Deux institutions concurrentes en matière scolaire : le chapitre Notre-Dame-de-la-Salle et l’abbaye Saint-Jean-Baptiste de Valenciennes

Monique Maillard-Luypaert
Univ. Saint-Louis de Bruxelles / CRHIDI

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je ne peux faire l’économie d’un regard sur le paysage ecclésiastique de Valenciennes. Le voici donc, brossé à grands traits.

À l’époque médiévale, Valenciennes est une ville riche, prospère et très peuplée. Au début du XVIe siècle, elle compte probablement 30.000 habitants. Trois institutions importantes coexistent dans l’intra muros :

  1. L’abbaye Saint-Jean-Baptiste, affiliée à la congrégation d’Arrouaise vers 1142 ; elle est établie sur le site du castrumprimitif et compte treize chanoines ; c’est la paroisse des comtes de Hainaut.
  2. Le chapitre régulier de Notre-Dame-la-Grande : il s’agit d’une église prévôtale, dépendante de l’abbaye bénédictine Saint-Pierre d’Hasnon au diocèse d’Arras ; cette église prévôtale a acquis beaucoup d’importance depuis l’épidémie, qualifiée de « peste », de 1108 et le miracle dit « du Saint Cordon », à l’origine d’un grand pèlerinage qui existe encore aujourd’hui.
  3. Le chapitre séculier de Notre-Dame-de-la-Salle, fondé en 1192 par le comte Baudouin V de Hainaut (qui était aussi Baudouin VIII, comte de Flandre) ; c’est là que se trouve son chapelain ; le chapitre est d’abord implanté dans l’enceinte du deuxième château comtal (c’est-à-dire la Salle-le-Comte), puis il est transféré en 1269, avec l’accord de la comtesse de Hainaut, Marguerite de Constantinople, dans l’église paroissiale voisine de Saint-Géry, dont le patron est le prieur de Saint-Saulve, prieuré bénédictin situé à quelques kilomètres au nord de Valenciennes ; le chapitre est ensuite retransféré à la Salle-le-Comte en 1428 par la comtesse de Hainaut Jacqueline de Bavière, nièce du duc de Bourgogne Philippe le Bon.

Valenciennes compte sept paroisses : Saint-Jean-Baptiste ; Saint-Géry, dont se détacheront Saint-Nicolas et Notre-Dame-de-la-Chaussée en 1186 ; Saint-Jacques, fondée en 1293 par l’église Saint-Vaast-hors-les-murs au diocèse d’Arras ; Sainte-Élisabeth, qui est la paroisse du Béguinage ; Saint-Martin de l’Espaix, dont le collateur, en 1450, était le prieur de Saint-Saulve.

Pour traiter du sujet de l’enseignement, le chercheur dispose d’une documentation relativement abondante à partir du XIVe siècle, mais assez dispersée. Celle-ci a été largement exploitée par Pierre Pierrard dans son étude consacrée à L’écolâtrerie de Saint-Jean et l’enseignement à Valenciennes, des origines aux premières années du XVIIe siècle, publiée en 1957 dans le tome III des Mémoires du Cercle d’Archéologie et d’Histoire de Valenciennes (p. 29-143). Un autre chercheur, Jacques Nazet, a quant à lui déblayé le terrain en ce qui concerne le chapitre séculier de Notre-Dame-de-la-Salle, dans sa thèse de doctorat consacrée aux Chapitres de chanoines séculiers en Hainaut du XIIau début du XVe siècle, et publiée en 1993 par l’Académie royale de Belgique.

Jusqu’à la fin du XIIe siècle, c’est l’abbaye Saint-Jean-Baptiste qui détient le monopole scolaire à Valenciennes. Elle possède tous les pouvoirs d’ordre spirituel sur les écoliers et sur les clercs résidant à Valenciennes. À l’origine, tous les écoliers sont paroissiens de Saint-Jean-Baptiste.

La première mention d’un écolâtre à l’abbaye Saint-Jean-Baptiste remonte à 1198. L’écolâtre apparaît sous les termes de magister scholarum. Sa compétence territoriale s’étend bien au-delà de la paroisse de l’abbaye, à la fois sur la rive droite et la rive gauche de l’Escaut, donc pas seulement dans le diocèse de Cambrai mais aussi dans celui d’Arras.

Les droits et les devoirs de l’écolâtre de Saint-Jean-Baptiste, délégué dans ses fonctions par l’abbé du monastère, sont généralement exposés dans les procès-verbaux de la licentia docendi (à partir du XIVe siècle), dans les serments prêtés par les maîtres d’école (à partir du XIVe siècle) et dans les pièces des procès (XIVe-XVIe siècles). Par exemple, dans une enquête diligentée en 1447 par le duc de Bourgogne Philippe le Bon. Le texte en est très clair. Quand un candidat se présente pour pouvoir obtenir la licence d’enseigner, l’écolâtre de Saint-Jean commence par enquêter sur sa personne, c’est-à-dire sur sa vie, sa foi et ses mœurs. Puis, il lui fait passer un examen sur ses connaissances (on en sait peu de choses). Si l’épreuve est réussie, le candidat obtient sa licence. Bien sûr, comme partout ailleurs, il peut y avoir un certain arbitraire. Conformément aux dispositions du IIIconcile du Latran (1179), la licence s’obtient gratuitement.

Le nouveau maître peut alors prêter serment devant l’abbé et l’écolâtre de Saint-Jean et devant quelques témoins, membres du clergé de la ville. Dans son serment, il promet de se laisser visiter par l’écolâtre, de ne pas enseigner la grammaire latine, réservée à la grande école, de ne pas dissimuler le nombre de ses élèves, de ne pas recevoir d’enfants étrangers provenant d’autres écoles. Il promet également de payer chaque année 2 sous par enfant. Cette forme de taxe scolaire couvre les frais engendrés par l’écolâtrerie et alimente les ressources de la communauté monastique qui ne dispose que des revenus de ses terres.

Il existe deux catégories d’écoles à Valenciennes : la grande école et la petite école. Un mot sur la grande école ou école latine dirigée par l’écolâtre de Saint-Jean. Celui-ci n’enseigne pas lui-même, mais il désigne un ou plusieurs maîtres qui sont obligés de prêter serment avant leur entrée en fonction. Cette école latine, qui comprend plusieurs classes, est fréquentée par des clercs, tonsurés ou non, et par des enfants ou de jeunes adolescents, venus apprendre la grammaire latine et le chant. Il s’agit ici des meilleurs élèves qui se sont distingués au terme de leur scolarité de base. L’enseignement n’est gratuit que pour les pauvres clercs. De l’avis de Pierre Pierrard, le spécialiste de la question, la grande école de Valenciennes est cependant moins renommée que les écoles latines des cités épiscopales de Cambrai, Tournai et Arras, et des écoles abbatiales de la région, en particulier celle de Saint-Amand, la grande et célèbre abbaye bénédictine de la vallée de la Scarpe.

Les petites écoles (parve schole, sine latino) de Valenciennes et de ses faubourgs dépendent toutes de l’écolâtre de Saint-Jean, quelle que soit la paroisse dans laquelle elles sont situées. Les maîtres d’écoles, les rectores, sont en majorité des clercs des églises paroissiales, mariés ou non, qui enseignent chez eux. Jusqu’au XIVe siècle, les prêtres sont rares parmi les maîtres. Les maîtres laïcs sont minoritaires. Le nombre global de rectoresaugmente considérablement à partir du XVe siècle. Certains se regroupent pour dispenser ensemble l’enseignement. À la fin du même siècle, ce ne sont pas moins de 25 écoles que l’écolâtre doit visiter. Le programme est rudimentaire : la lecture, l’écriture, l’orthographe, la récitation du Credoet des prières usuelles – le Notre Père, l’Ave Maria, le Benedicite–, l’assistance à la messe dominicale, la confession et la communion deux fois par an à l’abbaye Saint-Jean. Les maîtres ont droit à 10 sous par an et par élève et doivent en outre percevoir annuellement, auprès des parents d’élèves, les 2 sous qui reviennent à l’écolâtre de Saint-Jean, ce que d’aucuns, à l’époque, considéraient comme de la simonie, ce qui ne fut jamais l’avis des autorités ecclésiastiques.

En principe, seuls les garçons sont admis dans ces petites écoles. Il y a néanmoins des exceptions, mais le fait d’accueillir des filles et de les mêler ainsi aux garçons est considéré comme un abus punissable. Le maître peut se voir retirer la licentia docendi. Normalement, l’enseignement aux filles doit être dispensé par un personnel féminin. Les femmes enseignantes, les rectrices, sont assez nombreuses. Elles sont mariées, veuves ou célibataires. Quelques-unes sont des béguines ou, à partir de la seconde moitié du XVe siècle, des sœurs grises.

Les petites écoles sont fréquentées par une minorité d’enfants, issus principalement de catégories sociales intermédiaires, faites de petits commerçants et d’artisans. On dispose de chiffres pour le mois de décembre 1387 : 516 enfants étaient scolarisés, dont une minorité de filles. C’est peu, mais l’hiver peut expliquer ce faible nombre. Un siècle plus tard, les petites écoles de Valenciennes totalisent 630 garçons et 161 filles.

Quittons pour un moment l’écolâtrerie de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste pour nous focaliser sur une autre institution : l’école capitulaire de Notre-Dame-de-la-Salle. L’acte de fondation de cette nouvelle école a été conservé : c’est le 9 août 1196 que le comte de Hainaut Baudouin VI crée, avec l’approbation de l’archevêque de Reims, une école attachée au chapitre et affecte une prébende à l’écolâtre chargé de la diriger. Cette école est implantée non loin du château de la Salle-le-Comte. Elle est qualifiée de latine, à l’instar de la grande école dirigée par l’écolâtre de Saint-Jean, décrite plus haut.

L’écolâtre de Notre-Dame est nommé par le comte de Hainaut, qui agit en tant qu’héritier du fondateur et patron du chapitre, mais aussi en tant qu’héritier du fondateur de l’école. À l’origine, l’écolâtre enseigne lui-même, puis, au fil du temps, il va déléguer ses responsabilités à un rector scolarum. Non pas tellement parce que sa charge aurait été trop lourde à assumer, mais surtout parce qu’il fait aussi office de chantre et de chancelier comtal, ce qui lui assure de confortables revenus en plus de ceux de sa prébende. En raison des lacunes de la documentation, il n’est guère possible de connaître le volume de la population scolaire ni d’apprécier le contenu du programme d’enseignement.

Les droits du chapitre valenciennois en matière scolaire méritent qu’on s’y attarde quelques instants, étant donné la situation particulière des institutions religieuses établies dans la ville. Pendant plusieurs siècles, les chanoines de Notre-Dame ont été contraints de défendre leurs droits bec et ongle vis-à-vis des chanoines réguliers de Saint-Jean-Baptiste qui les ont toujours regardés de haut.

Les hostilités commencent dès la fin du XIIe siècle, très exactement en 1198, au moment de la fondation de l’école capitulaire, destinée à être une école latine. Cette année-là, les réguliers de Saint-Jean mettent les choses au point : ils présentent la fondation de l’école du chapitre de Notre-Dame comme une « concession » de leur part ; ils réaffirment leur monopole, laissant entendre que la nouvelle école capitulaire est condamnée à ne pas pouvoir s’étendre dans Valenciennes ; ils précisent que toute nouvelle implantation scolaire devra recevoir l’aval de l’abbé de Saint-Jean ; les écolâtres des deux institutions devront, sous serment, se partager leurs rémunérations de manière égale ; au moment de leur entrée en charge, les maîtres d’école devront s’engager à s’abstenir d’enseigner pendant un an avant de se mettre au service de l’école capitulaire. Il y a là ce que Jacques Nazet a qualifié d’« ingrédients d’une [future] guerre scolaire ».

Les problèmes sérieux surgissent au XIIIe siècle. On doit en rechercher la cause profonde dans le fait que les limites des juridictions scolaires des deux institutions n’ont pas été fixées à l’origine. En 1243, un conflit éclate à la suite du projet d’installation de l’école capitulaire dans un quartier de la ville considéré par Saint-Jean-Baptiste comme trop proche de son propre établissement. Les chanoines réguliers remportent cette première manche devant l’officialité diocésaine : l’école capitulaire restera où elle est, c’est-à-dire, à ce moment-là, à proximité immédiate de l’enceinte du château comtal.

À la fin du XIVe siècle, c’est à une véritable « guerre scolaire » que se livrent les deux institutions concurrentes. L’école du chapitre de Notre-Dame-de-la-Salle compte près de 60 élèves. Le 26 mars 1399, le chapitre de Notre-Dame adresse au Conseil de Hainaut un long réquisitoire contre les chanoines réguliers de Saint-Jean-Baptiste, qu’ils accusent d’avoir attenté gravement à leurs droits en matière scolaire. Dans ce réquisitoire, on apprend qu’un prêtre valenciennois appelé Gilles de Clermont obtient des chanoines réguliers de Saint-Jean-Baptiste l’autorisation d’ouvrir une école latine à proximité de celle de Notre-Dame, sur le territoire de la paroisse Saint-Géry, et sans avoir demandé l’accord de l’écolâtre du chapitre séculier ! Or, rappelons-nous qu’en 1269, le chapitre de Notre-Dame a été transféré dans l’église paroissiale Saint-Géry, devenue de ce fait collégiale, et l’école capitulaire a donc déménagé dans la paroisse Saint-Géry. Pour les chanoines séculiers, cette initiative de Gilles de Clermont est une concurrence insupportable, aggravée par le fait que ce prêtre a « démarché » de nombreux élèves de l’école capitulaire pour les inscrire dans sa nouvelle école…

Si les réguliers de Saint-Jean-Baptiste foulent aux pieds les droits des séculiers de Notre-Dame-de-la-Salle dans le domaine scolaire, ils le font aussi en matière paroissiale. Ce conflit se double en effet d’un autre contentieux qui oppose les chanoines de Notre-Dame et Saint-Géry à ceux de Saint-Jean-Baptiste, en raison de la situation particulière des deux institutions. Saint-Géry est d’abord une paroisse qui dépend du chapitre séculier depuis le transfert de 1269. Saint-Jean en est une également : il s’agit d’une paroisse personnelle dont relèvent le comte de Hainaut, sa famille et son entourage, les chanoines du cru et leurs suppôts, ainsi que les écoliers de moins de quinze ans et les simples clercs non mariés.

Cette situation explique l’apparition, depuis le XIIIe siècle, de nombreux conflits opposant les curés des paroisses de Valenciennes – clergé délégué par les communautés canoniale et monastiques – dans lesquelles vivent ces catégories d’habitants. C’est évidemment la question centrale des droits paroissiaux et donc aussi des revenus qui cristallise ces conflits. Saint-Jean, qui entend imposer sa prééminence parmi toutes les églises de Valenciennes et de sa région, accuse régulièrement les chanoines de Notre-Dame et Saint-Géry d’empiéter sur ses droits paroissiaux en administrant indûment les sacrements, en percevant abusivement des droits de funérailles et en procédant à des inhumations illicites.

Revenons à l’ouverture de l’école latine par Gilles de Clermont. La création de cette nouvelle grande école et l’accord donné par Saint-Jean-Baptiste lèsent gravement les chanoines séculiers de Notre-Dame-de-la-Salle et Saint-Géry dans leurs droits et ils vont à l’encontre de la volonté du comte de Hainaut, volonté qui a été exprimée dans l’acte de fondation de 1196. Les séculiers contestent alors le monopole scolaire des chanoines de Saint-Jean, suspectant certains documents produits par les réguliers d’être des faux, estimant aussi que la juridiction de l’écolâtre de Saint-Jean doit s’arrêter aux limites du castrumprimitif de Valenciennes. En face, les réguliers réaffirment leur monopole et la nécessité d’obtenir leur autorisation en cas d’ouverture d’école. On ignore, faute de documents, la suite qui fut réservée à cette affaire, mais on observe néanmoins que l’école latine de Gilles de Clermont n’est plus jamais mentionnée dans les sources postérieures.

La même année, en 1399, éclate un nouveau conflit. Le chapitre séculier reproche à l’écolâtre de Saint-Jean de garder exclusivement pour lui la taxe annuelle de 2 sous prélevée sur chaque élève de l’école capitulaire, alors que l’accord de 1198 prévoyait un partage équitable. Cependant, il faut bien reconnaître que cet accord ne concernait à l’époque que les deux grandes écoles, monastique et canoniale. Les chanoines séculiers poussent le bouchon jusqu’à contester la compétence des maîtres et maîtresses d’écoles, je les cite, « femmes et hommes qui peu y savent, lesquels honnissent les enfants ». L’abbaye Saint-Jean-Baptiste remporte une nouvelle fois la bataille devant l’officialité de Cambrai.

La « guerre scolaire » continue au XVe siècle. Un long procès devant la justice épiscopale va opposer, de 1422 à 1431, les réguliers de Saint-Jean à deux maîtres, le prêtre Pierre Broiefort et le clerc Barthélemy Croyn. Ces derniers remettent en cause le principe de l’octroi de la licentia docendi et la légitimité de la taxe annuelle de 2 sous. À l’origine du conflit, les exactions de l’écolâtre de Saint-Jean venu enlever tout le mobilier du maître Pierre Broiefort parce que celui-ci enseignait depuis 23 ans sans avoir la licence et donc aussi sans payer la redevance annuelle de 2 sous par enfant. Les chanoines séculiers de Notre-Dame de la Salle-Saint-Géry soutiennent les deux maîtres. Ils font même cause commune avec eux en partageant les frais de la procédure. De ce long procès, l’abbaye sortira vainqueur une fois de plus. Les maîtres sont condamnés à payer les sommes dues à Saint-Jean et les chanoines séculiers à payer une partie des frais du procès.

Il est temps de conclure, en trois points :

  • Premièrement, les enjeux financiers, on l’a vu, occupent une place énorme dans les conflits qui ne cessent d’opposer les deux institutions concurrentes.
  • Deuxièmement, le chapitre de Notre-Dame de la Salle n’aura jamais de petite école valenciennoise sous sa juridiction, ce qui rend le recrutement des élèves de son école latine beaucoup plus difficile. Cette juridiction scolaire limitée ne réussira à s’étendre qu’en dehors de Valenciennes quand, en octobre 1248, la comtesse de Hainaut, Marguerite de Constantinople, va faire don au chapitre de trois petites écoles situées dans son comté : Braine-le-Comte, Beaumont et Pont-sur-Sambre.
  • Le chapitre de Notre-Dame n’arrivera jamais à rompre le monopole de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste, ni à dépasser le cadre réduit qui lui a été imposé en 1198, ni à étendre sa juridiction sur les maîtres étrangers à sa seule école. Tous les procès – qu’ils se tiennent devant l’official ou l’évêque de Cambrai, devant la Curie romaine ou même devant la justice laïque – se termineront invariablement par la reconnaissance des droits de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste en matière scolaire. L’abbé est et restera toujours le seul et véritable patron des petites écoles de Valenciennes. Saint-Jean conservera donc son monopole scolaire contre vents et marées.

Référence illustrations :
Jacques NAZET, Les chapitres de chanoines séculiers en Hainaut du XIIe au début du XVe siècle, Bruxelles, Académie royale de Belgique. Classe des Lettres, 1993.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.