temps long. Ces comparaisons doivent nous inviter à réfléchir aux mécanismes qui aboutissent à la résilience du système dont l’une des conséquences est cette permanence.

L’enregistrement des données puis leur spatialisation sont des étapes du travail du chercheur extrêmement heuristiques. Elles lui permettent d’aller plus loin dans l’exploration des données et la compréhension des systèmes complexes.


  1. Léa Hermenault, « La ville en mouvements. Circulations, échanges commerciaux et matérialité de la ville : pour une articulation systémique des facteurs d’évolution du tissu urbain parisien entre le XVe et le XIXe siècle », 2 vol., thèse soutenue à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en avril 2017 et réalisée sous la direction d’Anne Nissen et grâce au tutorat d’Hélène Noizet et de Sandrine Robert. Elle est consultable à l’adresse suivante : https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01551802/
  2. BnF, ms français 11686
  3. Monicat Jacques, « Introduction », dans Jacques Monicat (éd.), Comptes du domaine de la Ville de Paris tome deuxième, 1457-1489, Paris, Imprimerie nationale, 1958, p. XLI
  4. Ibid., p. XLXI
  5. Dupieux Paul, Le Grand Léon, Vidier Alexandre (édité par), Comptes du domaine de la Ville de Paris tome premier, 1424-1457, Paris, Imprimerie nationale, 1948 et Monicat Jacques (édité par), Comptes du domaine de la Ville de Paris tome deuxième, 1457-1489, op. cit.
  6. Bove Boris, « Crise locale, crises nationales. Rythmes et limites de la crise de la fin du Moyen Âge à Paris au miroir des prix fonciers », Histoire urbaine, n°33, 2012, p. 105-106
  7. Favier Jean, Nouvelle histoire de Paris. Paris au XVe siècle, 1380-1500, Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 1974, p. 184
  8. Ibid., p. 298-299
  9. Le lien entre les problèmes d’approvisionnement et le mauvais état des rues est clairement fait dans la « lettre patente pour le rétablissement du pavé et du nettoyement des rues datées de mars 1388 (livre rouge vieux, fol. 113) reproduite dans La Mare Nicolas de, Le Cler du Brillet, Traité de la police (…) tome quatrième, Paris, J-F Hérissant, 1738, p. 170 « (…) en nostredite Ville a eu ou temps passé, & encores a plusieurs faultes notables ou gouvernement & estat d’icelle, mesmement ès pavemens des Chauciées qui y font, lesquelz font moult empiriez & tellement descheuz en ruine & dommaigiez, que en plusieurs lieux l’en ne peult bonnement aler à cheval ne à charroy, sans très-grans périls & inconveniens ; & font les chemins des entrées des portes de nostredite Ville si mauvais & tellement dommaigiez, empiriez & affondrez en plusieurs lieux, que à très-grans perils & paines l’en peult admener les vivres & denrées pour le gouvernement de nostre peuple, & avecques ce icelle Ville a esté tenue long-temps, & et encore si orde, & si plaine de boes, fiens, gravois & autres ordures, que chacun a laissié & mis communemment devant son huis, contre raison & contre les Ordonnances de nos Prédecesseurs (…) »
  10. Pour plus de détails, voir Léa Hermenault, « Mesurer et localiser le travail des artisans paveurs dans la ville : les dépenses de pavage du domaine à Paris au XVe siècle », Histoire urbaine, n°43, juillet 2015, p. 13 à 30.
  11. Cet ANR a abouti à la construction d’une plateforme de visualisation et de cartographie en ligne de la documentation historique parisienne accessible à l’adresse suivante : http://alpage.huma-num.fr/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.