Charroux : quand l’abbaye occulte le réseau monastique

Les journées d’études organisées par Col&Mon en décembre 2017 ont été l’occasion d’une riche discussion à partir d’une recherche en cours sur les dépendances de l’abbaye de Charroux. La présentation portait plus précisément sur une étude destinée à renseigner la base de données Monastères, dans le cadre d’un projet financé par la chaire monastique Aquitania monastica de Cécile Treffort.
Charroux est une abbaye née à la fin du VIIIe siècle par la volonté de Roger, comte de Limoges, et de son épouse Euphrasie, fille de comte d’Auvergne1. Détaillée dans leur testament, cette fondation de douze moines est placée sous la protection de Charlemagne et devient rapidement l’un des plus importants monastères d’Aquitaine. De nombreuses recherches ont à juste titre été consacrées à son histoire, son architecture (conservée et enfouie) et surtout à ses vestiges matériels (sculptures, inscriptions, reliquaires)2. Dès le XIe siècle, l’abbaye dispose également d’un impressionnant réseau de plus de 200 dépendances dont l’étude n’a pourtant qu’été ébauchée.

Décor de l’abbatiale de Charroux (cliché : Charpentier 1961 – Photothèque CESCM)

Le renseignement de la base de données Monastères nécessite la consultation non seulement des synthèses publiées, mais aussi un retour aux sources. Pour des raisons de faisabilité, les recherches ont été limitées à la documentation publiée. On dispose pour ce faire de l’ouvrage édité par Charles de Monsabert dès 19103. L’érudit y a rassemblé les rares sources conservées aux archives départementales de la Vienne, quelques documents publiés par ailleurs, et surtout la considérable œuvre de copie menée par dom Fonteneau (1705-1780) à partir de manuscrits aujourd’hui disparus.
La recherche en cours confirme en premier lieu l’importance de la base de données Monastères pour renouveler les connaissances et l’attention portée à la terminologie médiévale relative aux communautés religieuses. Dans le cas de Charroux, le vocable abbatia apparaît dès l’origine, mais il n’est enrichi par le terme de monasterium qu’au XIe siècle et il faut attendre 1220 pour que soit mentionné un prioratum. Avant le XIIIe siècle, la reconnaissance du statut de prieuré parmi les simples églises reste ainsi souvent impossible, surtout lorsqu’elles sont mentionnées avec des dépendances (ecclesia cum pertinencis suis) qui peuvent n’être qu’agricoles. La confusion est d’autant plus grande que dom Fonteneau a établi une liste des établissements liés à Charroux, en distinguant les églises des prieurés, mais à partir de manuscrits en partie disparus. Or cet inventaire de 70 communautés associées se réduit à une bonne vingtaine si l’on vérifie précisément dans la documentation disponible. Faut-il dès lors faire confiance à l’érudit ? La réponse affirmative ne résout pas entièrement le problème, puisqu’elle n’éclaire pas la chronologie de la création des prieurés et ne permet donc pas de comprendre les phénomènes sous-jacents à la structuration du réseau…
La question des logiques d’implantation, au cœur de la rencontre de décembre, est encore difficile à aborder. Concernant Charroux, les premiers obstacles apparaissent dès la lecture de la documentation : les sources les plus anciennes étant presque exclusivement des récapitulatifs de possessions, les contextes précis de fondation sont généralement perdus. Les exceptions documentées sont très éloignées de l’abbaye-mère. A. E. Verhultst a en effet bien étudié l’implantation des communautés dépendantes du diocèse de Thérouanne (actuel département du Pas-de-Calais) à la fin du XIe siècle4. Il semble que pour trois sites (Ham-en-Artois, Andres et La Beuvrière), une émulation entre aristocrates ayant fait halte à Charroux lors d’un pèlerinage à Compostelle ait été décisive. Le contexte est différent pour la refondation du monastère de Bardney, dans le diocèse de Lincoln. Pour ce site prestigieux de l’époque carolingienne refondé en 1087 par les moines de Charroux, à l’initiative de Gilbert de Gant, la logique est différente : il s’agirait, selon l’analyse de George Beech et l’expression de Jacques Beauroy, de l’un des premiers exemples de la « conquête cléricale de l’Angleterre » venant stabiliser les succès militaires continentaux5.
En parallèle des sources textuelles, d’autres facteurs déterminant la localisation des sites doivent être pris en compte. Florence Bougnoteau a ainsi, dès 1995, tenté une analyse cartographique pour mettre en évidence l’éventuelle corrélation entre l’implantation des prieurés de Charroux et différents éléments, comme le réseau hydrographique, les routes antiques, les chemins de pèlerinage, etc6. Plus récemment, une étude de Sylvie Refalo Dinet a mis en évidence l’implantation préférentielle des communautés religieuses dépendant d’abbayes-mères poitevines d’une part près du littoral charentais, et d’autre part dans les confins entre le diocèse d’Angoulême et celui de Poitiers7. La compréhension de la géographie politique est également primordiale, notamment pour une abbaye comme Charroux fondée par un comte de Limoges et protégée par le roi des Francs, dans un lieu qui devient en outre au XIe-XIIe siècle capitale du comte de la Marche.
La base de données Monastères est un outil parfait pour reprendre à son fondement un sujet aussi étudié que l’abbaye de Charroux. Qu’on ne s’y trompe pas : renseigner avec précision la multitude des champs qui la compose nécessite au moins autant de temps de préparation (sinon plus) qu’un article scientifique consacré au même sujet. Elle impose en effet une rigueur systématique dans la collecte des données que l’on ne parviendrait probablement pas à maintenir sans elle. On regrettera simplement qu’une démarche aussi chronophage impose une délimitation stricte des sites renseignés aux lieux de résidence de communautés religieuses. Une analyse conjointe des autres types de possessions (églises monastiques simples, biens agricoles…) devra être ajoutée dès que possible pour caractériser plus généralement les aires d’influence des abbayes. Charroux est un exemple de cette nécessité, mais Stéphane Lafaye l’a montré à plus large échelle pour les abbayes clunisiennes d’Aquitaine8.
Par son initiative, Col&Mon porte en tout cas les germes d’un formidable bond de la recherche sur le monachisme médiéval. Avec ses deux bases de données et le développement d’un outil de visualisation cartographique spécifique, il propose en effet de comprendre les logiques d’implantation des communautés religieuses par l’histoire institutionnelle. Ce travail colossal est indispensable et renouvellera en profondeur l’historiographie. Il mérite cependant d’être encore complété, on l’a vu, par une prise en compte de l’histoire économique et politique. Les géomaticiens de Lyon (EVS) intégrés au projet ont ici toute leur importance. Le système d’information géographique spécifique qu’ils modulent actuellement, pour agréger d’autres données historiques géoréférencées, a ainsi de quoi susciter de grands espoirs grâce à un enrichissement des questionnements historiques par l’analyse spatiale et statistique de facteurs multiples.
Il me tarde de mettre en perspective le travail de fourmis nécessaire au renseignement de la base de données Monastères par les outils cartographiques développés dans le cadre de Col&Mon. Rendez-vous donc dans quelques mois pour une histoire de Charroux éclairée par les humanités numériques.

Manon Durier
Ingénieure de recherches – projet Aquitania monastica
Université de Poitiers/CESCM


  1. Jean-François BOYER, Pouvoirs et territoires en Aquitaine du VIIe au Xe siècle : enquête sur l’administration locale, Limoges, Université de Limoges, 2015 (Thèse de doctorat en histoire médiévale).
  2. Voir en dernier lieu : Cécile TREFFORT, « Charlemagne à Charroux : Légendes de fondation, histoire architecturale et création épigraphique », Revue historique du Centre-Ouest, 6 (2007), p. 277-296.
  3. Chartes et documents pour servir à l’histoire de l’abbaye de Charroux, dom P. DE MONSABERT (éd.), Poitiers, Société des Archives historiques du Poitou, 1910 (AHP, 39).
  4. Aadrian VERHULTST, « La fondation des dépendances de l’abbaye poitevine de Charroux dans le diocèse de Thérouanne : Andres, Ham et La Beuvrière », Le Moyen Âge, 69 (1963), p. 169-189.
  5. Georges BEECH, « Aquitanians and Flemings in the Refoundation of Bardney Abbey (Lincolnshire) in the later Eleventh Century », The Haskins Society Journal, I (1989), p. 73-99.
  6. Florence BOUGNOTEAU, Les prieurés et les églises dépendant de l’abbaye Saint-Sauveur de Charroux dans les anciens diocèses de Poitiers, Saintes et Angoulême, Poitiers, Université de Poitiers, 1995 (Mémoire de D.E.A. en histoire médiévale).
  7. Sylvie REFALO DINET, « Comtes, moines et aristocrates : les prieurés charentais des abbayes poitevines (Xe-XIe siècle) », Monastères entre Loire et Charente, Pascale BRUDY, Cécile TREFFORT (dirs.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 41-50, p. 42.
  8. Stéphane LAFAYE, Les monastères de Cluny en Aquitaine (XIe-XIIe siècle). Essai de topographie monastique, 3 vol., Paris, EPHE, 2012 (Thèse de doctorat en histoire médiévale).

Renseigner une base de données  sur les monastères : le cas de l’abbaye Saint-Étienne de Baignes (Charente)

Les journées d’étude organisées à Limoges par l’ANR Col&Mon les 15-16 décembre 2017 sous la houlette d’Anne Massoni et Noëlle Deflou-Leca ont été l’occasion de présenter une recherche en cours sur le réseau monastique de l’abbaye Saint-Étienne de Baignes. Celle-ci est effectuée dans le cadre du projet de la chaire monastique Aquitania monastica dirigée par Cécile Treffort (CESCM-université de Poitiers) autour de l’implantation monastique en Aquitaine du Nord et financée par la région Nouvelle-Aquitaine (2016-2019). La discussion a porté sur la façon de remplir la base de données Monastères et des questionnements qui découlaient de cet exemple concret.

Renouvellement de notre approche historique au prisme de la base Monastères

La base Monastères est un outil permettant d’extraire – et par là même de mettre en valeur – un certain nombre de données historiques relatives à un site. Les différents champs à remplir (plus d’une vingtaine) se divisent en quatre thématiques autour :

  • de l’identité générale du site étudié (vocable, type de communauté) et sa localisation géographique et ecclésiastique
  • la chronologie (première date d’attestation, consécration) et les différents statuts du monastère entre la première occupation du site et sa disparition
  • la vie régulière et l’observance (règles observées, coutumier adopté, saints vénérés)
  • l’archéologie et l’architecture du site (connaissance des bâtiments conservés ou fouillés).

Si, à première vue, l’alimentation de cette base paraît simple et rapide, la réalité est tout autre. Elle nécessite en effet la reprise complète du dossier historiographique et historique de Baignes avec un angle de vue totalement nouveau.

Saint-Étienne de Baignes, située dans le département de la Charente, est une des plus anciennes abbayes de Saintonge avec celles de Saint-Jean-d’Angély (17) et Saint-Liguaire (79). Elle faisait partie de l’ancien diocèse de Saintes jusqu’en 1801, date à laquelle elle a été rattachée à celui d’Angoulême. Plusieurs recherches ont été consacrées à son histoire1, particulièrement à son cartulaire édité dès le xixe siècle par l’abbé Cholet2. Daté de la fin du xiie siècle, il conserve près de 549 chartes dont la plus ancienne remonterait à 996 et la plus récente à 1247. Les vestiges architecturaux de l’église encore en élévation ont également fait l’objet de quelques travaux universitaires3. Plus récemment, les aspects archéologiques, avec notamment une prospection géophysique au sud de l’église, ont permis de dresser quelques pistes de réflexions sur l’emplacement des bâtiments communautaires4. Malgré tout, aucune synthèse sur cet établissement n’existe et personne ne s’est intéressé, jusqu’à ce jour, au réseau de dépendances de l’abbaye.

Le dépouillement du cartulaire a permis de répondre à un certain nombre de questions concernant la chronologie et les divers statuts du monastère. Toutefois, la date de première attestation de l’établissement n’est pas assurée : la légende la ferait remonter à Charlemagne en 769 (d’après la chronique dite Saintongeaise, du pseudo-Turpin datant du xiiie siècle5). Si le contexte des origines de l’abbaye reste flou, une première preuve de vie monastique se rencontre entre 996 et 1031, avec la mention de plusieurs moines impliquant la présence d’un établissement gouverné par un abbé dont on ignore cependant le nom. Entre 1032 et 1036, apparaît un certain Adémar élu alors abbé de Baignes. Puis le 15 mai 1063-1064, l’église est consacrée, ce qui suppose sa reconstruction ou une partie de celle-ci. L’abbaye, dès le départ, suit la règle de saint Benoît comme plusieurs chartes le rappellent. L’établissement apparaît sous différentes désignations au fil des documents. Nous rencontrons à la fois monasterium, ecclesia, basilica, congregatio ou cenobium sans qu’aucun de ces termes n’apparaisse plus important l’un que l’autre.

Abbaye Saint-Étienne de Baignes (16)- Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel (P. Moisdon – 2014) 6

Le cartulaire nous renseigne également sur une période de conflit entre les abbayes de Baignes et de Cluny entre la fin du xie siècle et le début du xiie siècle. De premières oppositions apparaissent dès 1097 à la mort de l’abbé Gislemond où l’abbaye est confiée à Cluny, mais finalement cette dernière y renonce. Entre 1109 et 1112, les moines de Baignes traversent une nouvelle étape difficile où l’établissement, sous l’impulsion d’un ou plusieurs religieux du monastère Saint-Eutrope de Saintes, est à nouveau donné à Cluny (confirmation de la donation en 1110 par Pierre II, évêque d’Angoulême). Après deux voyages à Rome et plusieurs conciles, l’abbaye retrouve son indépendance en 1112. Ce contexte conflictuel a fourni l’occasion, dans ces journées d’étude, d’évoquer la difficulté d’intégrer dans la base de données ces moments où l’abbaye se retrouve entre deux eaux d’un point de vue statutaire, entre indépendance d’une part et rattachement à l’abbaye de Cluny, d’autre part. Même si les champs libres permettent d’expliquer cette situation, la question a porté sur la façon dont la cartographie pourrait faire apparaître cette information. D’autant que cette problématique est loin d’être propre à l’abbaye charentaise et se rencontre souvent ailleurs pour cette période

Réseau et logiques d’implantation

Pour étudier le réseau monastique de Baignes, deux chartes du cartulaire retiennent particulièrement notre attention. La première est celle de Pierre III de Confolens, évêque de Saintes, de 1121 (ch. 2) qui dresse une liste de 35 églises dépendantes de l’abbaye. La seconde est une bulle du pape Grégoire IX, du 1er avril 1232 (ch. 550). La liste des églises est passée à 53. On se heurte ici à un problème essentiel, celui de la terminologie et de la fonction de ces documents. En effet, la porosité du terme ecclesia, pouvant désigner à la fois une église paroissiale et une église dépendante d’un monastère doit être soulignée. Il faut alors faire une recherche minutieuse dans les index et l’ensemble du cartulaire pour trouver des témoignages de prieurés. Le terme prioratus n’apparaît nulle part (même après 1179 où il est officialisé à Latran III) ; en revanche ceux de prior, monachus ou capitulum sont des indices précieux indiquant que nous sommes là en présence d’une communauté de frères et donc par voie de conséquence d’une dépendance monastique. Au total, nous avons, pour l’instant, comptabilisé une vingtaine de prieurés pour les xie-xiie siècles. La plupart de ces implantations sont concentrées dans le diocèse même (environ 40). Les moines de Baignes n’hésitent pas cependant à aller au-delà des limites dans les diocèses voisins d’Angoulême (2), Périgueux (5) et Bordeaux (3), l’ensemble des dépendances se concentrent dans un rayon de 40-60 km autour de l’abbaye. La plupart des donations, d’après le cartulaire, sont faites dans le 3e quart du xie siècle avec un total de 38 (églises et prieurés confondus) ; au xiie siècle, seules 6 sont mentionnées. Tout le temporel de l’abbaye semble donc être mis en place au cours du xie siècle. Les cartes répertoriant ces sites, actuellement disponibles sur internet, soulèvent un problème évoqué lors de notre rencontre : celui de la juxtaposition de données relevant de périodes chronologiques différentes. Pour pallier ce problème, les outils cartographiques développés dans le cadre de Col&Mon permettront à terme de faire apparaître les prieurés dans l’ordre chronologique de fondation.

La localisation de Baignes et de ses dépendances dans une zone de marge entre plusieurs diocèses mais également entre deux comtés, celui d’Angoulême et celui de Saintonge est à prendre en considération. La présence seigneuriale en place à cette époque favorise largement l’abbaye par divers dons et un certain nombre de privilèges. Le lien avec les seigneurs locaux est particulièrement important. À 2 km au nord de l’abbaye se trouve le château de Montauzier dont il ne reste aujourd’hui que deux tours (le manoir de l’abbé Michon ayant été construit en son centre). Le seigneur du site au xie siècle est Arnaud de Montausier, fils de Geoffroy comte d’Angoulême. On peut penser qu’il y avait ici un pôle de pouvoir important avec un castrum lié aux comtes d’Angoulême (et à leur protection). Le cartulaire garde le témoignage de plusieurs autres grands seigneurs ayant favorisé l’abbaye comme ceux d’Archiac, Jonzac, Montguyon, Montlieu-la-Garde ou encore Barbezieux, dont les territoires correspondent à l’aire d’influence de l’abbaye. L’abbaye de Baignes, par sa position stratégique entre le Poitou, l’Angoumois, le Périgord et le Bordelais, devient alors un enjeu d’occupation du territoire aux côtés de prieurés voisins dépendants de l’abbaye clunisienne tels que Barbezieux (16) ou encore Saint-Eutrope de Saintes (17).

Par la multitude des champs à remplir, la base Monastères oblige à se poser un certain nombre de questions et à relire les sources à disposition avec un regard nouveau. Les premiers résultats autour de l’abbaye de Baignes semblent prometteurs pour la suite des recherches. Tout l’intérêt d’un tel outil de travail pour le chercheur réside dans la façon dont il nous permet de renouveler notre approche des réseaux monastiques sur nos territoires.

Pascale Brudy

Ingénieure de recherches – projet Aquitania monastica

Université de Poitiers/CESCM


  1. C. Hubert, « Le légat Gérard d’Angoulême et la résistance de l’abbaye de Baignes à la centralisation clunisienne », Mélanges offerts à René Crozet à l’occasion de son 60e anniversaire, éd. P. Gallais et Y.-J. Riou, Poitiers, Société d’études médiévales, 1966, t. I, p. 515-521 ; R. Favreau, « La région de Barbezieux au Moyen Âge », Regards sur Barbezieux et sa région, catalogue d’exposition, 1983, p. 18-31 ; S. Lafaye, Les monastères de Cluny en Aquitaine (xie – xiiie siècles). Essai de topographie monastique, thèse de doctorat, 3 t., EPHE, 2012.
  2. Cartulaire de l’abbaye de Saint-Étienne de Baignes (en Saintonge), éd. A. Cholet, Niort, 1868.
  3. M. Ortiz, Les débuts de l’architecture religieuse gothique et l’introduction du gothique du nord dans le diocèse d’Angoulême (fin xiie – début xve siècle), thèse de doctorat, Université de Bordeaux III, 2000 et A. Mespoulede, Étude sur l’abbaye Saint-Étienne de Baignes, mémoire de maîtrise, Université de Bordeaux, 2002-2003.
  4. M. Chaillou, « Baignes-Sainte-Radegonde ˗ Abbaye Saint-Étienne, chapelle de la Vierge », ADLFI. Archéologie de la France˗ Informations, Poitou-Charentes, 2008 [En ligne] mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 08 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/931.
  5. C. Meredith-Jones, Historia Karoli Magni et Rotholandi ou Chronique du Pseudo-Turpin, textes revus et publiés d’après 49 manuscrits, Paris, 1936.
  6. Pour consulter le dossier de l’inventaire, voir la base Gertrude