Archives de catégorie : Géomatique

Comment représenter des liens entre lieux ?

Marion Maisonobe, UMR Géographie-cités

 

Le projet Col&Mon pose d’intéressants problèmes de visualisation à partir de données renseignant la nature des relations hiérarchiques entre établissements localisés dans l’espace géographique. Un parallèle peut être effectué avec le travail que j’ai mené en collaboration avec le cartographe Laurent Jégou sur la représentation des mondes savants. En collaboration avec deux historiens des sciences : Anthony Andurand et René Sigrist, nous avons travaillé à une méthode commune permettant de visualiser ces mondes et leur emprise à partir de différentes sources et pour différentes époques.

Cette expérience de travail interdisciplinaire entre géo-histoire des sciences, cartographie et analyse de réseaux a donné lieu en 2015 à la publication dans la revue Histoire et Informatique d’un article intitulé LES MONDES SAVANTS ET LEUR VISUALISATION, DE L’ANTIQUITÉ À AUJOURD’HUI (Andurand et al., 2015).

Elle nous a conduit à valoriser l’association d’une représentation cartographique et d’une représentation réticulaire des données sur la science. Cette expérience montre que l’association de ces deux modes de visualisation (la carte et le graphe) procure de nombreux avantages car elle permet de combiner deux représentations complémentaires des mondes savants étudiés. Elle s’avère vertueuse pour traiter de sources et d’époques différentes.

Actuellement, nous travaillons avec Laurent Jégou à proposer des méthodes interactives d’exploration des données géospatiales réticulaires. Nous avons notamment élaboré un prototype de travail appelé NETMAP qui permet de visualiser le réseau des collaborations scientifiques entre villes à l’échelle du monde à partir des données de co-publications extraite d’une base de données bibliographique qui indexe une part importante de la littérature scientifique contemporaine : le Web of Science.

La présentation ci-dessous est celle que j’ai élaboré et présenté à l’occasion de la journée d’étude du projet ANR Col&Mon qui s’est tenue à Paris, le 20 Juin 2019. Elle rend compte de notre travail passé sur ces questions et des pistes actuelles de prolongement de ce travail.

Les diapositives présentées sont consultables ici :
(Survoler et cliquer sur le bouton bleu pour agrandir le diaporama)

 

La cartographie ecclésiastique : héritage patrimonial et innovation géomatique

Noëlle Deflou-Leca (UMR 8584 Cercor – Université de Grenoble), Rémi Crouzevialle (CRIHAM – Unilim) et Fabien Cerbelaud (CRIHAM – Unilim) présenteront « Le projet ANR Col&mon : cartographie et étude spatio temporelle des établissement religieux et communautaires au Moyen Âge » lors du colloque « La cartographie ecclésiastique : héritage patrimonial et innovation géomatique » organisé par le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de l’université Clermont-Auvergne le 15 juin 2018.

Gestion et analyse spatio-temporelles des données historiques : méthodes et approches – lundi 25 juin 2018

Journée d’étude de l’ANR Col&Mon (https://colemon.huma-num.fr/)
25 juin 2018 – 9h-17h
Université Lumière Lyon2 – Salle des colloques – Bâtiment ERATO (plan)
18 quai Claude Bernard (ou entrée 5 rue Chevreul) -69007 Lyon

Journées ouverte à tous, dans la limite des places disponibles-  inscription obligatoire auprès de : claire.cunty@univ-lyon2.fr

9h : accueil

  • 9h15-9h45 « Introduction de la journée : le projet Col&Mon »  Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble-Alpes , LEM) et Anne Massoni (Université de Limoges, CRIHAM)
  • 9h45- 10h30 « Comment la structuration des données et leur spatialisation permet de donner du sens à un corpus et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche ? Le cas des dépenses de pavage réalisées par le domaine de la ville de Paris au XVe siècle. » , Léa Hermenault, Docteur en Archéologie médiévale et moderne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe « Archéologies Environnementales »
  • 10h30-11h15  « Essai de modélisation d’un espace urbain pré-industriel (11e-début du 19e s.) à partir de l’exemple de la ville de Vendôme (Loir-et-Cher) : formalisation, analyse et résultats possibles. » Gaël Simon, Chercheur associé UMR 7724 Citeres-Lat, Maître assistant associé à l’ENSA-Versailles
  • 11h15- 12h00« D’un SIG archéologique à une application web : quels outils pour l’analyse de localisation des activités dans la longue durée ? » Lucie Nahassia, doctorante, UMR 8504 Géographie-cités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • 12h-12h30 : discussion- Intégrer les questions autour du temps et de l’espace

12h30- 14h Déjeuner- Buffet

  • 14h- 14h45 « Col&Mon : Explorer les évolutions des organisations territoriales du phénomène religieux : point de vue méthodologique sur les données et leurs analyses » Georges-Xavier Blary, CRIHAM-UNILIM, Claire Cunty (EVS-Lyon2), Thierry Joliveau (EVS-Saint-Etienne), Hélène Mathian (EVS-CNRS)
  • 14h45-15h30  « Rendre compte des dynamiques territoriales: l’imperfection des données comme carburant du progrès. L’exemple des maillages territoriaux en France depuis 1800 et en Europe depuis 1980 »Christine Plumejeaud-Perreau, U.M.R 7266 Littoral Environnement et Sociétés, La Rochelle
  • 15h30-16h15 « Un atlas historique numérique des territoires politiques dans le contexte du projet symogih.org », Francesco Beretta, chargé de recherche au CNRS (UMR 5190 LARHRA / Université de Lyon)
  • 16h15-17h : Table ronde : Les enjeux thématiques et informatiques liés aux développements d’environnements ouverts d’exploration de données complexes

Retrouvez les résumés ici

Cartographie et analyses spatiales des implantations monastiques : premiers résultats et retour d’expérience pour les anciens diocèses de Clermont et du Puy

Emma Bouvard-Mor, Hervé Tronchère

Genèse du projet

Ce travail de cartographie historique a débuté au cours d’une thèse d’archéologie médiévale soutenue en février 2016 à l’université Lumière Lyon 2 et intitulée Empreintes monastiques en moyenne montagne du XIIe siècle à l’Actuel. Archéologie des espaces et des paysages cisterciens dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy (sous la direction de Nicolas Reveyron et de Bruno Phalip). Il consistait à soutenir la discussion concernant les lieux d’implantation des abbayes cisterciennes dans des territoires préalablement densément investis par d’autres congrégations religieuses régionales (La Chaise Dieu, Saint-Chaffre), ou extrarégionales comme Cluny. Il s’agissait alors d’une démarche prospective visant à mieux comprendre, d’une part les logiques de fondations, d’autre part l’organisation des dépendances cisterciennes au sein du maillage territorial médiéval. La mise en forme des données historiographiques et archivistiques dans le but d’un traitement géomatique a débuté en 2012. Leur traitement et la production cartographique qui en découle sont dus à Hervé Tronchère avec qui le projet s’est développé depuis novembre 2014.

Cartographier les espaces monastiques : objets et méthodes

En l’absence d’une cartographie existante sur la question cistercienne auvergnate et vellave, la première étape était destinée à objectiver la donnée textuelle (sources premières et secondes), soit à localiser abbayes et dépendances dans les limites diocésaines telles que nous pouvons les percevoir en l’état de la recherche. Ainsi, les contours choisis sont ceux proposés par Alexandre Bruel1 pour l’ancien diocèse de Clermont au XIVe s., et par Dom Dubois2 pour l’ancien diocèse du Puy. Ces tracés avaient été préalablement géoréférencés par Isabelle Langlois et Stéphane Gomis3 pour le premier, et par Thomas Aréal4 pour le second.

Cette seule donnée ne suffisait pas à représenter l’espace d’étude, aussi, les ressources proposées par l’IGN ont permis de représenter les reliefs, cours d’eau et communes actuelles. À ces fonds nous avons ajouté quelques cadres médiévaux, dont les routes réputées antérieures au XVIIIe s. telles que rapportées par les travaux de Franck Imberdis5, que nous avons vectorisées et géoréférencées, ou encore les localités centrales (places économiques, politiques, religieuses) caractérisées par Jean-Luc Fray6 (fig. 1).

Fig. 1. Occupation cistercienne, réseau routier et localités centrales dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy. Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor. Les réseaux routiers ont été vectorisés et géoréférencés d’après les travaux de Franck Imberdis (Imberdis 1967). Les chemins faîtraux désignent les chemins de hauteur (qui généralement suivent les lignes de crête). Les abbayes cisterciennes et leurs possessions sont renseignées par les documents d’archives issus des fonds du clergé régulier, série H, des archives départementales du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et du Cantal. Signalons que la liste de ces possessions est avant tout une hypothèse de travail, dans la mesure où elle a été établie majoritairement à partir des sources modernes, la documentation textuelle médiévale étant extrêmement indigente.

Voir la carte en grand format

Afin de compléter le paysage historique présidant à la venue des moines blancs, nous avons eu à cœur d’intégrer la dimension archéologique en intégrant les sites localisés à proximité des abbayes cisterciennes référencées dans la base PATRIARCHE. Ce niveau d’informations a permis de contextualiser les implantations monastiques pour mieux qualifier l’anthropisation des espaces nouvellement investis par les moines blancs au XIIe s.

Enfin, l’étape la plus importante a consisté en l’inventaire des établissements conventuels et de leurs dépendances (quand ces dernières étaient connues), tous ordres, congrégations, maisons confondus, depuis le tout début du premier Moyen Âge jusqu’au XIVe s. (hors chapitres canoniaux et ordres mendiants). Pour ce faire, nous nous sommes fié aux travaux universitaires ou aux publications érudites, le retour aux sources pour une critique d’authenticité de chacune des occurrences ne pouvant être opéré tant la tâche est colossale – et ce sera là l’un des grands apports de la base collaborative Monastères ! -.

En tout, la base de données ainsi constituée comptabilise aujourd’hui plus de 1700 entrées, toutes renseignées par leurs coordonnées géographiques recueillies sur Géoportail. Il est alors possible de confronter l’essaimage des diverses obédiences (maisons religieuses dépendant d’une maison principale) dans l’emprise des deux diocèses d’élection, tout en proposant d’évaluer l’emprise spatiale ou tout du moins l’influence territoriale des Cisterciens et les enjeux sociaux associés à leur présence. La composition des cartes, les analyses spatiales et les tentatives de modélisation issues de ce travail préalable ont été réalisées sous le logiciel ArcGIS.

Résultats

Les premières cartes produites ont permis une visualisation spatiale de divers objets et phénomènes historiques, qui, une fois associés sur une même représentation spatiale « créaient du sens » : soit elles objectivaient un discours historique, des hypothèses de travail préalables, soit elles proposaient de nouvelles pistes d’interprétation jusqu’alors ignorées.

Ainsi, en s’extrayant de la sphère purement monastique, grâce à l’intégration de plusieurs types d’agents et de facteurs structurants de l’espace diocésain, de nouvelles conjectures ont vu le jour. L’une des problématiques concernant l’implantation des cisterciens dans l’espace diocésain était d’appréhender leur rapport à l’évêque. En effet, les fondations cisterciennes sont exclusivement motivées par l’aristocratie régionale. Or, au XIIe s., cette dernière est en conflit avec le pouvoir épiscopal, très fortement lié au roi qui prend progressivement pied en Auvergne. Par conséquent, il nous a paru intéressant de tester, à défaut de sources textuelles, la proximité entretenue entre les établissements cisterciens, émanations comtales et les possessions du prélat auvergnat. Ce dernier, qui autorise l’implantation des nouvelles abbayes sur son diocèse, entretient-il une relation de concurrence ou de complémentarité territoriale avec les moines blancs ? Pourrait-il être à l’origine d’une certaine forme d’évergétisme à l’égard de l’ordre réformateur, en dépit des bonnes relations de ce dernier avec les seigneurs laïques ? La cartographie a finalement mis en évidence que les possessions cisterciennes étaient situées là où celles de l’évêque ne l’étaient pas (fig. 2). Ce constat appelait donc à davantage investir les recherches sur les interactions entre prélats et bienfaiteurs des abbayes dans la politique régionale des XIIe et XIIIe s.; elles expliquent pour partie l’essaimage rapide et restreint de l’ordre de Cîteaux dans l’ancien diocèse de Clermont (Bouvard 216)8. Pour cette même thématique, nous avons eu recours à la « carte de chaleur » afin d’obtenir une représentation synthétique et explicite permettant de mettre en évidence les noyaux de forte densité de dépendances cisterciennes, et de les confronter aux possessions épiscopales (fig. 3).

Fig. 2. Les possessions épiscopales recensées pour les XIIIe-XIVe s. et géolocalisées par Thomas Aréal (Aréal 2012), d’après Sève 19809. Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor.

Voir la carte en grand format

Fig. 3. Carte de chaleur représentant la densité des possessions cisterciennes et des possessions de l’évêque de Clermont (XIIIe-XIVe s.). Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor.

Voir la carte en grand format

En outre, l’intégration des données historiques dans un SIG autorise une approche multi-scalaire, ce qui a permis d’aborder les domaines monastiques pour eux-mêmes (logiques économiques), tout en les confrontant aux possessions des autres établissements réguliers contemporains à l’échelle du diocèse (fig. 4).

Fig. 4. Domaines agricoles cisterciens et lieux de commerce (Moyen Âge central). Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor. D’après les archives médiévales et modernes issues des fonds du clergé régulier, série H, des archives départementales du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et du Cantal. Les lieux de commerces sont issus des travaux de Jean-Luc Fray (communication personnelle).

Voir la carte en grand format

En outre, les logiques de filiations ont aussi ouvert le discours sur les relations extra-diocésaines (fig. 5).

Fig. 5. Système relationnel des abbayes cisterciennes des anciens diocèses de Clermont et du Puy. Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor. Tentative de hiérarchisation des liens de filiations entre les établissements : le terme de rang a été emprunté à la classification des cours d’eau établie selon le nombre d’affluents qu’un cours d’eau reçoit : plus un cours d’eau est important, soit plus il reçoit un grand nombre d’affluents, plus son rang augmente (Strahler 1957)10. Ici, à l’inverse de l’échelle de Strahler, les têtes de réseaux sont des établissements de rang 1 (soit, plus un établissement essaime – têtes de réseau -, plus son classement est proche de 1). Le numéro du rang augmente en fonction du positionnement de l’établissement dans le système d’essaimage corrélé à la filiation.

Voir la carte en grand format

Le recours aux outils d’analyse spatiale, notamment les distances-temps basées sur le relief, a été utile afin de tester les temps de parcours entre l’abbaye et ses dépendances, et l’accessibilité de ces dernières aux localités centrales (fig. 6).

Fig. 6. Évaluation de l’accessibilité des dépendances de l’abbaye de Montpeyoux. Réalisation Hervé Tronchère, d’après les données collectées par Emma Bouvard-Mor.

Voir la carte en grand format

Enfin, une première tentative de modélisation spatiale a été initiée en 2015, puis poursuivie plus récemment. La problématique qui sous-tend cette expérimentation consiste en l’évaluation de l’influence territoriale des établissements monastiques, tous ordres, congrégations, ou simples monastères réguliers confondus. Elle a pour but de passer d’une représentation ponctuelle à une représentation surfacique afin de combler les vides artificiels, de mettre en évidence les vides monastiques « réels », et de proposer un ordre de grandeur entre les emprises de chacun des établissements monastiques et de leurs dépendances au sein des anciens diocèses de Clermont et du Puy.

Dans un premier temps, l’expérimentation consistait à rendre compte d’un zonage autour de chaque établissement représentant sa zone d’expansion territoriale théorique selon une accessibilité égale à deux heures de marche (calcul de « distance-temps » prenant en compte la pente du terrain, depuis le monastère jusqu’aux confins de sa zone d’influence théorique) – (fig. 7).

Fig. 7. Modèle des zones d’expansion territoriale théoriques par grandes périodes chronologiques: a. monachisme primitif (VIe-VIIIe s.) ; b. monachisme carolingien (IXe-Xe) ; c. monachisme du Moyen Âge central (XIe-tout début XIVe s.). Conception et réalisation : Hervé Tronchère (données collectées par Emma Bouvard-Mor).

Voir la carte en grand format

On observe entre autres une nette (et attendue) densification de l’occupation monastique. Elle s’accompagne d’une grande fragmentation de l’espace durant la période c le long du couloir fluvial de l’Allier, avec une nette prééminence du réseau régional casadéen. À l’inverse, le sud-ouest du diocèse de Clermont, occupé par les hauts massifs cantaliens, demeure peu occupé, mais investi de façon hégémonique par Saint-Géraud-d’Aurillac.

Malheureusement, en l’état, ce modèle demeure théorique et ne prend pas en compte les spécificités et la réalité historique de chacun des établissements. De nouvelles expérimentations devront être menées afin de réduire ces biais.

Limites et perspectives

Actuellement, les données du SIG, bien qu’abondantes pour la sphère monastique, ne permettent pas encore d’aborder les systèmes relationnels entre les établissements et l’aristocratie régionale. Le traitement de ces problématiques reste pour l’heure à l’état de projet. Pour ce faire, il nous faudrait intégrer les informations concernant les mouvances seigneuriales, le prélèvement seigneurial, les donations pro animae, les réseaux familiaux d’intégration monastiques et/ou abbatiaux etc., entendu que ces derniers apporteraient avec elles de nouveaux biais liés aux effets de sources.

En outre, il serait intéressant d’affiner la surface de friction qui sert de base aux analyses de distance-temps en lui intégrant en plus du relief, les ouvrages facilitant et guidant la circulation sur le territoire : routes, ponts, gués, parcours de halage etc.

L’appréciation du paysage religieux diocésain doit aussi être complétée par l’enregistrement des divers édifices ecclésiaux (chapelles, églises paroissiales), les établissements séculiers etc. À cet égard, précisons que l’inventaire non-exhaustif donné par les sources textuelles peut être pallié ponctuellement par la moisson des découvertes archéologiques.

En outre, la diversité des statuts des implantations monastiques, protéiformes selon les congrégations, et l’hétérogénéité de la documentation rend difficile l’établissement d’une véritable hiérarchie. Comment rendre compte du rayonnement effectif de chacun d’entre eux, d’un point de vue économique ou religieux à une époque donnée ? Il faudrait pouvoir établir un indicateur permettant de caractériser le poids territorial réel de chaque établissement monastique afin d’affiner l’étude des zones d’influence et du maillage territorial : la relation de filiation, la relation hiérarchique, l’appellation de chaque établissement (prieuré, abbaye, celle etc.) ne sont pas des indicateurs fiables car ils sont trop polymorphes.

Enfin, force est de constater que les limites diocésaines proposent un cadre géographique contraignant pour caractériser les dynamiques monastiques, le domaine temporel des établissements et leur essaimage conventuel outrepassant très souvent ces frontières. De même, les systèmes relationnels intrinsèques à un ordre ou extrinsèques (de type topolignage) s’inscrivent dans d’autres réalités spatiales. Ils peuvent concerner les territoires ecclésiastiques voisins ou s’expliquer au sein d’autres entités territoriales contemporaines, elles aussi difficilement appréhendables.


  1. Bruel 1880 : BRUEL (A.). – Pouillé des diocèses de Clermont et de Saint-Flour du XIVe au XVIIIe siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1880, 309 p.
  2. Dubois 1965 : DUBOIS (Dom J.). – « La carte des diocèses de France avant la Révolution », Annales ESC, t. XX, 1965, p. 680.
  3. Gomis, Langlois 2012 : GOMIS (St.), LANGLOIS (I.). – « Des sources archivistiques et ressources cartographiques anciennes au traitement géomatique : la géographie ecclésiastique de l’Auvergne », conférence donnée à la Journée d’étude « Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS, MSH de Clermont-Ferrand, 5 octobre 2012, http://videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=hdsaioezabeazmo
  4. Areal 2010 : AREAL (Th.). – Contour des diocèses de France avant 1317 d’après Dom Dubois, « Les diocèses de France », Annales de l’ESC, t. IV, 1965 –– janvier 2010, Université Blaise Pascal Clermont II, CHEC, support numérique.
  5. Imberdis 1967 : IMBERDIS (F.). – Le Réseau routier de l’Auvergne au XVIIIe siècle : ses origines et son évolution, Paris, Presses universitaires de France, 1967, 349 p.
  6. Fray 2002 : FRAY (J.-L.). – « Réseau urbain et « localités centrales » en Auvergne, Bourbonnais et Velay au bas Moyen Âge », dans Martin XX (dir.), L’identité de l’Auvergne, Nonette, Éditions Créer, 2002, p. 253-262.
  7. Areal 2012 : AREAL (Th.). – « Quand domination rime avec concessions. L’évêque de Clermont et l’octroi de franchises (XIIIe-XIVe siècles) », Siècles [en ligne], 35-36 | 2012, mise en ligne le 05 mars 2014 ?, URL : http://journals.openedition.org/siecles/1690
  8. Bouvard 2016 : BOUVARD (E.). – Empreintes monastiques en moyenne montagne du XIIe siècle à l’Actuel. Archéologie des espaces et des paysages cisterciens dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy, thèse de doctorat d’archéologique médiévale, université Lumière Lyon 2, 2016, 3 volumes.
  9. Sève 1980 : SÈVE (R.). – « La seigneurie épiscopale de Clermont des origines à 1357 », Revue d’Auvergne, t. XCIV, 1980, p. 85-268.
  10. Strahler 1957 : STRAHLER (A.N.). – « Quantitative analysis of watershed geomorphology ». Transactions of the American Geophysical Union. 38(6), 1957, p. 913-920.

L’espace limousin dans Col&Mon

Rémi CROUZEVIALLE
(Ingénieur d’études, CRIHAM, Université de Limoges)
et
Stéphane LAFAYE
(Chercheur associé, CRIHAM, Université de Limoges)

Dès les débuts du projet Monastères1, l’un des deux volets de l’ANR Col&Mon, une équipe de l’Université de Limoges s’est engagée à répertorier les établissements monastiques de l’ancien diocèse de Limoges. En 13152, ses limites géographiques correspondaient aux départements actuels de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne, auxquels il faut adjoindre le Nontronnais, au nord du département de la Dordogne, ainsi que la Charente limousine, c’est-à-dire un ensemble de communes autour de Confolens, à l’est du département de la Charente. Cette zone territoriale constitue l’espace limousin dans Col&Mon.

À ce jour, la base Monastères compile les informations relatives à 206 établissements de cet espace. Huit membres, tous bénévoles, ayant étudié des réseaux monastiques dans le cadre de leurs travaux universitaires composent l’équipe. Les tâches ont naturellement été réparties en fonction des domaines de recherche de chacun : Jean-Marie Allard (Templiers et Hospitaliers), Agnès Brahim (Fontevrault), Catherine Faure (Sainte-Marie de la Règle), Stéphane Lafaye (Saint-Martial), Martine Larigauderie (Grandmont), Philippe Loy (Cisterciens), Muriel Souchet (Chartreux). Ils sont aidés par Rémi Crouzevialle, ingénieur d’étude en analyse et traitement de bases de données, concepteur de la base Monastères  avec Noëlle Deflou-Leca

Si le champ d’étude de chacun des membres a évidemment déterminé le choix des réseaux, il n’en a pas été l’unique critère. La saisie de réseaux monastiques très divers par le nombre de monastères qu’ils comportent, l’importance ou l’absence de sources, leur chronologie, leurs liens de dépendances, leurs changements ou non de statuts… a également été un critère déterminant afin d’exploiter toutes les possibilités de la base de données.

La saisie est en cours d’achèvement pour la plupart de ces réseaux. Cependant, l’avancée du travail n’est pas aussi rapide qu’elle le pourrait, compte tenu de l’engagement bénévole des membres de l’équipe, dont la plupart ont d’autres engagements professionnels. Malgré ces contraintes, des réseaux ont été intégralement saisis et les données collectées ont permis d’expérimenter plusieurs représentations cartographiques.

Le dossier cartographique qui suit est un état de l’avancement des travaux de l’équipe. Plus précisément, il permet de faire le point sur les statuts, c’est-à-dire le volet institutionnel des monastères saisis et d’en cartographier les modifications à des périodes précises, dictées par les sources. Le dossier aborde successivement les monastères cisterciens (carte n° 1), les dépendances de l’abbaye Saint-Martial de Limoges (cartes n° 2, 3, 4, 4bis et 5) et le réseau des maisons templières et hospitalières (cartes n° 6 et 7) de l’ancien diocèse de Limoges, dans ses limites de 1315.

L’objet de ces représentations n’est pas de susciter, dans l’immédiat, de nouvelles hypothèses historiques, dont la plupart sont déjà connues, mais plutôt de réfléchir à différents types de représentations cartographiques, ouvrant la voie à de nouvelles grilles d’analyses voire à la création de modèles. Ces représentations ont été dictées par l’inégale densité des données et établies selon différents critères : la chronologie du statut de ces établissements (abbaye, cella, prieuré/dépendance, église…) et de leur transformation ; la densité de l’implantation des dépendances monastiques dans l’espace ; la mise en place et la construction des réseaux monastiques.

Les monastères cisterciens3

Carte n° 1 : les monastères devenus cisterciens entre 1146 et 1162

Voir la carte en grand format

Le réseau cistercien du diocèse de Limoges s’est principalement formé par l’affiliation à l’ordre de Cîteaux de monastères et de communautés d’ermites non-cisterciens à leur origine. Seule l’abbaye d’Aubepierre en Creuse est une fondation cistercienne ex nihilo. Le principal intérêt de ce dossier est la diversité des statuts des établissements avant la période 1146-1162, au cours de laquelle le réseau cistercien se structure dans le diocèse avec une uniformisation des statuts selon les règles de l’ordre. Cette période d’affiliation est d’autant plus connue qu’elle est très bien datée grâce aux sources disponibles et à une première synthèse historique publiée en 19984. Les figurés choisis sur la carte n° 1 permettent de représenter les statuts des établissements avant l’affiliation à Cîteaux mais aussi les liens de filiation antérieurs. Par exemple, tout le réseau de l’abbaye de Dalon bascule dans l’ordre cistercien en même temps que l’abbaye-mère. Ce mouvement transforme alors des communautés d’ermites en abbayes.

L’abbaye Saint-Martial de Limoges et ses dépendances5

L’abbaye bénédictine de Saint-Martial de Limoges est fondée en 848 par transformation d’une communauté de clercs dépendant de la cathédrale Saint-Étienne. Elle intègre les dépendances de Cluny en 1063 jusqu’en 1246, quand le monastère retrouve son autonomie. Son réseau de dépendances est très bien connu de la fin du XIe au début du XIIIe siècle, essentiellement grâce à trois bulles pontificales (1096, 1159 et 1186). Une liste des prévôtés, prieurés et églises dépendant de l’abbaye, indiquant le nombre de moines occupant chaque maison existe aussi ; cette liste, établie par le moine et chroniqueur Bernard Itier, aux alentours de 1216, constitue un véritable pouillé de Saint-Martial. La grande richesse des sources concernant cet établissement permet d’en appréhender le patrimoine durant plus d’un siècle entre 1096 et 1216.

Carte n° 2 : Monastères et églises dépendants de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1186 et 1216.

Voir la carte en grand format

Ce patrimoine est assez stable entre 1186 et 1216. La carte n° 2 qui suit met en évidence les monastères en cours de saisis dans la base, auxquels ont été ajoutées les églises dépendantes qui figurent à la fois dans la bulle de 1186 et dans le « pouillé » de 1216. Cette représentation n’est qu’une simple carte de localisation, avec des figurés distinguant les types d’établissement (monastère ou église) sur un temps assez court d’environ trois décennies. Ici, l’intérêt est de localiser et de cerner la répartition des dépendances au sein du diocèse de Limoges. Au sein de ce même réseau cohabitent des établissements réguliers et séculiers, lesquels ne sont pas entrés dans la base Monastères. Ce réseau se concentre à l’ouest d’une ligne nord-est / sud-ouest, clairement établie sur la carte. Il faudra donc en comprendre les raisons.

Carte n° 3 : Le réseau monastique de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1096 et 1216.

Voir la carte en grand format

La carte n° 3 permet d’appréhender la notion de réseau monastique en représentant les liens de dépendances entre l’abbaye-mère et ses monastères ainsi que de faire figurer les réseaux monastiques secondaires de ce même réseau. Ce mode de représentation est assez classique. Les informations modélisées au sein de la base de données Col&Mon permettent de produire facilement ce type de carte. De plus, cette carte prend en compte les dynamiques temporelles inhérentes à la construction de ce réseau : en effet, les sources permettent de faire sa construction sur un temps long, près de 120 ans entre 1096 et 1216. Cette carte vient compléter la précédente et met en évidence un réseau organisé en plusieurs pôles avec les filiations monastiques ou séculières ainsi que leur ancienneté.

Carte n° 4 : le nombre moines dans les monastères de l’abbaye Saint-Martial de Limoges vers 1216.

Voir la carte en grand format

Carte n° 4bis : le nombre moines dans les monastères de l’abbaye Saint-Martial de Limoges vers 1216.

Voir la carte en grand format

La liste des dépendances de 1216 fournit également le nombre de moines par monastères. Les informations de ce type ne peuvent pas être saisies dans la base Monastères car elles sont très rarement disponibles. Cependant, il a semblé opportun de cartographier ces données (carte n° 4) et surtout de les croiser avec la carte n° 3. Le résultat est visible sur la carte n° 4bis qui accentue la représentation des différents pôles monastiques au sein du réseau de l’abbaye Saint-Martial dans les limites du diocèse. A l’échelle du sud-ouest de la France, les résultats seraient probablement différents, avec l’intégration d’autres monastères dépendants de l’abbaye.

Carte n° 5 : typologie des établissements dépendants de l’abbaye Saint-Martial de Limoges entre 1096 et 1216.

Voir la carte en grand format

Cette nouvelle carte (n° 5) s’appuie sur les types de statuts intégrés dans la base Col&Mon, pour chaque établissement du réseau de l’abbaye Saint-Martial. Les sources permettent d’établir une chronologie des évolutions institutionnelles de ces établissements entre 1096 et 1216. Les figurés utilisés tiennent compte de la chronologie des statuts religieux pour un même établissement. La carte révèle donc la succession des statuts, en même temps que l’ancienneté de l’établissement au sein du réseau. Elle met aussi en évidence la construction du réseau monastique par une régularisation d’une partie des établissements séculiers donnés (encadré en orange), essence même du projet Col&Mon. Le réseau s’est également construit à partir de fondations monastiques ex nihilo. Cette variabilité des statuts semble surtout toucher les petits établissements dépendants alors que l’abbaye-mère et ses relais secondaires se sont maintenus comme monastères depuis la fin du XIe s.

Templiers et Hospitaliers6

Carte n° 6 : les établissements hospitaliers du diocèse de Limoges au XVe siècle.

Voir la carte en grand format

L’étude des établissements hospitaliers du diocèse de Limoges se heurte à des sources très lacunaires et tardives, en présence pourtant d’une très grande densité d’établissements à la répartition géographique assez homogène dans le diocèse. Le réseau des maisons hospitalières est bien établi à la fin XVe s. Représenté sur la carte n° 6, ce réseau que l’on peut qualifier de classique, comprend différents pôles et une hiérarchie claire entre les établissements. À la différence d’un réseau comme celui de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, les filiations entre établissements ne sont pas systématiquement liées à une proximité géographique., et ce réseau comprend plus de pôles structurants, de taille plus modeste, bien répartis sur l’ensemble du territoire diocésain. En outre, la représentation tardive de ce réseau empêche d’en appréhender facilement la genèse.

Carte n° 7 : premières mentions des établissements hospitaliers dans le diocèse de Limoges (XIIe-XVe s.).

Voir la carte en grand format

En tenant compte des lacunes mentionnées ci-dessus, la carte n° 7 tente de représenter l’ancienneté des établissements hospitaliers et de ceux de l’ordre du Temple, intégrés après 1312. La première mention saisie dans la base, pour chacun des établissements, permet de comprendre la constitution de ce réseau. Les établissements de l’ordre du Temple ont également été mis en évidence.

La chronologie des différentes données utilisées a été strictement respectée dans ce dossier cartographique. L’intérêt, à plus long terme, sera de croiser ces informations pour une meilleure compréhension de la genèse des différents réseaux et tenter d’expliquer l’absence du chef-lieu de diocèse comme élément structurant. Certes, cette approche n’est pas nouvelle mais l’intérêt de l’outil Col&Mon est néanmoins précieux : il permettra à terme d’automatiser différents types de représentations graphiques ou cartographiques, issues d’un nombre important d’informations, dans des espaces géographiques et temporels précis, afin d’éviter toute démarche régressive, et pouvoir ainsi mettre en relation plusieurs séries de données.


  1. CERCOR-LEM, CRIHAM, coordonné par N. Deflou-Leca.
  2. FONT-RÉAULX (J. de), Pouillés de la Province de Bourges, Paris, 1961. (Recueil des historiens de la France. Pouillés, 9).
  3. Les seize monastères cisterciens ont été saisis dans la base MONASTERES par Philippe Loy.
  4. BARRIÈRE (B.) (dir.), Moines en Limousin. L’aventure cistercienne, Limoges, 1998.
  5. Le réseau de l’abbaye comptait quarante-quatre monastères aux environs de 1216. Ils sont en cours de saisie par Stéphane Lafaye.
  6. Ce réseau compte cent-trois établissements qui ont été saisis par Jean-Marie Allard.

Monasteries in Digital Humanities

Ce colloque international sur les Monasteries in the Digital Humanities s’est tenu à l’initiative de Marek Derwich cinq jours durant à Czestochowa (Pologne). Il a réuni une bonne cinquantaine d’orateurs issus des sciences humaines (historiens, sociologues, anthropologues, archivistes, musicologues, architectes, archéologues, acteurs du patrimoine) et des technologies numériques. Les projets présentés, dont une partie sont d’ores et déjà accessibles en ligne, couvrent une large Europe, dont seules les marges très septentrionales (Scandinavie) et balkaniques n’étaient pas représentées. Du point de vue chronologique, les contributions ont offert un très large prisme, du haut Moyen Âge aux temps très contemporains. La dimension interdisciplinaire et diachronique de la rencontre constitue l’un de ses points forts.
La collection Hereditas Monasteriorum (université de Wroclaw) devrait accueillir la publication de cette rencontre en 2018.

Projets accessibles en ligne :

Les solutions de cartographie web

Les Solutions de cartographie web – ou webmapping – sont des outils qui permettent de publier sur internet des cartes issues de ses propres données, de ses traitements et de ses choix de symbologie, de manière dynamique et potentiellement interactive. Les outils de cartographie peuvent également permettre de procéder à des traitements géomatiques en ligne. Il existe trois types d’outils pour faire de la cartographie sur internet : des solutions « clefs en main », des SIG en ligne et des combinaisons serveur/client cartographiques.

Des services de cartographie web « clefs en main »

Des programmes en ligne « clefs en main » permettent de produire et de publier facilement et rapidement des contenus cartographiques dynamiques. On peut citer par exemple Google Mymap, programme propriétaire de Google, ou U-Map, programme libre développé par la communauté OpenStreetMap.

Avantages

  • facilité de prise en main
  • rapidités de mise en œuvre

Ils offrent des interfaces qui facilitent la mise en commun et la collaboration sur des projets cartographiques.

Inconvénients

Néanmoins, ces solutions ont les inconvénients de leurs avantages : elles sont très basiques. Ce sont souvent uniquement des outils d’affichage de données vectorielles simples, contraignants dans leurs paramètres de traitements, de symbologie ou dans les possibilités de mise en page qu’ils proposent. Enfin, souvent gratuits, ces services ne sont cependant pas tous libres et ils impliquent des droits de licences qui ne sont pas toujours à l’avantage des utilisateurs ou de la liberté des données (notamment dans le cas de Google Mymap).

Des SIG en ligne

Les SIG en ligne offrent des fonctionnalités comparables aux SIG de bureau (bien que souvent réduites par rapport à celles-ci) et permettent à plusieurs usagers d’intervenir et de collaborer sur un même projet géomatique.

Parmi ces SIG en ligne, on trouve surtout des services payants et propriétaires, par exemple :

  • Carto.com propose une utilisation gratuite mais vite limitée, notamment en termes de rapidité d’affichage et du nombre de données affichables ;
  • ArcGIS Online propose des fonctionnalités SIG simplifiées mais puissantes en ligne ;
  • Géo, anciennement Dynmap, fonctionne également de cette manière.

Avantages

  • fonctionnement multi-utilisateurs ;
  • performance ;
  • une ergonomie et un fonctionnement similaire aux versions desktop, pratique pour ceux qui connaissent déjà les outils.

Ces outils peuvent être très utiles dans le cadre de la phase exploratoire et du géotraitement commun de données géographiques.

Inconvénients

Ce sont la plupart du temps des technologies payantes et propriétaires. Ceci implique que leur utilisation peut être limitée ou soumise à l’achat de licences et de mises à jour. On ne peut donc garantir la pérennité des cartes web qui sont ainsi développées sur le long terme.

Il existe une solution intermédiaire entre les SIG en ligne cités et les solutions serveur/client nécessitant un fort investissement en termes de développement, que nous allons présenter plus loin. Il s’agit de QGIS server, une solution OpenSource qui a pour principe de transposer le SIG libre QuantumGIS desktop sur le web. En théorie, cette solution  vise à transférer les projets de QGIS desktop à QGIS server, et donc d’y retrouver les mêmes données, la même structure, les mêmes choix de symbologie et certains outils similaires. En pratique, cette solution est néanmoins très compliquée à mettre en oeuvre et demande un effort de programmation important.

Serveurs et clients cartographiques

La dernière grande famille de solutions web permet d’avoir davantage la main sur les différentes étapes du processus. Alors que les deux premiers types de solutions sont des services qui proposent en même temps les fonctions d’hébergement, de serveur (charger et stocker les données géographiques) et de client (paramétrer et afficher les données), le troisième type de solutions sépare le serveur du client. Le serveur cartographique est un logiciel qui stocke les informations comme étant des informations géographiques avec des coordonnées, une table attributaire dans le cas de données vecteur, une symbologie, etc. (ce qui permet de pouvoir faire des requêtes attributaire ou de localisation sur les données), et de l’autre côté, le client (un autre logiciel souvent situé sur un autre ordinateur) affiche les données comme étant des images cartographiques, c’est-à-dire avec une légende, une échelle, la possibilité de changer d’échelle, de zoomer sur la carte et potentiellement d’interagir avec elle.

Avantages

Des tâches bien différenciées

Le premier avantage de ce type de solutions est que toutes les étapes du processus sont bien séparées. En amont, il y a une étape de traitement, de mise en forme des données géographiques (sur des outils de SIG de bureau classique). Ensuite, il y a une étape de mise en forme des données pour internet et de chargement sur des serveurs cartographiques qui garantissent la nature géographique des données, par exemple en utilisant MapServer (le pionnier) ou GeoServer (plus facile d’accès).

Ensuite, il peut y avoir une étape de catalogage des données qui utilise aussi des programmes indépendants, comme Geosource (à l’origine du Geocatalogue par exemple), pour formaliser les données selon des normes, comme la norme Inspire. Cette étape est utile dans le cas où les données ont vocation à être téléchargées et réutilisée.

Enfin, il y a l’étape du client, c’est-à-dire de l’affichage et de la programmation des possibilités d’interaction et de visualisation sur la page web de la carte, grâce aux librairies javascript Openlayers (très puissant mais nécessitant plus de développement) ou Leaflet (qui a une syntaxe plus légère).

La segmentation de ces étapes implique qu’elles peuvent être réalisées par différentes personnes. Egalement, lorsque la donnée change, lorsqu’on en rajoute ou qu’elle évolue, il suffit de la modifier en amont et de l’intégrer au reste plus ponctuellement.

Des technologies libres, standardisées, interopérables et bien soutenues

Un autre avantage réside dans le fait que ces technologies sont libres et gratuites, et qu’elle possède une communauté très importante d’utilisateurs, ce qui implique une large documentation et une garantie de leur pérennité (une grande communauté d’utilisateur garantit le fait que la technologie va durer et qu’elle va être entretenue, qu’elle va évoluer, être optimisée).

Les différentes composantes de ces solutions de webmapping reposent sur des standards et offrent donc une grande compatibilité entre elles et avec d’autres fonctionnalités web. Par exemple le client cartographique Leaflet fonctionne directement et très facilement avec la librairie de datavisualisation généraliste, D3.js. A partir de QGIS desktop, il est également possible de produire automatiquement des scripts en OpenLayers.js ou Leaflet.js grâce au plugin qgis2web. On peut aussi signaler Vmap, qui permet d’afficher, côté client, les flux WMS mis à disposition par les serveurs cartographiques, grâce à une interface ergonomique et simplifiée. Cette application remplace le développement complexe de pages html, php et javascript. Cette interopérabilité provient précisément du fait que ce sont des technologies libres : le domaine de la géomatique libre s’est rapidement doté de conventions notamment à travers les normes de l’Open Geospatial Consortium (OGC) qui régulent et garantissent l’interopérabilité entre toutes les initiatives dans le domaine.

Enfin un dernier avantage réside dans la grande liberté de développement que ces solutions offrent. Il est possible de maîtriser toutes les étapes du processus, et, lorsque l’on maîtrise bien les différentes étapes, il est finalement possible de tout faire. La méthode s’avère très puissante et les possibilités – en tout cas en termes de visualisation – sont très vastes. Au sein de l’architecture serveur/client cartographique, il est possible de moduler et d’alléger certaines étapes, notamment celle du paramétrage du serveur pour tout paramétrer côté client. L’architecture de ces solutions est en ce sens flexible. Il est possible de mettre directement en relation une base de données géographiques (Postgis) avec les clients cartographiques en javascript, ce qui facilite l’affichage cartographique par requête directement dans la base de données.

Inconvénients

Evidemment, ces avantages ont leurs inconvénients : ces solutions sont très lourdes à mettre en place en termes de développement. Elles nécessitent un gros effort de programmation. En ce sens, ces solutions ne conviennent pas forcément dans le cas où la carte web est alimentée par des gens différents de ceux qui l’ont mise en place et qui n’auraient pas les mêmes compétences informatiques. Il faut donc que son utilisation vaille le coût de son développement (ce qui n’est pas toujours le cas).
Il faut ajouter que ces solutions de cartographie web n’offrent pas d’hébergement pour l’application de webmapping. Autrement dit, il faut que le développer de l’application trouve à l’héberger, ce qui est la plupart du temps payant et/ou demande un suivi, voire un entretien, sur le long terme. Certains serveurs cartographiques comme Geoserver sont en outre relativement compliqué à installer sur un serveur web distant au moment de la mise en ligne de l’application. La documentation  est effet abondante concernant son installation en local mais beaucoup plus rare concernant son installation sur serveur distant.
Enfin, les solutions serveur/client cartographiques proposent des outils encore faibles en terme de géotraitements de données par l’utilisateur.

S’adapter à l’objectif

Le choix de la technologie de webmapping doit être adaptée à l’objectif : il ne sert à rien de développer quelque chose de très lourd pour une carte simple, et, à l’inverse, une lourde phase de programmation en amont peut alléger bien des opérations en aval. Dans le cadre du projet Col&Mon, les différentes étapes – notamment l’étape d’exploration des données et celle de l’élaboration du livrable final – n’impliquent pas les mêmes fonctionnalités ni les mêmes objectifs. Elles ne nécessitent donc pas forcément les mêmes outils de cartographie web. Ce projet devra donc recourir à tous les types d’outils recensés ici.

Les limites des diocèses au Moyen Âge : sources historiques et outils d’interprétation SIG 

Ce travail postdoctoral, d‘une durée d’un an, s’est donné pour but de travailler sur les limites des diocèses en France, avant 1317, c’est-à-dire pour une période durant laquelle l’espace des diocèses est mal connu. L’objectif est de proposer une restitution de l’emprise de ces espaces diocésains entre IXe et XIVe siècle. Étant donné le temps imparti assez limité et donc l’impossibilité de réaliser ce travail sur tout le territoire national, il a été décidé de traiter en priorité les espaces qui étaient privilégiés dans Col&Mon parce qu’ils étaient déjà bien documentés dans les bases de données sur les collégiales et sur les monastères, véritables points de départ de ce projet ANR. Les diocèses priorisés appartiennent à la région Bourgogne, au Limousin.

Dans cet article, on essaiera de faire le point sur la méthodologie utilisée pour la mise en place du SIG et la reconstitution des limites des diocèses. La première partie du projet s’est concentrée sur l’étude des travaux publiés sur ces espaces et la collecte des données existantes en format compatible avec le SIG. Pour la réalisation de l’outil d’analyse, on a utilisé le logiciel SIG ArcGIS 10.4.1 de l’entreprise ESRI et le logiciel libre QGIS version 2.16. Les données vectorielles SIG (Fig. 1) que nous avons pu recueillir sont les suivantes :

  • les données mises à disposition sur le site Menestrel par Thomas Lienhard, maître de conférences au LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris) de l’université Paris 1, en particulier les fichiers en format shapefile des évêchés et archevêchés d’Europe, des provinces romaines des Gaules et des royaumes francs, des vici et des villes d’époque romaine ;
  • Le shapefile polygonal des pagus de France que Thomas Lienhard a créé à partir des données visibles sur le site Regnum Francorum Online ;
  • les limites des diocèses de France entre le XIVe et le XVIIIe siècle, réalisées par Thomas Areal (Université de Clermont – Blaise Pascal) et téléchargeables du site Georezo;
  • la collecte des données des projets Collégiales et Monastères, sous forme de points géoréférencés ;
  • les données, d’époque romaine et médiévale, du projet Digital Atlas of Roman and Medieval Civilization, mises à disposition à travers le protocole d’échange WMS.

Figure 1: Données SIG vectorielles
Figure 1: Données SIG vectorielles

À ces données vectorielles, ont été ajoutées les données raster suivantes (Fig. 2) :

  • les cartes des diocèses de France réalisées par Jacques de Font-Réaulx, dans les années 1970, avec la collaboration de plusieurs chercheurs de l’IRHT. Malheureusement, les cartes produites ne couvrent pas tous les diocèses de France ; l’auteur a écrit en 1960 un article intitulé « Atlas des diocèses de France » (Font-Réaulx J. L’atlas des diocèses de France, Bibliothèque de l’école des chartes. 1960, tome 118. pp. 191-198) où il explique la méthodologie utilisée pour les. Les cartes ont été déjà numérisées par le LaMOP et le CERCOR (Université Jean Monnet de Saint-Étienne), à différentes périodes ;
  • grâce à la convention réalisée entre le LaMOP et l’IGN, on a eu la possibilité de télécharger – en les utilisant comme base cartographique – les cartes IGN aux échelles 1/25.000e et 1/50.000e, ainsi que le shapefile linéaire en format vectoriel de l’hydrographie et le shapefile polygonal des communes, des départements et de régions de France ;
  • grâce au protocole d’échange WMS du Geoportail de l’IGN, on a aussi pu utiliser la carte réalisée par les Cassini au XVIIIe siècle.

Figure 2 : Exemple des données raster pour le territoire parmi les diocèses de Langres, Autun et Auxerre (Carte IGN 1/25 000e, carte de Cassini, carte de Font Réaulx)
Figure 2 : Exemple des données raster pour le territoire parmi les diocèses de Langres, Autun et Auxerre (Carte IGN 1/25 000e, carte de Cassini, carte de Font Réaulx)

Une fois récupérées toutes ces données, il était alors temps de se concentrer sur la géoréférenciation des cartes de Font-Réaulx, en utilisant comme base de référence les cartes IGN au 25 000e et le système de projection Lambert 93. Pour la Bourgogne, nous avons géoréférencé les cartes des diocèses de Langres, de Sens, et de Chalon-sur-Sâone mais aussi celui limitrophe de Bourges. Les lieux de culte et les limites se réfèrent au XIVe siècle, sauf cas particuliers qui ont été indiqués sur la carte. Nous avons ensuite vectorisé les limites tracées, en essayant de les repositionner sur la carte IGN au 25000 e et de géolocaliser de façon plus précise les lieux mentionnés sur les cartes (Fig. 3).

web_fig3
Figure 3 : Cartes de Font-Réaulx géoréférencées

Afin d’essayer de restituer les limites des diocèses pour la période qui va du haut Moyen Âge au XIVe siècle, même si l’on a utilisé la même méthodologie que celle utilisée par Font-Réaulx, il a été possible de bénéficier des potentialités offertes par des logiciels SIG. Le premier diocèse étudié a été celui d’Auxerre, pour lequel on avait déjà rassemblé quantité de données. Au-delà des pouillés, nous avons pu utiliser les gesta des évêques (Les Gestes des évêques d’Auxerre, éd. sous la direction de Michel Sot, Paris, 2002), afin de positionner les lieux de culte qui y étaient présentés comment étant sous contrôle épiscopal entre le IIIe et le XVIIIe siècle. En réalité, il faut souligner que la première rédaction des gesta a été réalisée entre 872 et 875.

Pour géolocaliser les lieux (pris en compte d’abord dans les pouillés, ensuite dans les gesta), on a procédé de façon régressive ; ont d’abord été positionnées les localités mentionnées dans les pouillés du XVe siècle (Longnon M. A., Pouillés de la province de Sens, t. IV, Paris, 1904), pour passer successivement aux époques plus anciennes (Fig. 4).

Figure 4 : Lieux de culte du diocèse d'Auxerre entre le Ve et XVe siècle
Figure 4 : Lieux de culte du diocèse d’Auxerre entre le Ve et XVe siècle

Les lieux ont été placés sur la carte IGN au 25 000e à l’aide du shapefile des communes de France et de la carte de Cassini. Pour retrouver sur la carte des toponymes qui ont aujourd’hui disparu, on a utilisé le dictionnaire topographique de la France. Une fois créées les couches des lieux de culte pour chaque période, grâce au SIG, l’évolution de la cartographie des lieux de culte a pu être retracée à l’intérieur du diocèse au cours des siècles, mettant en évidence des phases d’expansion et de contraction des possessions. Nous avons suivi la même méthodologie pour les autres diocèses de Bourgogne comme Autun, Nevers, pour les diocèses de Langres et Chalon-sur-Saône les cartes avaient déjà été faites par Font Réaulx et donc sont été simplement vectorisées. Malheureusement, pour ces autres diocèses, nous n’avons pas une documentation aussi complète que celle constituée par les gesta pour le diocèse d’Auxerre.

Après le XVe siècle, les limites des diocèses ne sont pas très différentes des limites des communes. C’est encore plus vrai en ce qui concerne les communes créées après 1789. J. Font-Réaulx a d’ailleurs souvent utilisé les limites communales pour la réalisation de ces cartes mais à l’échelle de la France, cette option ne pose pas de gros problèmes cartographiques. En revanche, pour les périodes plus anciennes, tracer avec précision les limites des diocèses est méthodologiquement délicat. Au-delà des limites naturelles comme les crêtes des montagnes et les fleuves (dans notre cas la Loire fixait, déjà en 876, la limite entre les diocèses d’Auxerre et de Bourges), il n’existait pas de bornage qui ait survécu jusqu’à nos jours. C’est pour cette raison qu’essayer de dessiner les limites en traçant une ligne qui passe par des points donnés au milieu d’une forêt ou d’une campagne ne correspond pas à la réalité historique, notamment pour les périodes les plus anciennes pour lesquelles rien ne dit que la notion de limite linéaire était opérante. Nous avons donc choisi, pour résoudre ce problème de validité dans la restitution des limites, de créer des zones tampons à l’intérieur desquelles se situent avec la plus grande probabilité les limites des diocèses.

Pour positionner ces zones tampons, nous avons dessiné un fichier polygonal entre les diocèses, ayant pour sommets les lieux de culte les plus externes de chaque diocèse. Pour automatiser la création de la zone tampon, nous avons utilisé la fonction de l’enveloppe concave. Une enveloppe concave est la surface minimale contenant tous les points qui sont positionné sur le territoire (Fig. 5). Nous avons appliqué cette fonction à chaque diocèse afin d’identifier la portion de territoire qui se trouve entre les deux surfaces et qui correspond à notre zone tampon.

Figure 5 : enveloppes concaves réalisées autour des points des lieux de culte des diocèses d'Auxerre et d'Autun.
Figure 5 : enveloppes concaves réalisées autour des points des lieux de culte des diocèses d’Auxerre et d’Autun.

Dans l’exemple donné, il est ainsi impossible de savoir précisément où passe la limite entre les diocèses de Autun et d’Auxerre. Plutôt que de trancher arbitrairement, la zone tampon permet de tracer un zonage de contact (Fig. 6).

Figure 6 : Zone tampon entre XIIIe et XIVe siècle entre le diocèse d'Auxerre et le diocèse d’Autun
Figure 6 : Zone tampon entre XIIIe et XIVe siècle entre le diocèse d’Auxerre et le diocèse d’Autun

C’est donc à l’intérieur de cette zone que, selon toute probabilité, ont fluctué les limites des diocèses. La largeur de la zone tampon est liée à la typologie du territoire, ainsi qu’à la concentration des lieux de culte ; le long de la Loire, par exemple, les zones tampons sont plus étroites que celles que l’on retrouve dans les régions boisées. En recréant ces zones tampons pour toutes les périodes, nous avons pu les comparer afin de mettre en évidence les variations des limites de diocèses pendant le laps de temps étudié (Fig. 7).

Figure 7 : Superposition des zones tampons entre le diocèse d'Auxerre et le diocèse de Autun (XIIIe et XIVe siècles)
Figure 7 : Superposition des zones tampons entre le diocèse d’Auxerre et le diocèse de Autun (XIIIe et XIVe siècles)

Ensuite, on comparera ces zones avec les limites obtenues en utilisant la méthode du polygone de Thiessen et les limites des communes actuelles.

La méthodologie des polygones de Thiessen a été déjà utilisée pour reconstituer le tissu du maillage paroissial en Touraine (Pascal Chareille, Xavier Rodier, Elisabeth Zadora-Rio. L’analyse des transformations du maillage paroissial et communal en Touraine à l’aide d’un SIG. Histoire & Mesure, EHESS, 2004, XIX (3/4), pp.317-343)

Toutes ces données seront mises à disposition en libre format sur la plateforme SIG du projet Col&Mon.