Itinéraires réticulaires et réseaux égocentrés du Xe siècle – Éléments de réflexion pour une comparaison avec le fonctionnement des réseaux monastiques

Isabelle Rosé
Rennes 2, Tempora

Le projet Col&Mon me semble donner au terme de « réseaux » deux sens, qui se juxtaposent : d’une part, le réseau monastique, c’est-à-dire un ensemble d’établissements qui sont liés entre eux de manière institutionnelle ; d’autre part, le réseau ancré dans un espace géographique, une acception que l’on trouve par exemple dans l’expression géographique réseau de villes1.

Dans les recherches que je mène, le terme de « réseaux » renvoie à ce que les réseauistes appellent les réseaux personnels ou égocentrés, qui placent une personne précise au centre de l’étude2. Ce type d’analyse se différencie de l’approche de Col&Mon sur deux plans. Tout d’abord, on se place là dans une perspective individuelle, résolument biographique, centrée sur une personne précise. Par ailleurs, l’approche est sans doute plus sociale et quantitative que géographique (même si j’ai tenté de prendre en compte cette dimension). En effet, la théorisation et l’analyse de ce type de réseaux vient de la sociologie et repose sur des analyses mathématiques qui permettent de mettre au jour les structures de fonctionnement des sociétés.

Je me suis penchée sur cette question dans plusieurs articles, en tentant de reconstituer, puis d’analyser le réseau de relations de deux personnes qui ont vécu entre les dernières décennies du IXe siècle et la première moitié du Xe siècle, dans l’espace qui devient plus tard le royaume de France (et que l’on nomme à l’époque la Francie occidentale). Le premier est Odon de Cluny († 942), un abbé réformateur de nombreux établissements monastiques, sur lequel j’ai fait ma thèse, ce qui me rapproche ainsi de la perspective Col&Mon3. Je me suis ensuite intéressée au cas d’Emma, une nièce et fille de roi, qui devint à son tour reine du royaume des Francs par son mariage avec le souverain Raoul (923-936)4. Ces deux individus ont plusieurs points communs. Tout d’abord, Odon et Emma appartiennent au même milieu social, la haute aristocratie, seule catégorie sur laquelle on ait suffisamment de données à cette époque pour pouvoir travailler de manière quantitative. En outre, ils représentent, chacun à leur manière, des sortes de cas-limites. Avec Odon, on est confronté à un représentant de l’aristocratie monastique, qui se distingue du reste de la noblesse en particulier par le célibat, c’est-à-dire par le refus (institutionnalisé) de l’étape de vie conjugale, qui reste pour les individus laïcs une voie d’accès à de multiples relations sociales. Pour sa part, Emma pose le problème de la présence féminine dans les sources que l’on utilise pour reconstituer des réseaux et permet ainsi de s’interroger sur les limites de la méthode mise au point5.

Il va sans dire que reconstituer des réseaux égocentrés pour cette période, en transposant les méthodes sociologiques, qui plus est de manière quantitative, soulève d’emblée des interrogations. Sur un plan documentaire, comment trouver des données de bonne qualité et en nombre suffisante pour utiliser des méthodes quantitatives ? À un niveau conceptuel et technique, comment tenir compte du facteur temporel (souvent mal pris en considération dans les études égocentrées), une donnée pourtant fondamentale pour parvenir à analyser la transformation des liens sociaux d’une personne ? Enfin, en quoi l’analyse de réseaux permet-elle de cerner certaines évolutions sociales du groupe aristocratique, à une période de transition entre monde carolingien et logiques féodales ?

Pour expliquer ce que j’ai essayé de faire, j’articulerai mon propos en trois temps. Tout d’abord, j’évoquerai les problèmes structurels que pose la période médiévale pour utiliser les méthodes d’analyse des réseaux. Ensuite, j’expliquerai comment j’ai procédé pour reconstituer des réseaux centrés sur des personnes. Enfin, je verrai en quoi « l’itinéraire réticulaire » constitue un outil heuristique.

Problèmes structurels posés par la période médiévale pour reconstituer des réseaux

La période médiévale pose principalement deux problèmes structurels pour la reconstitution des réseaux de manière quantitative6.

Un problème de lacunes documentaires

La période médiévale pose tout d’abord des difficultés en termes de lacunes documentaires : très souvent, ce que l’on trouve pour d’autres périodes n’existe pas dans les sources du haut Moyen Âge. On n’a en effet quasiment pas de séries documentaires, à l’exception des documents royaux et des chartes que l’on a bien conservées à partir du IXe siècle. Il est donc compliqué de mener des analyses de réseaux avant cette date. Une autre difficulté importante est d’ordre prosopographique, en particulier pour identifier les individus. En effet, jusqu’au XIIe siècle, les personnes ne sont connues que par leur prénom, parfois accompagné de titres de noblesse (qui fluctuent de surcroît), ce qui signifie qu’on n’est jamais complètement sûr des identités des individus que l’on trouve. Malgré tout, le problème majeur est de savoir où trouver des traces de liens ou plutôt d’interactions sociales, qui permettent ensuite de passer à une approche quantitative.

Quelles sources privilégier ?

Pour ma part, j’ai privilégié les documents diplomatiques, mais on pourrait mener le même type d’approche à partir de corpus épistolaires. Ce type de document présente des atouts non négligeables. Tout d’abord, ils sont quasiment tous édités et parfois même saisis informatiquement pour le haut Moyen Âge et sont donc d’accès facile. Surtout, la mise par écrit de ces actes faisait l’objet de cérémonies publiques, auxquelles participait l’entourage nobiliaire des personnes directement impliquées, entourage qui signait le document, donnant ainsi lieu à une liste de noms. Ce type de source apparaît donc comme une sorte d’enregistrement de relations entre les hommes, qui sont saisies à travers les signatures au bas des chartes. On a là des listes de personnes présentes à un instant T, au même endroit, et réunies par un même acte social (une donation, une réforme, un échange etc)7. Les chartes permettent alors de coder des liens binaires (ou « liens dyadiques », en langage sociologique, c’est-à-dire un lien entre deux entités), qui sont de même nature. Ces liens sont donc déduits de la cooccurrence sur un même document, mais ils traduisent aussi une réalité sociale qui est l’appartenance à un entourage nobiliaire.

En traitant le cas d’Emma, je me suis toutefois rendue compte que ces documents diplomatiques induisaient des biais, alors que je les pensais relativement “neutres”8.

1) Tout d’abord, les résultats sont extrêmement tributaires de l’état de conservation de la documentation. Quand on travaille sur des laïcs, ils n’apparaissent en effet que s’ils patronnaient un grand établissement religieux et si ce dernier a bien conservé sa documentation, puisqu’on n’a quasiment pas d’archives laïques. Cette dimension apparaît clairement dans la figure 1, quand on compare les réseaux robertiens, c’est-à-dire le milieu d’origine d’Emma (les nœuds bleus, qui sont reconstitués essentiellement à partir de la documentation de la puissante abbaye de Saint-Martin de Tours), et ceux de la famille de son époux, les Bosonides de Bourgogne (les nœuds roses, qui ne contrôlaient que des monastères de moindre envergure qui ont transmis une documentation très lacunaire), beaucoup moins denses.

2) Le fait d’utiliser à la fois des chartes (où on peut avoir jusqu’à une trentaine de témoins) et des diplômes royaux (avec généralement trois personnes comme souscripteurs) influe fortement sur la structure du réseau. On pourrait ainsi déduire à tort qu’un comte (qui n’émet que des chartes) est plus puissant, en termes relationnels, qu’un roi (auteur de diplômes), parce que les chartes induisent automatiquement davantage de liens avec plus de personnes9.

3) En outre, la documentation diplomatique n’enregistre en fait pas tous les acteurs qui interviennent dans la procédure dont la charte transmet une trace. En particulier, les femmes n’apparaissent que lorsqu’elles sont veuves ou que leur dot est en jeu.

4) Enfin, la comparaison des cas d’Odon et d’Emma met en lumière à quel point la reconstitution de réseau s’assèche quand on est privé d’une forme de récit biographique. En particulier, la période de l’enfance est quasiment hors de portée : alors que, pour Odon, il existe un récit hagiographique qui évoque sa formation aristocratique, on ne dispose d’aucune source narrative pour Emma et on en ignore donc tout.

Les biais de la documentation dans le graphe complet d'Emma (chartes seulement)
Figure 1. Les biais de la documentation dans le graphe complet d’Emma (chartes seulement)

C’est pour cette raison qu’il peut être également intéressant d’intégrer les données de certaines sources narratives qui évoquent beaucoup de liens, telles les annales/chroniques, ce que j’ai fait avec Emma en codant les Annales de Flodoard. Même si ces documents posent de multiples problèmes, ils permettent de complexifier la typologie des liens entre les personnes par rapport aux chartes, en particulier parce qu’ils mentionnent des conflits10.

La notion de « réseau égocentré » est-elle pertinente ?

Sur un plan plus épistémologique, on peut se demander si la notion de « réseau égocentré » est pertinente pour un historien médiéviste. Il convient tout d’abord de préciser ce que les sociologues entendent par là. Le « réseau égocentré » se distingue d’une autre notion, le « réseau complet », qui entend restituer l’ensemble des liens entre plusieurs entités, considérées toutes sur un même plan au départ (c’est sans doute ce dont se rapproche le plus la perspective de Col&Mon). Avec le réseau complet, on est dans une perspective d’approche structurale, c’est-à-dire que l’on cherche à identifier quelles entités émergent dans un groupe déterminé, qui est lié à qui, quelle est la forme globale des liens, etc. Pour sa part, le « réseau égocentré » est un ensemble qui résulte de l’emboîtement de trois entités : tout d’abord, une personne au centre de l’étude (« ego ») ; ensuite, plusieurs personnes qui sont en liens directs avec ego (les « alter ») ; enfin, les liens que ces alter entretiennent les uns avec les autres sans dépendre d’ego, y compris avec d’autres individus qui ne sont pas directement reliés à la personne centrale.

Le concept de « réseau égocentré » appelle deux types de considérations. Tout d’abord, cette notion n’a pas été pensée, à l’origine, dans une perspective dynamique et elle ne permet donc pas en soi de tenir compte de l’évolution des relations sociales d’une personne. Alors que la question de la construction et de la déconstruction des liens qui forment le réseau d’une personne a fait l’objet de travaux importants chez plusieurs sociologues11, elle n’a pas vraiment intéressé les historiens qui, lorsqu’ils reconstituent un réseau personnel, se focalisent plutôt sur son ampleur. En outre, la perspective égocentrée – du moins telle qu’elle a d’abord été formalisée par les sociologues pour le monde contemporain – repose sur la notion d’« individu » qui peut sembler anachronique à des médiévistes. En effet, jusqu’au XIIIe siècle, les personnes ne se définissent que par leur appartenance à des groupes, successifs ou simultanés (la parenté, la participation à l’entourage d’un autre noble, l’entrée en vassalité, le fait d’être moines dans une même abbaye, etc.). On peut souligner que cette dimension d’appartenance au groupe dans la définition des individus est actuellement au centre de plusieurs travaux sociologiques qui insistent désormais sur la pluralité des formes de socialisations, ce qui rejoint les approches des médiévistes12.

Ces considérations m’ont donc conduite à faire évoluer le concept de « réseau égocentré », autour d’une nouvelle notion que je propose : l’itinéraire réticulaire. Il s’agit bien de centrer l’étude sur une personne (qui sera toujours insérée dans un groupe), pour la resituer au sein de la société aristocratique et voir comment elle y évolue au fil du temps. C’est cette focalisation sur l’individu qui permet d’explorer les modes de fonctionnement de la société, en tenant toujours compte du facteur diachronique : les modalités d’appartenance aux groupes (que l’on peut considérer comme des réseaux intermédiaires) ; la capacité ou pas à passer d’un groupe à l’autre ; l’aptitude à entretenir des liens avec différents groupes ; la mise à profit de la continuité des relations, etc. On reconstitue et on étudie donc l’itinéraire ou la trajectoire d’une personne au sein de réseaux (au pluriel), et pas un unique réseau personnel.

Comment faire concrètement pour reconstituer ces itinéraires réticulaires, de manière quantitative, pour l’époque médiévale ?

Démarche mise en œuvre pour reconstituer des itinéraires réticulaires

Pour traiter la documentation, j’ai mis au point un tableur très simple sous Excel®, dont le principe est de constituer un répertoire de liens entre deux personnes, « Nom 1 » et « Nom 2 ». À partir de cette structure basique, chaque lien est ensuite défini et enrichi par des attributs qui répondent à des impératifs méthodologiques.

Cinq impératifs méthodologiques

    • Le premier impératif était de bien différencier la nature des liens, afin de comprendre les modalités d’insertion des individus dans les réseaux intermédiaires. Le lien le plus fréquent, qui résulte essentiellement de la cooccurrence dans les chartes, est ce que j’appelle une interaction, c’est-à-dire un lien ponctuel et éphémère. Comme on l’a vu précédemment, si l’on tient compte des sources narratives, on peut aussi compter des oppositions. J’ai également intégré, en m’appuyant sur la bibliographie, des liens plus durables, que j’appelle des relations et qui relèvent surtout de la parenté. Toutefois, il y a là un risque d’anachronisme, parce que la parenté se structurait de manière très différente au haut Moyen Âge, puisqu’on reconnaissait comme « parents » des cousins très éloignés ou ses amis. Les catégories ont donc été affinées entre l’étude sur Odon et celle sur Emma, en distinguant davantage les cercles de la parenté13. La question de la nature des liens permet ainsi de réfléchir à la nature des réseaux que l’on reconstitue avec cette méthode. On a, d’une part, un réseau « actif » qui est concrétisé par des liens éphémères, attestés d’une part par les chartes, et d’autre part par les interactions et oppositions évoquées dans les chroniques. Il existe d’autre part un réseau « dormant »/potentiel, fondé sur les diverses formes de parenté et sur la fidélité (qui peut ou pas se concrétiser).
    • Le deuxième impératif consistait à bien distinguer le genre de source qui atteste les liens. En effet, les documents médiévaux sont très typés, ce qui signifie que les configurations sociales qu’ils attestent n’ont pas le même sens, selon qu’elles émanent de sources narratives ou de chartes. Les sources historiques donnent en effet à voir surtout les relations de soumission ou de rébellion à la personne royale et à l’ordre qu’elle incarne. En revanche, les réseaux documentés par les chartes sont une expression d’un lien fort et véhiculé par la terre entre le donateur, son entourage et les destinataires des actes. En distinguant les types de sources, on aboutit ainsi à des versions parfois complémentaires, parfois antagonistes des liens sociaux.
    • Il fallait également prendre en compte le temps pour restituer l’évolution des configurations réticulaires, c’est-à-dire qu’il a fallu dater les liens. Je me suis rendue compte qu’une date unique ne convenait pas, notamment pour les liens durables, et qu’il fallait donc attribuer à chaque lien une date de début et une date de fin. Pour les interactions, j’ai établi le postulat que chaque lien attesté dans une charte durait un an : il commence donc en N et prend fin en N+1 (mais on peut aussi le faire durer un an strictement). En revanche, toute relation de parenté commence avec le début de la relation (naissance, mariage, fosterage, oblation) et se termine avec la mort de l’un des deux.
    • Le quatrième critère était de prendre en considération l’intensité des relations, en comptabilisant le nombre de liens parallèles entre Nom 1 et Nom 2 (en valuant les liens), et éventuellement en le représentant sur les graphes par un trait plus épais.
    • Le dernier critère était de considérer les institutions religieuses comme des personnes, par exemple en codant qu’une donation était faite à Odon et au monastère de Cluny14. Cela permet de restituer l’idée que les institutions s’identifiaient aux saints dont elles détenaient les reliques, mais aussi de voir le rôle que peuvent jouer ces institutions dans la structure d’un réseau intermédiaire. Une fois ces critères définis, il a fallu sélectionner des documents.

Le corpus

Il était en effet nécessaire de déterminer où commencer et surtout où arrêter le réseau, c’est-à-dire définir le corpus où trouver les données. Pour ce faire, j’ai suivi deux principes : j’ai limité la saisie à la vie de la personne au centre de l’étude ; je n’ai pas limité la saisie aux documents où Ego apparaissait, puisqu’il s’agissait de l’appréhender dans son évolution au sein de divers sous-réseaux.

Comme Emma se définissait, à l’instar de toutes les femmes nobles, comme un élément des stratégies d’alliance inter-nobiliaire, j’ai élargi mon corpus par cercles concentriques : d’abord tous les documents diplomatiques où Emma apparaissait, mais aussi toutes les chartes où apparaissait au moins un membre de son entourage familial proche, en ligne masculine15. Au sein de ce dernier, j’ai inclus tous ses parents de la famille des Robertiens (parenté par le sang), puis tous les parents par le sang de son époux, le bosonide Raoul de Bourgogne (parenté par alliance). En codant cela (figure 2), j’ai donc reconstitué l’itinéraire réticulaire d’Emma au sein de sa parenté, par le sang et par l’alliance, au miroir de la documentation diplomatique (et j’ai suivi les mêmes critères en parallèle pour les Annales de Flodoard).

Figure 2. La constitution du corpus diplomatique pour Emma
Figure 2. La constitution du corpus diplomatique pour Emma

La saisie informatique

Concrètement, en termes de saisie informatique, voici les étapes que j’ai suivies.

1) Saisie de chaque document diplomatique dans le tableur, en précisant, pour chaque lien, sa nature (en D), le type de source qui l’atteste (en E), sa date de début et de fin (en F et G), enfin le lieu du lien (que je n’ai pas exploité ici, en I)16. En tout, on a 2816 liens de toutes sortes pour la vie d’Emma (figure 3)17.

Figure 3. Extrait de la table "Liens" de la base Emma
Figure 3. Extrait de la table « Liens » de la base Emma

2) Les informations sur les personnes sont reportées sur une autre feuille, distinguant sexe, groupe social et espace géographique d’action (figure 4). En tout, on aboutit à 305 « personnes » pour l’ensemble de la vie d’Emma.

Figure 4. Extrait de la table "Personnes" dans la base Emma
Figure 4. Extrait de la table « Personnes » dans la base Emma

3) Ensuite, on passe à l’exploitation des données par un logiciel de réseaux. Les feuilles Excel® sont transformées en fichiers .vna pour une prise en charge par Netdraw® pour les graphes. Pour y voir plus clair, j’ai attribué des couleurs aux liens, en fonction de leur nature : noir pour les interactions, vert pour les oppositions et d’autres couleurs pour les différents types de parenté. J’ai attribué aussi des formes aux nœuds, pour les fonctions des personnes. Enfin, j’ai joué sur les couleurs des nœuds pour la situation géographique des personnes. On aboutit alors à plusieurs graphes généraux possibles : à partir des liens attestés seulement par les chartes pour l’ensemble de la vie d’Emma (figure 5), à partir des seuls liens attestés par Flodoard (entre 919, le début de sa chronique, et 934, date de la mort d’Emma), ou encore à partir de tous les liens (chartes + Annales de Flodoard) sur la période couverte par les deux sources (919-934)18.

Figure 5. Graphe général représentant le réseau d'Emma à partir des chartes (890-934)
Figure 5. Graphe général représentant le réseau d’Emma à partir des chartes (890-934)

4) Pour mettre en œuvre l’itinéraire réticulaire, je n’ai pas privilégié l’étude de ces graphes généraux qui écrasent la diachronie, mais j’ai travaillé sur l’évolution des graphes annuels. Un graphe est ainsi enregistré pour chaque année en .jpeg, sans bouger les nœuds (figure 6). Ensuite, les graphes sont mis bout à bout sur Powerpoint®, de manière à obtenir un film19. C’est cela qui permet de donner une dynamique à l’analyse de réseau, pour percevoir les recompositions et les ruptures dans la vie de quelqu’un, bref, pour s’approprier l’outil d’analyse d’un point de vue historique.

Figure 6. Enregistrement de graphes annuels en .jpeg pour l'itinéraire réticulaire d’Emma
Figure 6. Enregistrement de graphes annuels en .jpeg pour l’itinéraire réticulaire d’Emma

En quoi « l’itinéraire réticulaire » constitue-t-il un outil heuristique ?

L’analyse de réseau apparaît tout d’abord comme une piste fructueuse pour enrichir la biographie d’une personne donnée. En mettant en relation des documents par le tableur, l’itinéraire réticulaire permet en effet d’observer et de décompter des liens pour répondre à l’interrogation suivante : avec quel(s) groupe(s) un individu entretient-il des liens récurrents et pendant combien de temps ? Le but est de percevoir ainsi des tendances et des ruptures dans la vie d’Odon ou surtout d’Emma (dont on ne savait quasiment rien), et de réfléchir en termes de phases biographiques. Ainsi, au cours d’une première phase, entre 890 et 914, Emma ne se relie au reste de la noblesse que par des liens de filiation, tandis que son milieu d’origine (robertien, en bleu) et le milieu de son futur époux (bosonide, en rose) apparaissent comme totalement hermétiques l’un à l’autre. Dans une deuxième phase, entre 915 et 922, on assiste à un rapprochement des deux milieux familiaux, par l’instauration de liens directs qui apparaissent comme des stratégies de pouvoir. Ces changements permettent dès lors de dater le mariage d’Emma avec Raoul vers 915, en tant qu’élément probable de rapprochement des deux groupes nobiliaires. Enfin, de 923 à 934, les liens strictement familiaux d’Emma se doublent désormais d’un réseau actif, concrétisé par des interactions dont elle est actrice (elle est en effet citée dans des actes diplomatiques, mais aussi pour des interventions militaires attestées par Flodoard). Sur le plan strictement biographique, l’approche est donc créatrice de savoir.

L’itinéraire réticulaire met également en lumière des dynamiques sociales et répond à des questionnements relatifs à l’histoire du pouvoir au tournant du Xe siècle. Les études de réseaux permettent tout d’abord de réfléchir en termes de causalité. Par exemple, l’étude sur Odon a montré comment un multi-abbatiat, notamment dans sa dimension géographique, s’expliquait par la capacité d’un abbé à réactiver des liens tissés parfois très longtemps auparavant. De même, le dossier sur Emma a mis en valeur comment son époux, le roi Raoul, qui avait très peu de chances objectives d’arriver au pouvoir, y parvint en articulant des réseaux complexes. Les études de réseaux offrent en outre la possibilité de réfléchir aux évolutions sociales. J’ai pu remarquer, par exemple, que les liens se tissaient avant tout entre voisins géographiques, indice d’un ancrage local plus fort de la noblesse. J’ai aussi pu confirmer, par plusieurs arguments et des calculs sur le cas d’Emma, que le statut de reine émergeait bien au Xe siècle20. L’itinéraire réticulaire permet enfin de confronter très finement (pour une même année) des liens divers, reconstitués à partir de sources différentes, et de comprendre leur logique. J’ai ainsi mis en évidence qu’Emma tissait des liens précisément là ou bien au moment où son époux ne le faisait pas. Cela signifie que chacun des membres du couple royal se rattachaient à des réseaux intermédiaires hermétiques, qui leur permettaient d’intervenir au même moment sur des terrains géographiquement éloignés. Ce constat permet de poser l’hypothèse que la montée en puissance du statut de reine fut l’une des stratégies mises en place pour compenser les difficultés qu’avait désormais le souverain à se faire reconnaître comme tel par l’ensemble de ses vassaux.

On peut toutefois s’interroger sur le degré de représentativité de ces itinéraires réticulaires pour comprendre le fonctionnement de la société médiévale à un moment précis, alors que je les ai moi-même définis comme des cas-limites. On parvient néanmoins bien à plusieurs constats similaires qui éclairent les rouages de la société, notamment en termes de trajectoires de vie, à partir de cas aussi différents que le sont Emma et Odon.

1) On observe ainsi l’importance stratégique de l’enfance et de l’adolescence, comme matrice des relations sociales ultérieures. C’est visiblement là, notamment pour les hommes, que se tissent des liens relevant de la parenté construite qui influent sur la suite du parcours de vie.

2) Il existe par ailleurs diverses voies pour construire une position de pouvoir. Ainsi, celle d’Odon découle de sa double aptitude à se construire un réseau personnel étendu dont il est le centre et à réactiver des relations anciennes avec des personnes qui lui confient des établissements. Quant à Emma, son influence découle plutôt de sa capacité à demeurer un intermédiaire obligatoire entre deux sous-réseaux majeurs.

3) On note enfin l’importance des pratiques d’appartenance simultanée à plusieurs réseaux intermédiaires écartelés géographiquement, sans doute le signe d’une société en mutation, moins centrée sur la personne royale. On observe que l’entrée dans ces réseaux intermédiaires semble résulter souvent de liens de parenté construite, c’est-à-dire qu’elle relève de la stratégie familiale. Par ailleurs, cette multi-appartenance est une marque de distinction sociale, c’est-à-dire que la hiérarchisation au sein de la société aristocratique découle sans doute moins du nombre important d’amis (même si ce critère compte sans doute), que de la variété de leur origine géographique. Ces pratiques de multi-appartenance posent enfin de nombreuses questions pratiques, en termes de contraintes. Elles supposent en effet de se déplacer vers le centre du réseau intermédiaire, dans une société où la mobilité géographique n’est pas simple. Elles se caractérisent en outre par des phases où les liens sont entretenus en alternance avec un sous-réseau, puis avec un autre, sans doute dans une perspective d’entretien des relations. Ces pratiques de multi-appartenance fragilisent en dernier lieu les positions individuelles, quand les centres de deux sous-réseaux entrent en conflit.

Conclusion

Pour conclure, il me semble que l’on pourrait transposer facilement au projet Col&Mon certaines méthodes de reconstitution et d’analyse de réseaux, du type de celles que j’ai faites, notamment pour restituer les dynamiques des réseaux monastiques, avant leur institutionnalisation en ordres. On pourrait ainsi très bien adapter la perspective d’itinéraire réticulaire à la dimension mouvante des congrégations monastiques. Ici, les nœuds du réseau seraient donc des établissements et non des personnes, qui pourraient être placés sur un fond de carte. Pour le cas clunisien par exemple, il serait ainsi très intéressant – et surtout plus juste – de passer d’une carte statique qui écrase la diachronie à un film qui retracerait les évolutions géographiques de la congrégation et/ou l’évolution du statut de ses dépendances.

1 Sur ces différentes acceptions, Rosé I., « Reconstitution, représentation graphique et analyse des réseaux de pouvoir au haut Moyen Âge. Approche des pratiques sociales de l’aristocratie à partir de l’exemple d’Odon de Cluny († 942) », Redes, 2011, vol. 21, p. 199-272, ici p. 201-204.

2 Sur les analyses de réseaux en histoire, je renvoie à cet article, désormais classique de Lemercier C., « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005, vol. 52, no 2, p. 88-112. Pour les réseaux égocentrés (chez les sociologues), Degenne A. et Forsé M., Les réseaux sociaux, 2e édition, Paris, A. Colin, 2004, p. 35-74.

3 Rosé I., « Reconstitution, représentation graphique », op. cit. ; Pour la thèse, Rosé I., Construire une société seigneuriale. Itinéraire et ecclésiologie de l’abbé Odon de Cluny (fin du IXe-milieu du Xe siècle), Turnhout, Brepols, 2008.

4 Rosé I., « D’un réseau à l’autre ? Itinéraire de la reine Emma († 934), à travers les actes diplomatiques de son entourage familial », dans Jégou L., Joye S., Lienhard T. et Schneider J. (Dir.), Faire lien : aristocratie, réseaux et échanges compétitifs, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 131-143. Ead., « L’histoire du Genre à l’épreuve du quantitatif ? Itinéraire réticulaire de la reine robertienne Emma (vers 890-934) », Actes du Congrès du CTHS : Réseaux et société, Éditions du CTHS, 2017, p. 103-115 (publication électronique). Ead, « Autour de la reine Emma (vers 890-934). Réseaux, itinéraire biographique féminin et questions documentaires au début du Moyen Âge central », à paraître dans Annales. Histoires, Sciences Sociales.

5 De fait, la méthode mise au point dans l’article de 2011 a ensuite été constamment affinée, ce qui est classique dans les approches quantitatives.

6 J’ai exposé longuement ces problèmes structurels dans Rosé I., « Reconstitution, représentation graphique », op. cit., p. 209-214.

7 Certes, l’apposition des signa au bas d’une charte ne se fait pas toujours à un temps T avec l’ensemble des personnages concernés présents. Il n’est pas rare que l’acte circule et voit peu à peu s’ajouter les noms des testataires. Dans la perspective qui est la mienne, l’essentiel est la publicisation d’un entourage nobiliaire.

8 Par cet adjectif « neutres », je veux dire que ces listes de personnes mentionnées dans les documents diplomatiques se prêtent peu à la falsification et ne nécessitent pas le même genre de critique documentaire qu’une œuvre narrative. Elles attestent seulement qu’un certain groupe de personnes a été uni par des liens au même moment.

9 La puissance sociale découle de plusieurs critères en analyse de réseau ; l’un d’eux est la centralité de degré, qui permet de comparer le nombre de voisins directs de chaque entité (et donc le nombre de personnes avec lesquelles un individu est en relation ou en interaction).

10 Cette dimension de l’analyse a été menée dans Rosé I., « Autour de la reine Emma (vers 890-934) », op. cit.

11 Bidart C., A. Degenne, et M. Grossetti, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, 2015.

12 Ibid.

13 Dans la base Emma, il y a ainsi quatre types de parenté : « Filiation » (parenté proche par le sang) ; « Mariage » (Affinité, c’est-à-dire la parenté par alliance matrimoniale) ; « Parenté éloignée » (reconnaissance d’un autre comme « parent » sans que l’on sache comment) ; « Parenté spirituelle » (amicitia, baptême, fosterage, liens entre clercs ou moines).

14 Dans mes travaux, je n’ai finalement tenu compte de l’institution qu’en tant qu’actrice participant aux liens attestés par des chartes, mais elle intervient aussi en tant que représentante d’un saint vis-à-vis des moines et chanoines qui la peuplent. Il aurait donc fallu coder aussi les liens entre les moines/chanoines d’une institution particulière et cette dernière (en tant que liens de parenté, ou bien en créant un nouveau type de lien). Je remercie Thierry Kouamé de m’en avoir fait la remarque.

15 Le fait de privilégier la ligne masculine se justifie par une transformation de l’organisation de la parenté à cette époque, avec un renforcement de la dimension patrilinéaire.

16 Les autres colonnes renvoient soit à des précisions de ces catégories (en H, J, K, L), soit à des identifiants numériques nécessaires pour le traitement avec des logiciels de réseaux (en C).

17 Je tiens ici à remercier grandement Jacques Cellier qui a mis au point une macro pour Excel® permettant de générer automatiquement tous les liens dyadiques d’une liste de noms. Il m’a ainsi fait gagner un temps précieux et permis d’éviter beaucoup d’erreurs de saisie.

18 Sur la figure 5, Emma est représentée par le gros nœud bleu, en haut à gauche.

20 Sur la naissance de ce statut de reine : Le Jan R., « D’une cour à l’autre : les voyages des reines de France au Xe siècle », dans Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2001, p. 39-52 ; Le Jan R., « Les reines franques du VIe au Xe siècle : de la sphère privée à la sphère publique ? », dans Chausson F. et Destephen S. (dir.), Augusta, Regina, Basilissa. La souveraine de l’Empire romain au Moyen Âge : entre héritages et métamorphoses, Paris, Éditions de Boccard, 2018, p. 81-101.